Un pilote et la NASA inventent un dispositif pour réduire les collisions entre les avions et les drones de loisir

Les drones civils sont de plus en plus nombreux à occuper les espaces aériens dédiés aux avions et cela présente un risque pour la navigation aérienne. La récente invention d’un pilote privé devrait cependant améliorer les choses.

Cela fait déjà plusieurs décennies que les avions et les hélicoptères ont perdu le monopole de l’espace aérien. Dès la deuxième guerre mondiale en effet, ils ont été mis en concurrence avec les drones militaires. Jusqu’au récent avènement des drones civils, le taux d’occupation du ciel était encore plus ou moins faible.

Les risques de collision étaient ainsi moins importants. Cela n’est plus le cas aujourd’hui. Le nombre des drones circulant au dessus de nos têtes ne cesse d’augmenter. Ces risques sont d’autant plus élevés près des aéroports et des infrastructures stratégiques tels que les centrales nucléaires. Pour cette raison, Rock Zelenka a conçu un Radar visant à alerter de la présence de ces engins sans pilote.

Le renforcement de la sûreté de l’espace aérien comme priorité

Les premiers essais ont été concluants. En dépit de cela, le designer, qui possède également un brevet de pilote privé, entend encore procéder à de nombreux ajustements avant de pouvoir commercialiser sa solution.

L’incessante augmentation du nombre des drones en circulation constitue une grande source d’inquiétude pour les pilotes. Il est en effet difficile de les détecter, alors que certains d’entre eux sont contrôlés par des individus n’ayant suivi aucune formation formelle.

Des résultats satisfaisants

Randy Settergren, qui s’est chargé de la surveillance du dispositif durant ses premiers essais, s’est dit satisfait des résultats obtenus. D’autant qu’il devient de plus en plus difficile de repérer les drones en raison des technologies déployées par certains constructeurs. À cela s’ajoute le fait qu’il existe des particuliers qui savent confectionner des machines relativement performantes.

Drone volant près d'un avion commercial
Drone volant près d’un avion commercial. Photo d’illustration. Crédit image : Shutterstock / Jag_cz

On comprend donc l’enthousiasme de ce pilote vétéran après le test du prototype mené à l’aéroport de Platte Valley à Hudson. Après le repérage et l’identification d’un drone, le système transmet effectivement les informations au sol. Celles-ci sont par la suite envoyées à d’autres pilotes se trouvant dans la zone indiquée.

Un projet financé par la NASA

Rick Zelenka a toujours été intéressé par l’impact de la prolifération des drones sur la sécurité aérienne. La liste des incidents aériens impliquant des aéronefs sans pilote, disponible sur son site web, en est la preuve. L’obtention d’un contrat financé par la NASA lui a donc permis de réaliser son rêve : développer un système radar léger pour améliorer cette situation qui met en danger la navigation aérienne.

Il ne reste plus qu’à attendre le débarquement de la solution sur le marché. Mais avant cela, le pilote privé et son équipe devront d’abord procéder à l’amélioration de l’affichage. Quoi qu’il en soit, ils croient en l’efficacité de leur invention, surtout après l’adoption d’une nouvelle règle par la FAA (Federal Aviation Administration) qui vise à aider à identifier les drones en vol et l’emplacement de leurs stations de contrôle.

Plus de 900 000 abonnés nous suivent sur les réseaux, pourquoi pas vous ?
Abonnez-vous à notre Newsletter et suivez-nous sur Google Actualité et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
thedenverchannel.com

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans le journalisme en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page