Une « percée majeure », l’invention d’un générateur capable de produire de l’électricité à partir de l’air

Une équipe de chercheurs a découvert un moyen de générer de l’énergie propre à partir de l’humidité de l’air, une ressource renouvelable et omniprésente.

Par temps orageux, les éclairs produits dans le ciel nous démontrent que l’atmosphère contient une énorme quantité d’électricité. Cette énergie inexploitée est alimentée par les ions (atomes ou molécules) des gouttelettes d’eau dans l’air, qui portent des charges électriques. Toutefois, aucune technologie n’arrivait jusqu’à présent à la capturer de façon fiable. Certains scientifiques ont tout de même effectué des recherches dans ce domaine, mais les résultats restent peu satisfaisants. Ils ont rencontré des obstacles tels qu’une durée de production d’énergie courte et des coûts de matériaux élevés. Des chercheurs de l’Université de Massachusetts (UMass) ont pu surmonter ces contraintes. Ils ont créé un dispositif innovant, plus efficace et plus abordable, qui peut transformer l’humidité de l’air en électricité. Décryptage.

La conception d’un générateur électrique alimenté par l’air

En 2020, Jun Yao, ingénieur en électricité et en informatique, et Derek Lovley, microbiologiste à l’UMass, avaient publié dans la revue Nature les résultats de leur recherche sur le concept « Air-gen ». Ces scientifiques américains avaient conçu ce générateur électrique avec des nanofils protéiques synthétisés à partir de la bactérie Geobacter. Sur ce dispositif, des électrodes sont reliées aux nanofils de protéines, en vue de générer de l’électricité à partir des gouttelettes d’eau naturellement présentes dans l’air. Cette technologie constitue déjà une avancée notable, mais elle présente encore quelques inconvénients qui empêchent son déploiement à grande échelle. En effet, elle fonctionne de manière discontinue et nécessite un traitement unique des matériaux.

Une invention pour transformer l’humidité de l’air en électricité.
Une invention pour transformer l’humidité de l’air en électricité. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Ces scientifiques ont continué leur travail de recherche afin de résoudre ces problèmes et améliorer leur générateur électrique. Les résultats de leur nouvelle étude ont montré qu’il est possible de capter le courant électrique contenu dans l’air à l’aide de n’importe quel matériau biologique, organique ou inorganique. La seule condition exigée est la présence de nanopores de moins de 100 nm de diamètre dans le matériau. Ainsi, les microscopiques gouttelettes d’eau de l’atmosphère passent à travers ces minuscules trous. Elles subissent un échange dynamique d’adsorption-désorption à l’interface poreuse, générant une charge de surface. La couche supérieure du dispositif réagit davantage face à cette interaction dynamique. Cela crée un gradient de charge spontané et marqué, produisant continuellement un courant électrique.

L’air que nous respirons, une source d’énergie durable non négligeable

La nouvelle version d’Air-gen est maintenant en cours de développement. Selon ses concepteurs, ce dispositif à micro-échelle serait capable de générer une quantité d’électricité équivalente à de nombreuses centaines de millivolts lors d’un essai réalisé sur une semaine. Cette durée de fonctionnement est largement supérieure à celle des autres concepts de générateurs alimentés par l’air (48 h seulement). Cette technologie profite aussi de la possibilité d’employer toutes sortes de matériaux, ce qui permet de réduire son coût de fabrication. Outre cela, une future installation d’Air-gen occupera moins d’espace qu’un système de panneaux solaires ou d’éoliennes, affirme ces chercheurs. Puisque l’air est diffusif et présent dans tout l’espace vertical, de multiples couches de ce générateur pourraient être empilées afin d’optimiser leur puissance.

Le professeur Yao et ses collègues espèrent pouvoir utiliser leur nouvelle technologie pour alimenter en électricité les maisons, les entreprises et les usines. Ils poursuivent actuellement leur recherche dans le but de transposer leur concept à plus grande échelle. Ils travaillent également sur la façon d’améliorer son efficacité énergétique en optimisant la structure des matériaux utilisés. Enfin, ils pensent que l’humidité de l’air représente une importante source d’énergie propre et durable. C’est une nouvelle alternative intéressante pour limiter l’effet du changement climatique dans le monde. Plus d’informations : Advanced Materials

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
vice.com

Tsiory Laurence

Titulaire de licence en communication et en langue française, je travaille comme rédactrice web depuis déjà plus de dix ans. J'ai collaboré avec quelques agences de communication locales avant de rejoindre l'équipe de Neozone. Ce qui m'a permis de consolider mon expérience en matière de création de contenus web au fil du temps. J’accorde une grande attention à chaque article que j’écris. Mon objectif, c'est de vous fournir des informations, des solutions et éventuellement des conseils. Je peux traiter divers thèmes, mais mes sujets préférés sont l’innovation, la technologie, le voyage, l’immobilier et les actualités. J’espère que mes articles vous permettront de connaître des inventeurs et des entreprises novatrices en France, en Europe et dans le monde entier. « La vie est une grande école où à chaque instant l’homme s’enrichit et tire une leçon de ses propres expériences ». Cette citation de Maude Anssens m’inspire dans tout ce que j’entreprends au quotidien. J’aime aussi suivre les actualités politiques et économiques internationales. Je pense que donner le meilleur de soi et s’adapter aux évolutions du monde autant que possible sont des valeurs importantes qui peuvent nous aider à progresser et à rester toujours efficaces. Je suis sur Linkedin si vous voulez me faire passer un message.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page