Innovation

D’après ce chercheur, il est possible de deviner notre orientation politique à l’aide de la reconnaissance faciale

Une intelligence artificielle peut-elle déterminer l’orientation politique d’un individu ? Apparemment oui, si l’on en croit un scientifique de l’Université Stanford, située au cœur de la Silicon Valley, à San Francisco.

Et si un algorithme pouvait déceler notre opinion politique ? En tout cas, Michal Kosinski y croit. Pour ce chercheur affilié à l’université Stanford, la technologie actuelle est suffisamment avancée pour rendre une telle tâche possible. Pour soutenir son avis, dans une publication parue dans la revue Nature.com, il affirme développer une intelligence artificielle qui, une fois prête, sera en mesure d’exposer les opinions politiques des gens.

Il s’agit d’un outil qui reposerait sur la reconnaissance faciale. En se basant sur une photo de profil Facebook ou utilisée sur un site de rencontre, Kosinski pense ainsi pouvoir connaitre si un individu est conservateur ou libéral.

Fiable à plus de 50 %

Toujours d’après Michal Kosinski, sa solution est efficace à plus de 50 %, plus précisément à 72 %. Pour afficher une telle précision, le système analyse l’apparence d’une personne. Il s’avère que plusieurs traits du visage tels que l’orientation de la tête, l’âge, le sexe, l’expression émotionnelle et l’appartenance ethnique seraient révélateurs de l’affiliation politique. Le code source du projet a été rendu public par l’expert, mais pour des raisons liées à la protection de la vie privée, aucune image n’est disponible.

Un algorithme pour deviner l’orientation sexuelle d’une personne

Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à vous rendre sur cette page pour obtenir de plus amples informations. Notons que ce n’est pas la première fois que nous entendons parler du nom de cet informaticien issu de l’université Stanford. En 2017, Kosinski et un autre expert du nom de Yilun Wang ont rapporté qu’un algorithme prêt à être utilisé et doté d’une grande précision pouvait faire la distinction entre des photos suivant l’orientation sexuelle d’une personne, c’est-à-dire homosexuelle ou hétérosexuelle.

À LIRE AUSSI :
Facebook va aider les autorités à identifier les envahisseurs du Capitole

Une publication qui fait débat

En ce qui concerne l’intelligence artificielle qui permettrait de déterminer l’appartenance politique d’un individu, elle est actuellement sujette à de nombreux débats. Alexander Todorov, professeur à Princeton, fait partie de ceux qui critiquent le travail de Kosinski. Pour lui, les méthodes mentionnées dans le document pour la reconnaissance du visage présentent des défauts.

Il estime notamment que les points retenus pour la détection ne représentent pas forcément les traits du visage, et donc, la personnalité d’une personne. Par exemple, les photos mises en ligne sur les sites de rencontre présentent généralement des indices non faciaux. Pour Todorov, le travail de son pair reste parfaitement « discutable sur le plan éthique ».

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page