Le rétrogaming. 5/10 ans qu’on en parle, et pourtant, il n’a jamais été aussi tendance que maintenant. Ca va même bien plus loin, car il devient un véritable phénomène de société.

Les jeunes trentenaires/quadra, nostalgiques de leur enfance, dépensent parfois des fortunes pour racheter leurs premières consoles d’époque. Il suffit de voir le succès incroyable de la Mini NES, la Mini Super Nintendo, et la réédition de la Mini Megadrive HD dont on vous parlait encore récemment sur NeozOne : elles pulvérisent tous les records !

Tout le monde aimerait goûter au succès des rééditions de Nintendo !

Devant cette vague de nostalgie, certains constructeurs se voient pousser des ailes, et y vont de leur création pour essayer de grappiller des parts de marché. C’est notamment le cas de Hyperkin, une marque qui s’est spécialisée dans la fabrication et la vente d’accessoires et de consoles rétro, avec de beaux succès à la clé. Et pour ce printemps 2018, Hyperkin revient avec la SupaBoy SFC Portable, nouvelle déclinaison de ses déjà très célèbres SupaBoy et SupaBoy S ! Alors, grosses avancées ou simple mise à jour ? Faut-il craquer pour cette nouvelle console portable ? Réponse dans ce test ! 


PRÉAMBULE POUR LES RETROGAMERS

Il ne sera pas spécialement question d’aborder dans ce test une comparaison avec les consoles d’origine de l’époque au pixel près. Vous vous doutez qu’avec un petit écran LCD et une sortie composite sur écran Full HD, impossible de la comparer avec le rendu d’origine en RGB sur un PVM… mais est-ce seulement le but de cette petite console portable ?


OUVERTURE ET DÉCOUVERTE 

C’est un peu Noël (bien) avant l’heure ! A peine disponible, le facteur nous a déjà porté notre toute nouvelle console portable SupaBoy SFC de chez Hyperkin. Une nouveauté qui risque bien de faire plaisir aux nostalgiques des 90’s, puisque contrairement aux précédents modèles Supaboy et SupaBoy S, la SupaBoy SFC reprend désormais les codes couleurs de la Super Famicom Japonaise, les mêmes que la version européenne de notre Super Nintendo ! Un très bon point pour les grands nostalgiques que nous sommes ! En plus, le packaging est vraiment super mignon, ce qui permet pour des collectionneurs comme nous d’envisager garder cette belle boite intacte (même si on aurait apprécié la reprise du design de l’époque). A l’intérieur, tout est bien calé et présenté.

Un packaging simple, mais plutôt complet.

CONTENU DE LA BOITE 

  • Console portable Supaboy SFC
  • Câble A/V composite
  • Câble micro-USB pour la recharge
  • Dragonne
  • Pochette de transport
  • Manuel d’utilisation

Le réglage de la luminosité, du ratio de l’écran et du volume

UNE CONSOLE RÉSERVÉE AUX COLLECTIONNEURS

…et oui ! Contrairement aux différentes rééditions de mini-consoles, la SupaBoy SFC de Hyperkin est livrée sans aucun jeu. Et pour cause : elle ne peut lire que les cartouches de jeux de l’époque ! (et bien sur les linkers nouvelle génération comme l’excellent SD2SNES, mais dont le prix dépasse les… 200€!) Donc si vous ne disposez pas d’une collection conséquente (ou de 200€ supplémentaires!), vous risquez vite de tourner en rond. Ou de devoir casser votre PEL si vous voulez rejouer à certains classiques, qui –avec la hype actuelle– coûtent parfois 2 à 3 fois le prix de cette console portable…

Ici donc : point d’émulation ou de fonctionnalités modernes (différents slots de sauvegarde, scanlines, fonction rembobinage… oubliez !)la SupaBoy SFC est ni plus ni moins qu’une Super Nintendo portable avec batterie et écran intégrés. Point. Et c’est ce qui fait tout son charme !

…ET QUI VA PLAIRE AUX COLLECTIONNEURS !

