Innovation

Pass sanitaire : la Suède expérimente un implant sous-cutané connecté

Un implant sous la peau qui contiendrait votre pass Covid ? Science-Fiction ? En Suède, cela existe déjà et ceux qui la portent se disent plutôt satisfaits du résultat !

Il y a encore quelques mois, vous pouviez oublier votre smartphone le temps d’une soirée au restaurant avec des amis… Aujourd’hui, cela est devenu impossible puisque votre smartphone contient le fameux sésame, que l’on nomme aussi pass sanitaire qui vous permet d’y entrer ! Pour la déconnexion totale, c’est raté, et si vous l’oubliez, vous ne mangez pas, il faut faire un choix !

Mais demain, imaginez que vous ne présentiez que votre bras à la scanette du restaurateur ? Une entreprise suédoise propose une puce électronique à insérer sous la peau… Et cette puce contiendrait vos fameux QR CODE qui vous ouvre les portes des restaurants… Et peut-être bientôt de vos lieux de travail ! Véritable avancée technologique peut-être, mais polémique certaine en approche !

Cauchemar dystopique ou simple commodité ? Une entreprise suédoise implantant des micropuces sous la peau fait la promotion de ses appareils à utiliser comme laissez-passer de santé Covid-19 dans un pays comptant des milliers d’utilisateurs précoces.

Une puce pour le pass sanitaire ?

Cette puce électronique conçue et développée par DSruptive Subdermals est déjà implantée sur plusieurs milliers de Suédois. Et ce n’est pas nouveau, puisque cela existe depuis quelques années déjà. Ces puces contiennent la carte de visite, la carte des transports en communs, et plus récemment, le parcours vaccinal du porteur.

Amanda Back, habitante de Stockholm confie d’ailleurs à l’AFP : « Je pense que cela fait partie de ma propre intégrité de me faire pucer et de garder mes données personnelles avec moi, je pense en fait que c’est encore plus contrôlé de mon côté »

Il est évident que cela évite les oublis ! La Suède est l’un des pays au monde les plus avancés sur cette technologie.  Hannes Sjoblad, directeur général de DSruptive Subdermals, explique qu’il est équipé d’une puce et qu’il peut donc scanner son pass sanitaire avec son propre smartphone.

Quels sont les avantages selon le fabricant ?

Le PDG de l’entreprise explique que la puce coute une centaine d’euros pour les versions les plus avancées et sa durée de vie est de 20, 30 ou 40 ans ! Une fois la puce implantée, vous pouvez y déposer les données de votre choix et ne plus jamais les perdre. Ce qui n’est pas le cas avec un smartphone, qui coûte plus cher, et que vous pouvez casser ou égarer. Pour pouvoir lire les données de la puce, il faut évidemment un lecteur ou un smartphone à placer près de l’endroit où elle est posée. La puce « humaine » fonctionne exactement sur le même principe que les puces d’identifications pour les animaux de compagnie.

Un intérêt pour la vie privée ?

Le directeur de l’entreprise estime que la puce est un fort intérêt pour la vie privée. De nombreuses personnes voient ces innovations comme des choses effrayantes, qui peuvent les priver de liberté… Ou pire, les suivre dans leurs déplacements… Mais le PDG explique que ces puces doivent uniquement être considérées comme des moyens d’identifications, comme pour celle de votre chien donc !

D’ailleurs, elles ne peuvent pas être suivies ou géolocalisées. Et pour cause, elles ne contiennent pas de batterie et ne peuvent donc pas émettre de signaux; elles ne s’activent qu’à la lecture, via un lecteur de puce ou un smartphone.

Un implant volontaire uniquement !

Toutes les personnes qui portent des implants sont volontaires, et le directeur de l’entreprise y met un point d’honneur… Il explique encore que si, un jour, ses puces devaient être posées contre leur gré sur des prisonniers ou des personnes âgées, il s’y opposerait fermement !

Ce pourrait être un moyen pratique pour identifier une personne inconsciente, ou une personne en errance en revanche… Avant que ce genre de procédé se fasse une place en France, il va se passer quelques années…


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Rfi.fr

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Un commentaire

  1. Comment des gens normaux peuvent ils accepter d’être fliquer à ce point ❓
    C’est la mort de la démocratie, et la porte ouverte à tous les travers apportés par le wokisme et cela conduira inéluctablement vers des génocides❗
    ✓Dites NON ❗

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page