L’université de Dayton aux Etats Unis a voulu démontrer qu’un petit drone pouvait fort endommager un gros avion… Le résultat est impressionnant !

Les drones vous connaissez bien sûr ? On en parle beaucoup et il y en a de plus en plus. Leurs utilisations sont variées et vont du survol de loisirs aux vols de surveillance ou même de missions humanitaires. Mais vous êtes-vous déjà demandé ce que pourrait provoquer une collision entre ces nouveaux engins aériens et un avion de ligne transportant de nombreux passagers. On aurait pu penser qu’un si petit engin ne serait pas un réel danger pour les solides carlingues des gros porteurs. L’université de Dayton aux Etats-Unis a donc réalisé un crash test qui fait froid dans le dos.

Lorsque l’on regarde cette vidéo, on comprend mieux pourquoi le survol des drones est très réglementé, et il se pourrait qu’il soit encore plus encadré afin d’éviter que ce genre d’incident ne puisse de produire.

Pour réaliser ce crash test, les chercheurs ont lancer un petit drone multirotor de 900 grammes sur l’aile d’un avion de tourisme lancé à 380 km/h. Il eût été simple de pronostiquer la pulvérisation du drone venu se frotter à la carlingue ! Et bien pas du tout, l’impact sur l’aile est impressionnant, le drone est venu perforer l’aile de l’avion en se désintégrant après avoir l’avoir pénétré. En sachant qu’un avion de ligne vole aux environs de 800 km/h, rendant donc l’impact plus violent encore, il pourrait perforer le fuselage et faire chuter l’avion.


A lire également :


Déjà une vingtaine d’incidents se sont produits en 2016 en Europe  entre des avions et des drones. Une vingtaine d’entre eux ont été considérés comme sérieux par l’EASA (agence européenne de sécurité aérienne). Il se pourrait bien que cette nouvelle très sérieuse étude soit étudier et durcisse encore un peu les lois concernant les vols de drones en les rendant encore plus strictes.

N’oublions pas que la menace terroriste est toujours bien présente, les drones sont une menace s’ils sont utilisés à mauvais escient. Une nouvelle technologie que les différents acteurs de la lutte anti-terroriste ne maîtrise pas encore parfaitement. Il est déjà très difficile de faire voler un drone sans autorisation, c’est d’ailleurs passible de 75 000€ d’amende assorti d’un an de prison. De quoi réfléchir à deux fois avant de faire décoller son engin !

Source : presse-citron.net

70 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer
Partagez
+1