Tel un tourne-disque portable, avec la SupaBoy SFC de Hyperkin, à vous les joies de savourer vos jeux préférés, où vous voulez, quand vous voulez. Au delà du côté uniquement portable, les collectionneurs vont adorer l’avoir constamment avec eux, histoire de pouvoir tester instantanément tel ou tel jeu, ce qui peut être très pratique sur une brocante, dans un magasin, pendant une convention, chez des amis… sans nécessairement devoir avoir à brancher tout son matériel, surtout si vous n’avez pas la chance de disposer d’une game room dédiée.

En plus, étant nativement universelle, vous pouvez lui mettre n’importe quel jeux PAL/NTSC. La SupaBoy SFC les acceptera sans broncher, et sans même avoir besoin de recourir au moindre adaptateur. Super pratique !

UNE CONSOLE AUX ATOUTS SÉRIEUX !

Comme les anciens modèles SupaBoy et SupaBoy S, la SupaBoy SFC dispose de solides arguments pour vous faire craquer : un large écran, des HP stéréo, une prise casque avec volume réglable, une luminosité réglable, une compatibilité gargantuesque (PAL+NTSC US/JAP), une très large autonomie (agréablement surpris d’ailleurs), une batterie rechargeable en micro USB, deux ports manettes et enfin une sortie vidéo A/V. En matière de fonctionnalités, c’est clairement parmi ce qui se fait de mieux en ce moment ! Bravo Hyperkin !

Jouer à deux en mode portable ou en mode TV… c’est possible !

UNE CONCEPTION CONVENABLE…

Pour un produit fabriqué sans la licence officielle Nintendo, Hyperkin s’en sort finalement pas si mal. La conception en elle même est plutôt correcte. On apprécie retrouver les plastiques aux couleurs de la Super Nintendo de l’époque. Le toucher et la texture de ceux-ci sont vraiment très similaires à ce qu’on a connu il y a 25 ans, de quoi raviver de vieux souvenirs enfouis pour certains ! Les boutons et la croix directionnelle sont plutôt de bonne facture, et on apprécie les petits détails apportés, comme retrouver le caoutchouc emblématique des boutons START et SELECT de la manette d’origine ! Les HP stéréo se fondent parfaitement dans le design de la console et délivre un son lui aussi tout à fait convenable. Mais…

Les boutons START et SELECT à… gauche. Pas super intuitif.

…MAIS CERTAINES FINITIONS LAISSENT A DÉSIRER.

C’est clairement notre carton rouge. Le cache-écran est en plastique, et la découpe (surtout sur le dessus) n’est clairement pas propre, lisse et régulière. Plus problématique : des éclats de plastique arrivent régulièrement à se glisser entre l’écran et le protège écran. C’est un défaut récurrent qui existe depuis des années. Même la SupaBoy S était concernée, comme le faisait déjà remarquer Sam de SerialDealer lors de son unboxing… (à 17min23). N’espérez pas l’ouvrir pour souffler dedans : le cache-écran est collé à la coque avant, comme sur le/la GameBoy. Quel dommage !

Si vous zoomez, vous verrez un point blanc sur l’écran : c’est un éclat de plastique sous le cache-écran, impossible à enlever !

L’ECRAN… L’ECRAN… L’ECRAN…

Nous pourrions écrire des heures durant sur cet écran. Hyperkin avait lancé la SupaBoy originale avec un petit écran 4/3. Hyperkin a corrigé le tir ensuite avec la SupaBoy S, en mettant un écran plus grand mais en 16/9 alors que les jeux sont tous… en 4/3. Pour la SupaBoy SFC, Hyperkin a donc écouté les nombreuses remarques de ses utilisateurs et pour récompenser leur fidélité a donc… remis le même écran. Véridique.

Un écran 16/9 pour afficher des jeux… 4/3

Bon, on va être honnête, ils lui ont ajouté une fonction : le mode 4/3, histoire (d’au moins enfin) garder le ratio d’origine des jeux (au prix de bandes noires de chaque côté). Alors oui, on sait que les écrans 4/3 sont de moins en moins fabriqués, et donc potentiellement plus cher à faire approvisionner… mais quand même… Ce choix nous laisse perplexe. De plus, la SupaBoy SFC fait le choix étrange et totalement en décalage avec les attentes actuelles DE FAIRE L’IMPASSE SUR LE SIGNAL HDMI. Que ce soit sur l’écran ou sur la sortie TV. Bon, rassurez-vous aussi, ils font également l’impasse sur le RGB, pour fournir un signal composite sur l’écran et sur la sortie A/V de très mauvaise qualité… Au final : on se retrouve avec une image terne, manquant de piquant, tremblotante et aux couleurs bien baveuses… Même si ça ne sautera pas forcément aux yeux de tout le monde.

