Environnement

Bonne nouvelle : la population d’éléphants a doublé en 30 ans au Kenya !

Grâce à la création de réserves nationales, à l'alourdissement des sanctions contre le braconnage et au soutien d'un pays tout entier, le Kenya peut préserver les éléphants...

Quand on veut on peut ! Cet adage pourrait résumer les efforts du gouvernement kenyan pour préserver les pachydermes. Au Kenya, la lutte contre le braconnage est devenue un combat mené par tous. Le continent africain était la terre d’environ 1.3 millions d’éléphants en 1970.

Aujourd’hui ils ne seraient plus que 500 000. Longtemps braconnés pour leurs défenses d’ivoire revendues à prix d’or, ils sont encore aujourd’hui massacrés par des barbares avides d’argent. Au Kenya, depuis 1989, le nombre d’éléphants a doublé sur le territoire. Une belle victoire pour tous ceux qui se battent au quotidien contre les braconniers.

À LIRE AUSSI :  YouCare : le moteur de recherche qui offre des repas aux associations de protection animale !

Si le Kenya parvient à ce résultat, c’est grâce à l’engagement du gouvernement et des associations locales de préservation de l’espèce. En créant des réserves nationales comme celle d’Amboseli, au pied du Kilimandjaro, les autorités ont su protéger les éléphants. Certes, ces lieux sont ouverts aux touristes pour des safaris… Mais bien entendu, le seul shoot possible est celui de l’appareil photo !

Les sanctions contre les braconniers sont aussi plus lourdes qu’avant… En exportant illégalement des défenses d’éléphants, les contrevenants s’exposent à vingt années de prison… ferme !

Ainsi, le braconnage a chuté passant de 80 animaux en 2018 à 34 en 2019, c’est encore trop, mais c’est déjà 46 éléphants restés en vie ! Ainsi en 30 ans, les éléphants du Kenya sont passés de 16000 individus à 34800 aujourd’hui.

The venue of this years #WorldElephantDay is a pointer to the intended engagements and devolving responsibility of…

Publiée par Kenya Wildlife Service sur Mercredi 12 août 2020

Et pour étayer encore un peu plus ses actions de sauvegarde, le président kenyan, Uhurau Kenyatta avait lui-même brûlé 100 tonnes d’ivoire d’éléphants… Pour rappeler aux trafiquants que ce commerce est illégal et dévastateur pour les éléphants ! Si seulement, tous les pays d’Afrique, mais aussi d’Asie pouvait prendre exemple sur le Kenya, les éléphants ne seraient plus menacés d’extinction.

Human-elephant conflict is emerging as the major threat to elephant conservation and its effective mitigation along with enhanced security will require the continued dedicated efforts from Kenya Wildlife Service and Stakeholders- KWS DG Brig (Rtd) John Waweru #WorldElephantDay

Publiée par Kenya Wildlife Service sur Mercredi 12 août 2020

 

Photo de couverture Paul Hampton / Shutterstock

Via
positivr.fr

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page