Environnement

Réchauffement climatique : des états insulaires appellent à l’aide après la parution du rapport du GIEC

La montée des eaux annoncée pourrait engloutir certaines îles dans le monde... Pourtant, nous pourrions peut-être, en agissant au quotidien, limiter les dégâts !

Le désormais célèbre rapport du GIEC du 9 août 2021 fait l’effet d’une bombe à travers le monde, et nous avons vu que les impacts du réchauffement sur le France seraient nombreux. Mais également, que ce dérèglement climatique allait bouleverser certains secteurs économiques.

Après la publication du rapport, certains états insulaires, qui risquent tout bonnement de disparaître, s’inquiètent légitimement. La montée des eaux menace directement toute forme de vie sur leurs îles, et leurs dirigeants appellent à l’aide internationale ! Mais comment faire pour éviter le pire ? En juillet dernier, nous vous expliquions que certaines villes françaises étaient peut-être déjà condamnées à disparaître…

Un risque majeur pour les états insulaires

Si, comme les experts le prévoient, les 1.5°C supplémentaires sont atteints d’ici 2050, le niveau des océans pourrait grimper de 2 mètres. Et les petites îles paradisiaques nichées au cœur des océans sont menacées d’engloutissement. Si le rapport est si alarmant, c’est en grande partie à cause de nous, les humains: nos activités génèrent un surplus de chaleur et émettent les fameux gaz à effet de serre, entraînant une augmentation inexorable des températures extérieures. En augmentant, la température fait fondre les glaces des pôles terrestres.

Pourquoi les températures augmentent

Nos activités humaines, toujours plus nombreuses, imposent l’utilisation de ressources fossiles (charbon, gaz, pétrole). Et ces énergies, par leur exploitation intensive, génèrent de plus en plus d’émissions de carbone; les gaz forment alors une couche qui retient la température sur la Terre. Lors de la Révolution Industrielle au XIXème siècle, les gaz à effet de serre ont été identifiés, mais, à l’époque, ils n’inquiétaient pas autant qu’aujourd’hui: les besoins humains n’étaient pas les mêmes et l’industrialisation à outrance non plus.

Quelles sont les villes les plus "résilientes" pour faire face au réchauffement climatique ?

La montée des eaux, un concept invisible, et pourtant !

L’œil humain ne peut absolument pas percevoir cette montée des eaux… En revanche, les appareils des scientifiques, eux, sont formels. Durant le XXème siècle, les eaux sont montées d’environ 1.7 mm par an. Or, entre 1993 et 2013, ce sont 3.2 mm par an qui ont été constatés par les scientifiques, soit presque 2 fois plus. Il est, en revanche, très difficile de prédire de cette montée des eaux pour les années à venir.

Réchauffement climatique : des états insulaires appellent à l'aide après la parution du rapport du GIEC
Image d’illustration. Crédit photo : Shutterstock / Valmedia

Mais alors, que peut-on faire pour éviter le pire ?

La seule solution serait de réduire notre consommation d’énergie fossiles, mais ce n’est pas toujours évident: il faudrait, par exemple, privilégier les énergies solaires, éoliennes ou marémotrices. Et, au quotidien, chacun de notre côté, faire de notre mieux pour changer nos habitudes :

  • Eteindre les appareils en veille quand on ne les utilise pas, en utilisant des prises télécommandées ou connectées par exemple.
  • Chauffer sa maison à 19°C en hiver, et allumer le poêle à bois ou enfiler un pull quand on frissonne, plutôt que de pousser la chaudière au gaz.
  • Opter pour un pommeau de douche sur lequel on peut couper l’eau pendant que vous vous savonnez sous la douche… Et fermer le robinet quand on se brosse les dents.
  • Privilégier l’achat de produits de seconde main pour les meubles, l’électroménager, les vêtements… Et choisir des produits respectueux de l’environnement, comme par exemple les crèmes solaires inoffensives pour les coraux.
  • Trier nos déchets, composter, recycler ! Relooker un meuble plutôt que le jeter; tailler des torchons dans un vieux drap au lieu de le mettre à la poubelle.
  • Utiliser un vélo électrique, ou même nos pieds pour les petits trajets; penser transports en commun, covoiturage pour aller au boulot.
A quoi vont ressembler nos littoraux si le niveau de la mer monte de 1 à 5 mètres ?

L’effort quotidien de chacun pourrait peut-être sauver les paysages paradisiaques de ces petites îles… Et accessoirement, quelques vies humaines…

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page