Selon cette étude, le changement climatique pourrait mener à l’écroulement de la société plus tôt que prévu…

Le réchauffement climatique pourrait conduire à l’effondrement de l’humanité bien plus tôt qu’on ne le pense. Selon une nouvelle étude, cela pourrait avoir lieu d’ici la fin de ce siècle si aucune mesure n’est prise pour réduire considérablement nos émissions de gaz à effet de serre.

Notre civilisation est-elle au bord de l’effondrement ? C’est en tout cas ce que suggère une nouvelle étude parue dans la revue BioScience et soutenue par plus de 15 000 scientifiques issus de plus de 160 pays. Ces experts s’accordent à dire que « la vie sur la planète Terre est en état de siège » alors que nos émissions de gaz à effet de serre continuent à prendre de l’ampleur. Le rapport rappelle les efforts mis en œuvre par les écologistes pour prévenir la hausse des températures causée par les activités humaines. Malheureusement, les mesures adoptées semblent insuffisantes.

Les combustibles fossiles en tête de liste

Christopher Wolf note qu’à moins que des stratégies réellement efficaces ne soient mises en œuvre pour s’attaquer au fond du problème, une catastrophe mondiale due à des changements environnementaux rapides est inévitable. Le co-auteur de l’étude et chercheur postdoctoral à l’Université d’État de l’Oregon estime que le monde est sur la voie d’un effondrement possible de ses systèmes socio-économiques et naturels. Le pire, c’est que cela pourrait arriver d’ici à 2100. Selon l’article, l’industrie des combustibles fossiles ainsi que les initiatives gouvernementales qui la soutiennent constituent les principaux éléments à l’origine de la crise climatique.

Pollution et impact de l'homme sur les changements climatiques.
Pollution et impact de l’homme sur les changements climatiques. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Des scénarios effrayants

En plus de cet éventuel basculement des systèmes socio-économiques et écologiques, les experts mettent en garde contre de possibles pénuries d’eau douce et de nourriture à l’échelle planétaire. S’y ajouteraient des épisodes caniculaires qui pourraient durer tout au long de l’année. Bref, Christopher Wolf et les co-signataires de l’article prévoient des scénarios apocalyptiques si aucune mesure n’est prise pour renverser la tendance actuelle des émissions de carbone. Les auteurs estiment qu’il est primordial de changer les opinions vis-à-vis de l’urgence environnementale.

Plus qu’une urgence climatique

D’après eux, le problème du changement climatique ne doit pas être considéré comme une préoccupation environnementale isolée, mais plutôt comme une menace pressante pour l’écosystème terrestre dans son ensemble. Pour prévenir une apocalypse d’ici à la fin du siècle, les chercheurs recommandent ainsi d’abandonner les combustibles fossiles et de revoir notre habitude de consommation.

Sécheresse et inondation à différents endroits du globe, signes du changement climatique.
Sécheresse et inondation à différents endroits du globe, signes du changement climatique. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

En effet, la surconsommation contribue également à la hausse des températures terrestres et à l’amenuisement des ressources naturelles. Par ailleurs, l’étude fait état d’un autre constat alarmant. En 2023, on a enregistré 38 jours au cours desquels les températures moyennes mondiales ont dépassé de 1,5 °C le seuil maximal de l’ère préindustrielle, un niveau rarement franchi avant le début du 21e siècle ! Plus d’infos : academic.oup.com. Que pensez-vous de cette étude alarmante ? Nous vous invitons à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
futurism.com

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans la rédaction web en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

4 commentaires

  1. En 2000 je disais en 2050 les jours seront comptés pour les humains , tout le monde me disait arrete de dire des conneries , 2050 c’est encore dans 25 ans , quand on voit en 20 ans l évolution de la couleur du ciel , il est écrit dans la Bible , la fin sera le feu….

