Pendant 3 semaines j’ai eu l’occasion de tester la caméra de sécurité de la startup nantaise Kiwatch fondée en 2011 par Cédric Williamson. Celle-ci s’adresse à un large public et promet un service de vidéobienveillance de son domicile ou des personnes qui la composent via le retour vidéo par une application ou depuis son ordinateur.

Plusieurs situations sont couvertes par cette caméra HD : surveillance du domicile, de ses animaux, des enfants, des personnes âgées ou du dernier né lorsqu’il dort. Pour ce qui est des conditions du test, j’ai utilisé le dispositif de manière quotidienne et j’ai eu l’occasion de partir en Allemagne une semaine où j’ai pu surveiller mon domicile à distance durant cette période.

Pour commencer, quelques spécifications techniques. Cette caméra dispose d’une définition de 1280 x 720, film à 120° (dans la moyenne basse du marché, ses concurrents sont en général sur 130° au plus) et dispose d’un haut-parleur, d’un micro et d’une alarme.

Une vision nocturne compose également l’ensemble et cette dernière. Le déclenchement de la caméra et des alertes s’effectue à la détection de mouvements, de bruits ou de sons plus spécifiques comme une alarme incendie par exemple.

Le contenu du pack Kiwatch :

  • La caméra Kiwatch intérieur HD.
  • Un câble d’alimentation et son transformateur.
  • Un câble réseau.
  • Des chevilles et des vis pour fixer Kiwatch au mur.
  • Un sticker “Site sous vidéosurveillance”.

D’aspect général, cette caméra de 103 g est composée en sa grande majorité de plastique. Le design ne fait pas dans la finesse et il est très aisé de reconnaître la forme de cet objet de prise de vues. Dans une utilisation basé sur la sécurité, il faudra certainement la mettre hors de portée des éventuels cambrioleurs. Le rendu global au déballage est par ailleurs assez cheap. Pour cause, les matériaux sont assez grossier et ne donne pas confiance au premier aperçu.

Pour la faire fonctionner, il faudra la brancher électriquement et la configurer au réseau domestique en filaire ou via le wifi. De toute évidence, le branchement électrique n’aide pas si vous décidez de fixer en hauteur cette caméra. Cette option est pourtant possible. Des vis sont livrées avec l’appareil. Une option intéressante bien que le champ de vision ne puisse être dirigé que vers le haut ou vers le bas.

Les prises sont assez rare en partie haute d’un mur dans les maisons anciennes et il sera très aisé aux personnes mal intentionnées de la débrancher. Néanmoins, en cas de panne de courant ou si le système est débranché par un éventuel cambrioleur, alors une alerte est immédiatement envoyée dès que la caméra est inactive et si le mode de détection est activé, alors on une alerte avec vidéo à l’appui est émise. On m’a également indiqué que même si le cambrioleur part avec la caméra ou la dégrade, Kiwatch conserve et récupère les enregistrements réalisés avant que la caméra ne soit débranchée.

La configuration à mon réseau domestique n’aura pas était une mince affaire. J’ai souhaité dès le début la connecter en Wi-Fi afin de bénéficier de cette possibilité. J’ai eu plusieurs déconnections et je n’ai pas pu tout paramétrer du premier coup sans me poser de questions. Il est à noter que je n’ai pas de box avec bouton d’appairage. Je n’imagine donc pas que des personnes peu technophiles réussissent à installer le système seul sans s’y reprendre à plusieurs fois voire à appeler la hotline. Le branchement par Ethernet à quant à lui était beaucoup plus facile voire évident. Une fois que la connexion à la box était réalisée, je n’ai plus eu de soucis.

Une fois la bête installée, il faut maintenant gérer la caméra via l’application. Bonne nouvelle, celle-ci est disponible sur iOS et Android. Lors de la première prise en main et tout au long du test, l’interface se révèle agréable à utiliser et plutôt ergonomique. Il est assez facile d’accéder au flux vidéo en temps réel et aux événement ayant eu lieu dans la journée.

 

Le flux vidéo dispose du son et l’on peut écouter ce qu’il se passe. J’ai trouvé la qualité de la vidéo de jour comme de nuit très bonne.

Le floutage est volontaire ! 🙂

En revanche, je cherche encore l’option pour parler à travers mon téléphone pour que le son ressorte sur la caméra. La sensibilité du capteur est également très bonne et aucun soucis n’est à signaler. Elle est paramétrable pour convenir à la présence des petits comme des grands animaux.

Il est possible de régler plusieurs options dans l’application :

  • Alerte événement : envoi selon les choix réalisés (SMS, email ou appel vocal) une notification qu’un événement a été recensé. L’avantage du mail est l’envoi de la photo dans le corps du mail. La détection se fait avec la détection d’un mouvement, d’un bruit ou bien l’absence de mouvements ou encore la détection d’une alarme incendie. Chaque offre part avec un nombre d’alertes par moi et bien sûr chaque alerte supplémentaire coûtera quelques euros.
  • Enregistrement 24h : déclenche l’enregistrement continu sur votre caméra.
  • Détection alarme : permet d’être alerté si une alarme se déclenche chez vous (détecteur d’incendie ou de CO2 ou alarme anti-intrusion).
  • Mode intimité : Protège la vie privée. Il désactive l’ensemble des services sur votre caméra tel que l’accès au live ou les enregistrements en cours.
  • Sirène : possibilité d’activer à distance la sirène sur la caméra pendant 1 minute. Après le test, la sirène ne constitue pas une vraie alarme. Celle-ci se révèle assez faible. Compte tenu de la taille de l’objet, c’est assez compréhensible.
  • Voyant : permet d’activer ou désactiver les voyants de connexion de votre caméra.

