Innovation

L’invention d’un implant oculaire qui produit de l’insuline pour traiter le diabète de type 1

Un groupe de recherche suédois a dévoilé un nouveau moyen potentiel pour compenser le déficit d’insuline chez les patients atteints de diabète de type 1. Il propose d’implanter des cellules productrices de cette hormone protéique dans l’œil afin de réguler le taux de sucre dans le sang.

Le diabète de type 1, appelé également « diabète insulinodépendant », est une pathologie auto-immune. Chez les patients atteints de cette maladie, leur système immunitaire détruit par erreur les cellules responsables de la production d’insuline dans le pancréas. Par conséquent, avec la baisse de la production de cette hormone protéique, l’organisme n’est plus capable de contrôler le taux de glucose dans le sang. Cela entraîne de nombreux problèmes de santé chez les diabétiques. Jusqu’à présent, le principal traitement du diabète de type 1 consiste à réaliser un certain nombre d’injections sous-cutanées d’insuline chaque jour, et ce, à vie. Des alternatives à l’insulinothérapie sont actuellement à l’étude afin que les patients puissent avoir plus de choix de traitement. En Suède, des chercheurs de l’École royale polytechnique (KTH) et de l’Institut Karolinska ont découvert un moyen potentiel de gérer cette maladie, en implantant des cellules bêta pancréatiques dans l’œil. Le point sur cette étude scientifique révolutionnaire.

Une thérapie potentielle du diabète de type 1

Ce traitement repose sur l’implantation d’un dispositif chargé de nouvelles cellules bêta pancréatiques dans le corps d’un patient. Ces cellules produisent de l’insuline, ce qui permet de pallier son défaut de production par le pancréas. Les chercheurs les ont cultivées à partir de cellules souches d’un patient. Les résultats des essais cliniques de cette approche sur l’homme étaient excellents lors des études antérieures. Mais un problème majeur a été relevé. En effet, le système immunitaire du patient a réagi contre le dispositif d’implant inséré sous sa peau. Ce phénomène a pu être évité à l’aide d’immunosuppresseurs. Ces derniers ont cependant l’inconvénient de supprimer toute la protection d’un patient contre les infections et les maladies.

L'œil serait un endroit prometteur pour recevoir les cellules productrices d’insuline.
L’œil serait un endroit prometteur pour recevoir les cellules productrices d’insuline. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

La percée effectuée par les chercheurs de l’Institut KTH

Ces scientifiques ont réussi à éviter le problème de rejet de l’implant observé lors des études précédentes. Ils ont démontré que l’œil était un endroit prometteur pour recevoir les cellules productrices d’insuline chez les patients souffrant de diabète de type 1. Selon eux, cet organe ne contient pas les types de cellules immunitaires qui repoussent le dispositif. De plus, il se trouve près de la vascularisation, aidant l’insuline à atteindre rapidement la circulation sanguine. Il sera d’ailleurs plus facile de suivre le fonctionnement de l’implant dans l’œil, sans utiliser d’outils spéciaux.

Pour les expériences, les chercheurs ont créé un dispositif médical de 240 micromètres de long, dans lequel sont placées de nouvelles cellules pancréatiques productrices d’insuline. Cette micro-cage a été implantée dans la chambre antérieure de l’œil d’une souris, entre la cornée et l’iris. Durant les tests, il a été montré que l’implant a pu rester en place durant quelques mois. Les scientifiques ont également constaté l’intégration rapide des cellules aux vaisseaux sanguins de l’œil, ainsi que leur fonctionnement normal tout au long de l’expérience.

Les applications potentielles de ces résultats d’étude

Cette étude de validation du concept a démontré que l’œil est un emplacement prometteur pour les thérapies cellulaires. Cette approche pourrait être utilisée dans la recherche des traitements d’autres maladies. Anna Herland, auteur principal de cette étude, a déclaré : « Notre étude est un premier pas vers des microdispositifs médicaux avancés pouvant à la fois localiser et surveiller le fonctionnement des greffes de cellules ». D’ailleurs, cette nouvelle conception pourra être combinée à des fonctions de pointe, dont la libération de médicaments et l’électronique intégrée. Plus d’informations : kth.se. Que pensez-vous de cette innovation médicale ? Nous vous invitons à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
kth.se

Tsiory Laurence

Titulaire de Licence en communication et en langue française, j’exerce le métier de rédactrice francophone web depuis une dizaine d’années. Avant de rejoindre l’équipe de rédaction de Neozone, j’ai collaboré avec quelques agences de communication web locales, ce qui m’a permis de consolider mon expérience et mes connaissances en matière de création de contenus web. J’accorde une grande attention à chaque article que j’écris afin de vous fournir des informations, des solutions, des conseils ou des idées pour nous faire avancer. Je suis capable de traiter divers thèmes, mais je préfère surtout les sujets autour de l’innovation, de la technologie, du voyage, de l’immobilier et des actualités en général. À travers les articles que je rédige pour Neozone, j’espère vous faire connaître des inventions et des produits utiles au quotidien, ainsi que des inventeurs et des entreprises novatrices en France, en Europe et dans le monde entier. « La vie est une grande école où à chaque instant l’Homme s’enrichit et tire une leçon de ses propres expériences ». Cette citation de Maude Anssens m’inspire dans tout ce que j’entreprends au quotidien. J’aime aussi suivre les actualités politiques et économiques internationales. Je pense que donner le meilleur de soi et s’adapter aux évolutions du monde autant que possible sont des valeurs importantes qui peuvent nous aider à progresser et à rester toujours efficace. Je suis sur Linkedin si vous voulez me faire passer un message.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page