Un étudiant paysagiste de Fismes (51) transforme les sapins de Noël en pellets et granulés de bois

Après les fêtes, la question du sapin se pose. Découvrez des solutions éco-friendly, de la transformation en pellets à la friandise pour les chèvres, pour dire adieu à votre sapin de Noël de manière responsable.

Noël est désormais derrière nous, et les sapins artificiels seront bientôt rangés jusqu’à la fin de l’année. Pour les sapins naturels, impossible de les ranger pour les réutiliser sauf si vous les achetez en pot et que vous les replantez au jardin. Le problème, c’est qu’au fil des années, c’est une forêt de sapin que vous allez planter dans votre jardin. La plupart du temps, les sapins naturels sont achetés coupés (6,5 millions de sapins de Noël chaque année), posés sur une buche, et il faut donc s’en défaire. Dans toutes les communes, des collectes sont organisées pour les récupérer puis recycler en pellets de bois, entre autres. Dans la commune de Fismes, dans la Marne, un étudiant paysagiste les récupère pour justement en faire des pellets de bois. Certains élevages de chèvres les prennent, car leurs animaux en sont friands. Mais, il ne faut surtout pas vous en débarrasser en forêt ! On vous explique tout cela et vous allez voir que recycler votre sapin est finalement très simple.

L’exemple de Fismes, la transformation en pellets de bois

Le pellet de bois est sur le devant de la scène depuis près de deux ans. Cette soudaine notoriété est due à l’explosion de son prix l’an dernier, et aux difficultés pour trouver des fournisseurs. Cette année, la tension est redescendue, mais cela a donné des idées à certains pour proposer des alternatives aux pellets du commerce classique. À Fismes, Antime Vermot-Desroches, étudiant paysagiste, se lance dans la production de pellets de bois. Le principe est simple : il a acheté une presse à pellets, récupère les sapins de Noël, et les transforme en pellets de bois. Au regard de la quantité de sapins récupérés, l’étudiant a peut-être trouvé le bon filon pour son avenir professionnel.

Certaines races de chèvres se délecteront de votre sapin de Noël.
Certaines races de chèvres se délecteront de votre sapin de Noël. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Des sapins pour les chèvres ? Vraiment ?

Eh oui, certaines chèvres adorent grignoter les résineux comme les thuyas ou les sapins de Noël. Certains élevages proposent donc de récupérer vos sapins, comme celui d’Élodie Guillin-Desmas situé à Pluvigner dans le Morbihan. Si les sapins sont restés naturels, sans neige artificielle, ni bombe de paillettes, alors les chèvres peuvent s’en délecter. Cependant, attention, toutes les chèvres ne mangent pas de sapins, si vous apercevez un troupeau dans un champ en éco pâturage, ne leur donnez jamais votre sapin jeté par-dessus la clôture ! Vous ignorez si ces chèvres mangent cette nourriture, et il est probable que le propriétaire n’apprécie pas que vous jetiez vos déchets chez lui. Et, même si cela part d’un bon sentiment !

Jetez votre sapin en forêt : mauvaise idée !

En regardant votre sapin perdre ses épines, vous pensez probablement que le déposer en forêt ne nuira pas à l’environnement. Au contraire, vous imaginez votre sapin reprendre racine, ou alimenter les autres arbres lorsqu’il se décomposera. Imaginez, si tous les sapins de France devaient être jetés sauvagement en forêt, ce seraient des montagnes de sapins en décomposition qui joncheraient les sous-bois. De plus, votre ravissant sapin, est considéré comme un déchet lambda. Vous seriez donc passible d’une amende pour « dépôt sauvage » avec une facture de 135 € voire plus en cas de récidive. Le seul droit que vous ayez étant de le déposer devant chez vous, la veille de la collecte réservée aux sapins de Noël ! Que pensez-vous de ces astuces ? Donnez-nous votre avis, ou partagez avec nous, votre expérience. Merci de nous signaler toute erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Lunion.fr

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page