Le télescope James Webb « aurait » découvert de possibles signes de vie extraterrestre !

Le JSWT a détecté ce qui pourrait être des signes de vie extraterrestre sur une exoplanète lointaine.

Depuis son lancement, le télescope James Webb (JSWT) a fait de nombreuses découvertes. Pour couronner le tout, l’engin spatial a récemment décelé des indices suggérant la présence d’êtres vivants sur une exoplanète lointaine baptisée K2-18 b. Un article consacré à cette découverte révolutionnaire a été publié dans l’archive ouverte de prépublications arXiv en septembre dernier. Concrètement, les scientifiques à l’origine de l’étude ont déclaré que le télescope spatial de la NASA, développé en partenariat avec l’Agence spatiale européenne (ESA) et l’Agence spatiale canadienne (ASC), avait détecté une molécule appelée sulfure de diméthyle. Sur Terre, cette substance est secrétée uniquement par des organismes vivants.

Une exoplanète hycéenne ?

Les chercheurs ont également trouvé des éléments laissant supposer la présence de méthane et de dioxyde de carbone dans l’atmosphère de K2-18 b. La découverte des preuves d’existence de ces gaz signifie que ce monde lointain pourrait être une exoplanète hycéenne. Autrement dit, son atmosphère pourrait contenir de l’hydrogène et sa surface pourrait être recouverte d’eau. Théoriquement, ces éléments sont favorables au développement de micro-organismes, mais cela ne signifie pas forcément que la planète abrite la vie. Pour confirmer les résultats, des études supplémentaires doivent être menées. « De futures missions seront nécessaires pour établir de manière concluante l’habitabilité de l’exoplanète », a laissé entendre Knicole Colón, scientifique adjointe du projet JWST pour la science des exoplanètes.

Les spectres de K2-18 b, obtenus avec NIRISS (Near-Infrared Imager and Slitless Spectrograph) et NIRSpec (Near-Infrared Spectrograph) du téléscope James Webb, montrent une abondance de méthane et de dioxyde de carbone dans l'atmosphère de l'exoplanète, ainsi qu'une détection possible d'une molécule appelée sulfure de diméthyle (DMS). La détection de méthane et de dioxyde de carbone, ainsi que l'absence d'ammoniac, confirment l'hypothèse de l'existence d'une exoplanète.
Les spectres de K2-18 b, obtenus avec NIRISS (Near-Infrared Imager and Slitless Spectrograph) et NIRSpec (Near-Infrared Spectrograph) du téléscope James Webb, montrent une abondance de méthane et de dioxyde de carbone dans l’atmosphère de l’exoplanète, ainsi qu’une détection possible d’une molécule appelée sulfure de diméthyle (DMS). La détection de méthane et de dioxyde de carbone, ainsi que l’absence d’ammoniac, confirment l’hypothèse de l’existence d’une exoplanète. Credits Illustration : NASA, CSA, ESA, R. Crawford (STScI), J. Olmsted (STScI), Science: N. Madhusudhan (Cambridge University)

Une découverte qui enflamme la Toile

Quoi qu’il en soit, cette déclaration n’a pas empêché la rumeur relative à l’existence de la vie sur l’exoplanète de se répandre comme une traînée de poudre sur le web. Nombreux sont d’ailleurs les experts qui estiment qu’il y a de fortes chances que des êtres vivants vivent sur K2-18 b. C’est le cas notamment de l’astronaute britannique Tim Peake qui a déclaré lors d’une interview avec CNBC : « c’est juste qu’ils ne veulent pas publier ou confirmer ces résultats tant qu’ils ne peuvent pas être entièrement sûrs, mais nous avons trouvé une planète qui semble émettre de forts signaux de vie biologique ».

Un environnement propice à la vie ?

Il faut savoir que K2-18 b se trouve à environ 120 années-lumière de la Terre. Découverte en 2015, elle est située dans la zone habitable de son étoile, une naine rouge appelée K2-18. Sa position par rapport à cette dernière suggère que l’eau peut exister à l’état liquide à la surface de l’exoplanète.

K2-18 b est une exoplanète tellurique exceptionnelle qui gravite autour d'une étoile de type M. Elle possède une masse équivalente à 8,92 fois celle de la Terre et réalise une orbite complète autour de son étoile en 32,9 jours, se situant à une distance de 0,1429 unité astronomique de celle-ci. Sa découverte a été officiellement annoncée en 2015.
K2-18 b est une exoplanète tellurique qui gravite autour d’une étoile de type M. Elle possède une masse équivalente à 8,92 fois celle de la Terre et réalise une orbite complète autour de son étoile en 32,9 jours, se situant à une distance de 0,1429 unité astronomique de celle-ci. Sa découverte a été officiellement annoncée en 2015. Crédit photo : NASA

Faisant près de 2,6 fois le rayon de notre monde, K2-18 b est considérée comme une planète de type « sous-Neptune » étant donné que sa taille se situe entre celles de la Terre et de Neptune. Plus d’infos : nasa.gov. Que pensez-vous de cette découverte ? Nous vous invitons à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
futurism.com

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans la rédaction web en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

Un commentaire

  1. Fasciner par les recherches spaciale, Beaucoup disent qu’il est impossible de trouver une vie extraterrestre, comme je l’ai toujours souligner  » puisque nous on existe pourquoi pas d’autres ne pourrons pas exister ? Donc une vie extraterrestre pourrait exister dans un monde qui aujourd’hui n’est pas a la portée des télescopes actuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page