Des micropuces sont implantées dans les mains des employés de certaines sociétés au Royaume Uni. Nous sommes méfiants vis à vis de cette nouvelle qui pourrait engendrer des conséquences sur la vie privée… On vous explique pourquoi !

Les nouvelles technologiques ne cessent de progresser et l’heure est à la reconnaissance vocale, à la réalité virtuelle et aux micropuces ! Bientôt nous n’aurons plus besoin de papiers d’identité, de cartes bancaires ou autres documents, tout sera centralisé dans une micropuce implanté sous notre peau. Malheureusement les dérives de ce système pointent déjà le bout de leur nez !

En Angleterre, des employeurs imaginent implanter ces micropuces dans les mains de leurs employés, avec pour objectif avoué l’accès aux données professionnelles et aux bâtiments de l’entreprise. En revanche rien ne dit que ces données ne pourront pas être exploitées à l’insu des employés et à des fins plus personnelles que professionnelles.

Ces micropuces sont fabriquées par BioTeq et permettent déjà d’ouvrir la porte de sa maison ou de sa voiture, elles connaissent un véritable engouement au Royaume Uni mais d’autres pays ont déjà passé commande comme la France, l’Espagne ou l’Allemagne. Nous ne verrions pas d’inconvénients à ce que ces micropuces fassent partie de notre quotidien à la condition que la vie privée des porteurs de micropuces soit protégée et que seules des données utilisées à des fins professionnelles soient intégrées dans les programmes de ces micropuces.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Muddy Bites, un sachet avec uniquement le bout chocolaté et croustillant des cornets de glace

A lire également :


D’ailleurs de nombreux groupes de défenses des droits du travailleurs s’insurgent déjà contre ces micropuces ! La limite entre le personnel et le professionnel semble tellement facile à franchir pour l’employeur qui n’aura qu’à surveiller la puce… Pour surveiller son employé !

Il est vrai qu’aujourd’hui, tout est tracé : camion, véhicule, outil de picking concernant la productivité, mais de là à imaginer rentrer chez soi avec sa puce, dormir avec et se dire que le patron pourrait même savoir que l’on n’a pas beaucoup dormi nous semble impensable…

Ou alors une puce qui se désactive dès la porte de l’entreprise franchie et se réactive à l’inverse à l’embauche ? Dans ce cas, et avec des garde-fous cela pourrait peut-être fonctionner.

Bientôt nous aurons une puce professionnelle sous la main gauche, puis une puce pour les données bancaire, une pour les données médicales… La technologie a du bon évidemment mais il ne faudrait pas que nous devenions tous des porteurs de puce dénués de sens !

Source : The Guardian
Photos de couverture De graphicwithart / Shutterstock