Animaux

Les souris percevraient leur futur environnement avant même d’ouvrir les yeux

Comment expliquer qu'une souris connaisse déjà son environnement avant même d'ouvrir les yeux ? les responsables de ce phénomène seraient, selon les chercheurs, les ondes rétiniennes.

Que se passe-t-il avant la naissance ? Comment un animal qui naît sait déjà se prémunir des éventuels dangers du monde qu’il découvre ? Ces questions peuvent se poser pour un nouveau-né, qui, d’instinct suit un doigt qui bouge quelques minutes après sa naissance. Mais elle se pose également chez les animaux.

Des chercheurs de l’université de Yale ont récemment publié une étude sur des souris en analysant ce qu’elles pouvaient voir (ou percevoir), avant même d’avoir ouvert leurs yeux; cette étude suggère que les souris « rêvent » le monde dans lequel elles évolueront à leur naissance… Explications.

L’étude en question

L’étude parue le 23 juillet dernier dans le magazine Science a été dirigée par Michael Crair, professeur de neurosciences William Ziegler III et professeur d’ophtalmologie et de sciences visuelles. Il tente de décrire les activités qui proviennent de la rétine néonatale de la souris, avant qu’elle ne découvre le monde grâce à la vision. Pour réaliser l’étude, les chercheurs ont analysé les ondes rétiniennes dès la naissance de la souris, avant qu’elle n’ouvre les yeux. Une fois que le sens de la vue prend le relais du cerveau, ces ondes rétiniennes disparaissent.

Mais au fait, pourquoi certains éternuent dès qu'il y a du soleil ?

En fait, les ondes rétiniennes sont des vagues spontanées d’activité rétinienne, comme si la rétine s’exerçait à l’intérieur de l’œil avant d’être opérationnelle. D’ailleurs, les vagues rétiniennes circulent de la même manière après ouverture des paupières.

Des informations transmises au cerveau

L’activité spontanée de la rétine affinerait la réactivité des cellules du colliculus supérieur du cerveau. C’est lui qui reçoit des signaux neuronaux de la rétine pour traiter les informations directionnelles. Après la naissance, ce « réseau » disparaît pour laisser place aux transmissions neuronales classiques.

Si les mammifères sont capables de s’orienter dans un monde qu’ils ne connaissent pas, selon Crair, c’est parce qu’il existe une activité avant la naissance. Si les comportements à la naissance sont plutôt rudimentaires, ils existent néanmoins, sans qu’aucune intervention extérieure n’entre en jeu dans l’apprentissage du nouveau-né. L’activité rétinienne spontanée imiterait donc l’activité de l’animal, si celui-ci se déplaçait dans un environnement réel.

L’activité spontanée de la rétine affinerait la réactivité des cellules du colliculus supérieur du cerveau
L’activité spontanée de la rétine affinerait la réactivité des cellules du colliculus supérieur du cerveau. Crédit photo : Shutterstock / srisakorn wonglakorn

Toujours selon le directeur de l’étude : « Cette activité onirique précoce a un sens évolutif car elle permet à une souris d’anticiper ce qu’elle vivra après avoir ouvert les yeux et d’être prête à réagir immédiatement aux menaces environnementales »

Des recherches plus pointues encore

Les chercheurs ont également étudié les circuits responsables de la propagation des ondes rétiniennes. Ils ont découvert que le blocage de la fonction des cellules amacrines en étoiles (cellules rétiniennes) libéraient des neurotransmetteurs qui empêchaient les ondes d’aller vers l’avant, donc vers l’œil ! Une fois la souris adulte, ces cellules, au contraire jouent le rôle de détecteur de signaux environnementaux.

CorNeat KPro : la première greffe de cornée artificielle est un succès !

Attention, on ne peut cependant pas comparer ces résultats à ceux d’un humain. La souris se déplace immédiatement après sa naissance, ce qui n’est pas le cas d’un bébé. Toutefois, ce phénomène d’ondes rétiniennes pourrait exister chez l’humain également. Lorsqu’un bébé naît, il est capable de suivre le mouvement d’un doigt ou d’un objet. Ce test fait d’ailleurs partie du test d’APGAR qui évalue la réactivité des bébés à la naissance. Le fait que le bébé suive le mouvement d’un objet impliquerait donc qu’il existe bien une activité rétinienne in-utero ! Le cerveau et la vie intra-utérine n’ont pas encore livré tous leurs secrets, et il nous reste probablement bien des choses à apprendre !

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page