L’intelligence artificielle serait-elle capable de connaître nos opinions politiques en lisant sur notre visage ?

Un chercheur de Stanford démontre que l'on peut connaître l'orientation sexuelle ou politique d'une personne en lisant sur le visage... L'intelligence artificielle, oui mais elle a aussi des dangers !

Alors que l’Intelligence Artificielle pourrait permettre de détecter les signes précurseurs de la maladie d’Alzheimer sur nos visages, elle pourrait bien permettre tout autre chose… Si l’on en croit Michal Kosinski, un chercheur en intelligence artificielle basé à Stanford, elle pourrait aussi permettre de déterminer notre orientation sexuelle ou nos opinions politiques…

Mis à nu par l’intelligence artificielle ! On pensait pourtant que les jugements « à la tête du client » n’étaient plus d’actualités… Devrons-nous nous grimer pour préserver notre intimité ? L’intelligence artificielle va-t-elle trop loin ? Tant de questions pour le moment sans vraies réponses !

Ces chercheurs pourraient donc démontrer qu’un visage passé au crible par un appareil doté d’intelligence artificielle donnerait des éléments sur nos orientations personnelles. Le rapport de Michal Kosinski, paru dans la très sérieuse revue Nature, tend à démontrer qu’un algorithme peut deviner à 72% si un humain de type caucasien est homosexuel ! Et ce, simplement en analysant les traits du visage. Mais attention, Michal Kosinski publie ce rapport, non pas pour utiliser cet algorithme mais pour en démontrer les dérives possibles.

Cependant d’autres scientifiques pointent la dangerosité de cette étude… Car il remet sur le devant de la scène, une science que l’on pensait définitivement enterrée : la phrénologie. Cette théorie du XIXème siècle prétendait que l’on pouvait connaître le caractère d’un individu en fonction des bosses de son crâne !

L'intelligence artificielle serait-elle capable de connaître nos opinions politiques en lisant sur notre visage ?
Des chercheurs affirmaient pouvoir évaluer la dangerosité des criminels uniquement par l’analyse de leur faciès… Crédit photo : Shutterstock / Artem Oleshko

Pourtant Kosinski ne serait pas le seul phrénologue !

Déjà en 2019, les chercheurs de l’université de Harrisburg affirmaient pouvoir évaluer la dangerosité des pédo-criminels uniquement par l’analyse de leur faciès ! En Chine, un logiciel de reconnaissance faciale serait utilisé pour identifier les Ouïghours. Quant aux lycéens américains, ils seraient surveillés pendant les examens grâce à l’intelligence artificielle qui lirait les tentatives de tricheries sur leurs visages.

Vers une violation de notre intimité ?

Comme toutes les nouvelles technologies, les limites de l’intelligence artificielle se dessinent petit à petit… Devrons-nous continuer à sortir masqués, non pas pour échapper au virus mais pour garder notre intimité et notre libre-arbitre ?

Cet article contient un ou plusieurs liens d'affiliation. Neozone.org touche une commission au pourcentage sur la vente des produits affiliés, sans augmentation de prix pour l'utilisateur. Pour plus d'informations consultez nos mentions légales.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page