Science

Génie : une fillette de 3 ans obtient un score de QI proche de celui d’Albert Einstein

A Birmingham, en Angleterre, une petite fille de 5 ans récitait l'alphabet à 14 mois et pouvait tenir une conversation dès 2 ans ! Elle vient d'obtenir un score de 142 sur un test de QI !

Dans le monde entier, l’intelligence d’une personne se mesure grâce aux tests de Quotient Intellectuel. Le quotient intellectuel, ou QI, est le résultat d’un test psychométrique qui estime fournir une indication quantitative standardisée de l’intelligence humaine.

Un quotient intellectuel standard se situe autour de 100 s’il est mesuré par un psychologue. Dans notre article qui classe les dix personnes ayant les plus hauts QI, c’est Terence Tao, un mathématicien australien, peu connu, qui arrive en tête avec un Quotient Intellectuel de 230, soit le plus gros Qi mesuré au monde !

Parmi les gens connus, Albert Einstein et son Qi de 160 fait figure de petit joueur à côté de Terence Tao. Il y a quelques jours, une petite fille de 3 ans, originaire de Birmingham en Angleterre a obtenu un résultat de 142 lors d’un test réalisé.

L’histoire de Dayaal Kaur

Dayaal Kaur talonne le physicien allemand, mais elle n’a que 3 ans raconte le site newsinfo ! Attention les psychologues qui ont évalué la petite fille précisent qu’elle a les mêmes capacités mathématiques et littéraires qu’un enfant de son âge. En revanche, elle aurait un sens de l’humour surdéveloppé.

Les parents de la petite fille ont vite compris que Dayaal avait une disposition particulière… Elle savait son alphabet à 14 mois et comptait jusqu’à 15 dès 13 mois ! A l’âge où les enfants commencent à balbutier quelques sons en fait ! Ces tests ont été réalisé par la Mensa, “une organisation internationale dont le seul critère d’admissibilité est d’obtenir des résultats supérieurs à ceux de 98 % de la population à des tests d’intelligence”.

Une fillette anglaise de 3 ans aurait un QI presque semblable à celui d'Albert Einstein !
“Elle pouvait réciter l’alphabet vers 14 mois et nommer toutes les planètes, âgées de deux ans.” Crédit photo : Shutterstock / SvedOliver

Dayaal a passé ces tests à l’âge de 3 ans ! Depuis une école privée a proposé une place dans une école privée à prix réduit. Les parents de la petite fille ont refusé l’offre faute de moyens financiers. Dans son école, Dayaal devrait cependant « sauter une classe » selon son père. L’homme se dit frustré de n’avoir pu offrir à sa fille une école privée. Il résume par cette phrase : “C’est comme avoir une Bentley et ne pas pouvoir conduire”. Nous vous laissons juges de la comparaison de son enfant avec une Bentley !

À LIRE AUSSI :  Cerveau : 5 conseils d'experts pour améliorer notablement sa mémoire

Quelques études sur le Quotient Intellectuel !

Une étude de Plos Medicine parue dans The Guardians s’est penchée sur le rapport du QI et de l’environnement dans lequel l’enfant grandit. Elle explique “que grandir dans un environnement urbain plus vert stimule l’intelligence des enfants. Et abaisse les niveaux de comportement difficile”. Selon les chercheurs, l’environnement urbain végétalisé stimulerait l’intelligence des enfants.

Une fillette anglaise de 3 ans aurait un QI presque semblable à celui d'Albert Einstein !
Son score n’était que de 18 points inférieur au QI estimé d’Albert Einstein. (photo d’illustration). Crédit photo : Shutterstock / Andrew Angelov

Selon une autre étude réalisée par le Journal of Epidemiology & Community Health, la place sociale du père à la naissance influerait sur l’intelligence de l’enfant. L’étude fût réalisée sur “une cohorte de 10 424 enfants nés à Aberdeen (Écosse) entre 1950 et 1956”.

Cette étude explique que la classe sociale du père aurait bien une influence sur l’intelligence de l’enfant, tout comme certaines caractéristiques maternelles. Le rang social des parents influerait donc sur l’intelligence des enfants (CQFD)

Voici leurs conclusions : “La classe sociale du père à l’époque de la naissance était un prédicteur important de l’intelligence de l’enfance, même après ajustement pour les caractéristiques maternelles et les facteurs périnatals et infantiles. Les études sur l’association de l’intelligence infantile à la future maladie de l’adulte doivent s’assurer que l’association n’est pas pleinement expliquée par la position socio-économique.”

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page