  2. Le seul problème de cette “une étude”, c’est que, maintenant que l’on prévoit réellement la fin du monde, ou plus exactement de l’humanité, on ne pourra pas en rajouter dans le catastrophisme; (Apocalypse ne veut dire que “révélation”, pas “chaos”);
    Autrement dit “à quoi bon ?”
    “tout ce qui est excessif est insignifiant”, comme disait ce bon M de Talletyrand

  3. Vous expliquez très justement que le réchauffement climatique aura des conséquences dramatiques plus vite que prévu.
    Pouvez vous expliquer comment il est possible que apparemment personne dans la communauté scientifique , politique ni journalistique ne veut dénoncer la contamination chimique généralisée , causée notamment par l’usage des pesticides qui a augmente de manière exponentielle depuis les années 60 ni ses conséquences dramatiques sur la santé humaine et animale.
    Ces conséquences , y compris la pandémie actuelle de cancers ,
    (+ allergies etc) qui selon les dernières estimations affectera plus de 50% des humains nés ces dernières années, souvent avant 50 ans et de plus en plus jeunes , sont apocalyptiques;
    Cette contamination et ses conséquences étaient bien connues et prévues des le début des années 70. Nos professeurs du collège agricole St Eloi de Leuze nous l’avaient bien expliqué, nous avaient mis en garde et responsabilisé.
    A l’UCL, en médecine jusqu’en 2e Doc, aux cours d’Immunologie, Embryologie, Cancérologie, Hématologie, Reproduction, etc. j’ai eu la confirmation qu’une pandémie (de cancers, mutations, problèmes immunologiques, diminution de la fertilité etc, etc), due a l’empoisonnement chimique était inéluctable.
    Aujourd’hui, de nombreuses études le confirment. Mais comme pour les poisons dans l’eau, pour les trouver, il faut les rechercher.

    Comment voulez vous que les agriculteurs ( non Bio ) comprennent et acceptent une diminution ou une interdiction de l’usage des pesticides si aucun scientifique ne confirme et ne publie le lien de cause a effet pourtant bien connu et de plus en plus documenté entre l’empoisonnement chimique général et la pandémie actuelle de cancers et autres misères dont l’asthme et les allergies.

    La conséquence est la suivante :

    Dans le journal “La Croix” : Le premier syndicat agricole français et les Jeunes Agriculteurs (JA) exigent ….. la mise en œuvre d’un « chantier de réduction des normes », ont-ils indiqué dans un communiqué. Les syndicats exigent notamment un «moratoire sur les interdictions» de pesticides et un «rejet d’Ecophyto», le plan gouvernemental qui vise à réduire de moitié l’utilisation des pesticides d’ici à 2030, par rapport à 2015-2017.

    Les exigences des organisations agricoles belges majoritaires sont les mêmes.

    L’apocalypse sanitaire dont je viens de parler est en cours. Ses conséquences deviendront évidentes avant les conséquences du réchauffement.

    Il est évident que la première étape sera de constituer une sorte de GIEC sur le sujet, chargé
    – de rassembler toutes les études scientifiques établissant un rapport de cause a effet entre ces poisons et l’apocalypse sanitaire en cours
    – les officialiser
    – les publier
    . Il faudra alors de toute urgence que les autorités politiques prennent les mesures nécessaires. L’interdiction de tous les produits chimiques co-responsables est la seule solution.

    Étant donne la puissance de l’industrie Phyto pharmaceutique et Pharmaceutique qui ont souvent les mêmes actionnaires , le monde scientifique dont ils sont les sponsors, l’idéologie productiviste chimio dépendante majoritaire dans les campagnes du monde entier,…et la responsabilité de tous les partis politiques qui ont permis par l’octroi des Licences, la Production, la Commercialisation et l’Utilisation des Pesticides… ce ne sera pas facile.

    Dans l’attente d’une réponse de votre part;

    Kind regards.

    Pierre Duhain
    Lusthof Org. Farm
    Carolina
    MPU.
    South Africa

  4. Le pouvoir et le profit sont la première préoccupation de l’humain et des dirigeants.
    Tant que cela sera ainsi, rien ne changera.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page