Elle est l’oeuvre d’un architecte néerlandais et est destinée à un studio musical pour Hans Liberg ! Un petite maison camouflée dans une pile de bois qui pourrait bien devenir un habitat phare de notre paysage.

Elles sont souvent vues dans des films tournés au Canada ou dans les séries se déroulant dans l’Ouest de l’Amérique, et construites depuis des décennies. Et pourtant les maisons en rondin pourraient faire partie des habitations écologiques des années à venir. On les appelle maisons en rondin ou fustes, elles sont construites à base de bois brut et demandent très peu d’usinage.

Une construction en rondins respecte l’environnement plus encore qu’un chalet car la matière première ne subit aucune transformation après la coupe et donc ne contribue pas à l’émission de carbone dans l’atmosphère. Pour preuve, un architecte néerlandais Piet Hein Eek s’est inspirée de ce modèle de construction pour construire un véritable studio d’enregistrement, camouflé à l’intérieur d’un faux tas de bois.


A lire également :


L’architecte en a fait un studio de recherche pour le musicien Hans Liberg. L’histoire ne dit pas comment le son est absorbé par le bois mais le studio de musique semble confortable et installé dans une atmosphère paisible parfaite pour la créativité.

Vous pourrez découvrir le détail de ce studio de musique sur le compte Instagram de l’architecte et l’intérieur sur le site de Thomas Mayer, un photographe allemand qui a eu la chance de visiter cette antre musicale.

Lorsque l’on sait que ces habitations ne demandent que très peu d’entretien puisque les troncs conservent leurs écorces, que le bois régule lui-même la température intérieur de la maison et que ces maisons peuvent rester debout entre 400 et 600 années, on se dit que ce pourrait être une très bonne alternative aux constructions habituelles, énergivores et souvent moins pérennes. Il est malgré tout conseillé d’apporter un traitement préventif d’insectifuge et de fongicide afin de palier à d’éventuelles attaques d’insectes ou de champignons.

Crédits photo : Thomas Mayer / Hans Liberg