Dans quelques années, les personnes en fauteuils roulants pourraient contrôler celui-ci par la pensée et augmenter leur autonomie et leur confort.

Et si les personnes en fauteuil roulant pouvaient piloter leur « binôme » par la pensée ? C’est en tout cas, le but d’une équipe internationale de scientifique qui est parvenu à développer un système portable qui permet de contrôler le fauteuil roulant via une interface cerveau-machine (ICM) sans fil et contrôlables par Bluetooth.

Fauteuils roulants ou même prothèse cette interface serait capable de prendre le contrôle de ces « machines » pour les déplacements mais pourraient également remplir des fonctions moins primordiales comme la télévision ou le système domotique.


A lire également : Les implants neuronaux pourraient nous faire devenir télépathes


Les chercheurs ont donc utilisé des circuits imprimés flexibles, un algorithme de deep learning et des électrodes. L’utilisateur enfile un bandeau sur sa tête qui contient les électrodes puis un patch qu’il doit coller sur la nuque qui va traiter les données enregistrées puis les transmettre par Bluetooth à une tablette.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Go To Ski, un dispositif pour skier debout destiné aux personnes en situation de handicap

Vidéo : Voici Milo, le fauteuil roulant contrôlé par le cerveau

L’algorithme déterminera ensuite reconnaître les objets contenus dans les images. On peut alors imaginer que le fauteuil réponde aux désirs du cerveau sans avoir à le manipuler physiquement. Cependant cette étude est à interpréter avec précaution, car selon les sources du site Objet Connecté, elle a été réalisée sur des personnes valides.

Certes les résultats semblent satisfaisants mais ils ne proviennent pas de tests réalisés sur des personnes en situation de handicap. C’est d’ailleurs le principal objectif des scientifiques : des tests sur des personnes invalides. Ce serait une réelle avancée et un confort indéniable pour les personnes handicapées mais également un soulagement possible pour les aidants auxquels on ne pense pas toujours ! A suivre donc le développement de cet usage spécifique de l’Intelligence Artificielle.

Photo d’illustration de Kraevski Vitaly / Shutterstock