Le ratio 4/3 est désormais respecté… au prix de larges bandes noires sur les côtés.

C’est triste. Hyperkin oublie complètement qu’avec la SupaBoy, ils ne s’adressent pas du tout au grand public qui aurait été à des années-lumières de ces préoccupations techniques, mais bien à un public d’ultra-niche de passionnés et de collectionneurs qui seront forcément sensibles à ce genre de détails énormes. Par contre, pour finir sur une note positive : les HP délivrent étonnamment un son stéréo de qualité, très agréable à écouter !

Une console clairement destinée au marché de niche des collectionneurs !

UNE ERGONOMIE PARTICULIÈRE

Vous imaginez bien qu’un mastodonte de près de 25cm de large pour 600g fait forcément des choix en terme d’ergonomie et de confort. Les boutons et la croix sont à notre goût placés un peu (trop) près du bord, et les gâchettes latérales ne sont pas hyper accessibles. Des poignées ergonomiques auxquelles s’agripper au dos de la console n’auraient vraiment pas été un luxe ! Bref, pas super indiqué pour les jeux nécessitant une grosse précision, comme les jeux de combat par exemple. Petit bémol aussi pour le choix toujours très discutable de mettre les boutons START et SELECT à GAUCHE, alors qu’on a majoritairement le réflexe d’appuyer dessus avec le pouce DROIT…

Evitez les jeux de combat sans manette, l’ergonomie ne s’y prête pas beaucoup…

SPÉCIFICITÉS TECHNIQUES :

  • Ecran LCD 16/9 de 4,3″ à luminosité réglable (possible d’afficher en 4/3)*
  • Design soigné, rappelant la Super Nintendo Européenne/Japonaise*
  • Haut-parleurs stéréo intégrés
  • Batterie rechargeable avec 10 heures d’autonomie*
  • Compatible avec la majorité des cartouches de jeu PAL (SNES) et NTSC (SNES/Super Famicom)*
  • Deux ports pour manettes SNES d’origine (ou compatibles)*
  • Sortie vidéo composite
  • Prise casque en jack 3,5mm
  • Slot certifié Hyperkin Pin Perfect™*
  • Dimension : 23 x 4.5 x 10cm  (L x Ep x H)
  • Poids : 450g sans jeu, 550g avec un jeu
    * données constructeur

Plus d’infos sur le site officiel de Hyperkin
Prix Public conseillé : 119,99€
Disponible sur Amazon.fr

TEST SUPABOY SFC : la Super Nintendo Portable de Hyperkin !
Faut-il craquer pour cette nouvelle console portable ? Nous sommes faibles et terriblement sensibles dès qu'on titille notre fibre nostalgique... alors pour nous c'est un OUI. Un OUI, mais un petit OUI. On aurait été en droit d'attendre et d'avoir un signal HDMI de bien meilleure facture que le composite baveux et tremblotant proposé une nouvelle fois par Hyperkin, mais aussi un véritable écran 4/3 et une ergonomie plus réfléchie. Mais sincèrement, l'objet nous fait craquer. Et depuis qu'il est disponible aux couleurs de notre Super Nintendo Européenne, difficile de lui résister !
Fabrication/Qualité
Ergonomie/Utilisation
Fonctionnalités
Qualité de son/image
Rapport qualité/prix
Les plus
  • Terriblement craquante !
  • Enfin aux couleurs de la Super Nintendo Européenne !
  • Bon rendu sonore !
Les moins
  • Pourquoi un écran 16/9 ?
  • Pourquoi l'absence de HDMI et un signal composite si moche ?
  • Pourquoi les boutons START/SELECT à gauche ?
3.6CRAQUANT MAIS PERFECTIBLE !
Note des lecteurs: (1 Vote)
   
146 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez
+1