Parler d’un sujet avec certitude et sans aucune compétence à un nom, c’est l’ultracrepidarianisme

Depuis l'épidémie, les pseudos-médecins foisonnent dans les commentaires des réseaux sociaux... Ceux-là pratiquent l'ultracrépidarianisme et étalent une science qu'ils ne possèdent pas !

Avez-vous remarqué que, depuis l’épidémie de coronavirus, les réseaux sociaux foisonnent de médecins en herbe et d’infectiologues confirmés… Si vous regardez un tant soit peu les commentaires des publications concernant le port du masque, l’augmentation des cas de Covid-19, vous verrez que certains s’improvisent médecin.

Cette manie de donner son avis sur un sujet pour lequel nous n’avons aucune compétence s’appelle l’ultracrépidarianisme ! Et depuis quelques mois, les ultracrépidarianistes fleurissent ! Parfois cela prête à sourire, mais parfois, c’est carrément inquiétant ! Ne serait-ce pas finalement un aveu de peur de l’inconnu que de chercher une solution à un problème qui n’en n’a pas encore ?

Le port du masque :

C’est à priori le sujet qui fait s’élever le plus grand nombre d’ultracrépidarianistes ! Il y a ceux qui développent des théories d’instauration de la peur par l’Etat par exemple. Puis, ceux qui refusent catégoriquement de le porter sous prétexte d’atteinte à la liberté. Les commentaires de ceux qui pensent savoir sont parfois virulents mais frôlent souvent le ridicule… Quand on ne sait pas on évite d’affirmer des avis avec certitude, mais ce n’est pas le cas sur les réseaux sociaux en ce moment !

Les adeptes de la théorie du complot :

Les publications sur cette théorie qui avance que le virus aurait été créé consciemment, a pris beaucoup d’ampleur au début de l’épidémie. Certains y croient dur comme fer et n’hésitent pas à étaler ce qu’ils pensent être des preuves du complot. La plupart du temps, les preuves avancées ne sont que le fruit de leur imagination mais nous ne pouvons pas le prouver non plus !

Les crêpages de chignon vont bon train sur le net et les insultes fusent quel que soit finalement le sujet abordé. Dans tous les domaines, chacun essaie d’étaler une pseudo-science qu’il ne possède pas forcément. Les publications Facebook sont gangrenées par des commentaires inutiles, qui parfois, peuvent semer le doute quant à ce qui est avancé. Les réseaux sociaux n’ont pas que de bons côtés, l’ultracrépidarianisme en est la preuve !

Photo d’illustration De fizkes / Shutterstock
Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page