Concernant les alertes, j’aurais préféré un système avec des notifications. Payer pour recevoir des alertes est assez inimaginable en ce qui me concerne.

Un journal de bord sous forme de planning et de timeline permet de voir en un clin d’œil les alertes et événements identifiés. Il est possible d’accéder aux vidéos d’alertes de 25 secondes pendant 30 jours. Pour récupérer les vidéos, il est nécessaire de passer par la timeline ou swiper sur les évènements pour exporter les vidéos. Les vidéos d’alertes badgées d’un point bleu sont disponibles (le 1 mai ci-dessous) et téléchargeables pendant 30 jours.

En complément il est possible de mettre la caméra en enregistrement continu sur 24h ou 7 jours avec un abonnement plus conséquent. Il est donc indispensable de bien connaître son offre pour pouvoir récupérer sa vidéo. Il est à noter que lorsqu’on vient de se faire cambrioler. Ce n’est pas forcément ce qui nous vient en premier à l’esprit. Pour les personnes avec un abonnement plus conséquent, il est possible d’aller jusqu’à 7 jours et 25 secondes d’enregistrement.

Il est possible de planifier des périodes de surveillance et des enregistrements. J’ai eu l’occasion de m’en servir durant mon voyage pour surveiller plus particulièrement mon lieu d’habitation. Dans l’application, il est également possible de faire de la gestion multi-comptes en invitant des tiers d’utiliser temporairement le système.

Pour ce qui est de l’interface web, je l’ai très peu utilisée mais celle-ci est facile d’usage.

Pour ce qui est du sérieux de l’offre et du matériel, Kiwatch a obtenu une accréditation de Thalès Cybersécurité sur l’intégralité de l’architecture et des protocoles de sécurité mis en place. Tous les flux entre la caméra et les serveurs, ainsi qu’entre les serveurs et votre PC/smartphone, sont chiffrés en HTTPS, SSL, TLS. En outre, l’architecture (serveurs et caméras) a été auditée par Orange, acteur majeur des télécoms, l’assureur Axa et l’acteur de la domotique Delta Dore.

En ce qui concerne l’aspect sécurité, il y a la possibilité d’avoir un contact direct avec la police et de souscrire à l’intervention d’un agent de sécurité 24/7 et gardiennage des lieux organisé par Axa. Je n’ai pas testé d’appel avec la police, ne souhaitant pas les déranger. Ces derniers se déplacent si les faits sont avérés avec la preuve qu’une présence dirons nous, inconvenante, est sur les lieux afin d’appréhender les suspects.

J’ai par contre appelé le service Axa pour en savoir plus sur le système. Ces derniers permettent de réaliser une levée de doutes s’il y a une suspicion d’effraction. Ces derniers dépêchent sur les lieux un agent de sécurité pour constater. Si le cas est avéré, il effectue le gardiennage le temps que tout se mette en place pour que la police arrive sur les lieux et pour sécuriser les lieux. Une action de serrurerie ou de vitrerie dans le cadre de la sécurisation coûte ainsi 200€. D’autres services sont disponibles comme de l’assistance psychologique avec un psychologue ainsi que de l’aide administrative pour se sortir de cette situation.

À propos du service, le produit testé coûte à l’achat 29€ + un abonnement avec engagement de 12 mois. Soit un ticket d’entrée à partir de 148€. Cher à l’apparence, cela permet réellement se s’essayer à la vidéosurveillance connectée.

Le premier abonnement est proposé dès 9,90€ par mois. En plus des alertes, les enregistrements sont accessibles pendant 24h. Au besoin si on voit un cambrioleur ou si on a un doute, on peut faire intervenir un agent de sécurité (réseau axa sur toute la France) et au besoin un service de gardiennage pendant 24h pour sécuriser les lieux. C’est inclus dans le forfait à 14,90€. Pour ce dernier service, il faudra rajouter 5€ au premier forfait. Chaque caméra supplémentaire coûtera 139€. Un prix situé dans la fourchette basse vis à vis de la concurrence.

Au fur et à mesure de ce test, je me suis rendu compte que l’on avait accès surtout à un service. Des partenaires de renoms travaillent avec Kiwatch comme indiqué auparavant. La partie matérielle a de nombreuses lacunes mais fait le principal. Au jour le jour, c’est une solution d’entrée appréciable pour commencer dans la télésurveillance ou télébienveillance comme l’indique Kiwatch. Le prix est assez raisonnable compte tenu du service et il y a de bonnes idées. 11200 caméras connectées sont actives dans toute la France alors pourquoi pas vous ?

Je commande Kiwatch

 

Test de la Kiwatch, la caméra de vidéobienveillance
La partie matérielle a de nombreuses lacunes mais fait le principal. La partie service rattrape le tout. Au jour le jour, c'est une solution d'entrée appréciable pour commencer dans la télésurveillance ou télébienveillance comme l'indique Kiwatch.
Installation
Qualité d'image
Options disponibles
Application
Qualité audio
Facilité d'usage
Les plus
  • Qualité d'image au top, idem de nuit
  • Partenaire : AXA
  • Présence d'une alarme
Les moins
  • Finitions, matières, conception matérielle
  • Configuration Wifi
  • Services supplémentaires payants (SMS, MAILS, etc.)
3.3Utile
Note des lecteurs: (0 Vote)
Partagez
Tweetez
Épinglez
+1
Partagez