Environnement

Une nouvelle méthode permet de transformer les déchets alimentaires, le charbon, et les déchets plastiques en graphène

Les scientifiques projettent de produire un kilogramme de graphène par jour d'ici deux ans.

Chaque jour, des millions de tonnes de déchets carbonés sont jetés pour être brûlés. Cependant, ce processus est coûteux et polluant. Face à cette pollution massive, des chercheurs de l’Université de Rice, au Texas, ont axé leurs efforts dans le développement d’une solution à la fois écologique et économique.

Les chercheurs ont mis au point une méthode permettant de transformer n’importe quel déchet contenant du carbone en graphène. Baptisée technique du « graphène flash », cette dernière permet notamment de transformer des peaux de banane, du bois ou encore des pneus en graphène de bonne qualité.

A LIRE AUSSI :
Kraken, le trois-mâts français en expédition pour dépolluer les océans

D’ici deux ans, ils projettent de fabriquer un kilogramme de graphène par jour. Leur premier projet est de transformer du charbon du Département américain de l’énergie.

Une méthode plus économique et peu coûteuse

Mis au point par le professeur James Tour, cette méthode permet de produire du graphène en moins d’une seconde. Elle ne nécessite aucun additif chimique puisqu’elle consiste tout simplement à chauffer des déchets carbonés à une température exacte (2 727 degrés Celsius).

Elle présente plusieurs avantages. Elle n’est effectivement pas seulement rapide, mais également économique et peu coûteuse. En outre, James Tour a expliqué que les procédés de production existants permettent de produire soit du graphène de faible qualité, soit du graphène de haute qualité en petite quantité. Mais avec la technique du graphène flash, les scientifiques ont réussi à produire une quantité moyenne et de bonne qualité.

Un grand avantage écologique

Cette technique présente un double avantage écologique. Elle permet tout d’abord de transformer les déchets alimentaires et le plastique en ressources. « Parce qu’elle se dégrade, 30 à 40 % de la nourriture produite dans le monde est jetée. De même, les déchets plastiques sont une préoccupation majeure pour la planète. Néanmoins nous avons prouvé que toute matière solide à base de carbone, y compris les déchets plastiques mélangés et les pneus en caoutchouc, pouvait être transformée en graphène », ont expliqué les scientifiques.

Mais ce n’est pas tout. Une fois mélangé avec une très petite quantité de ciment, le graphène permet de lier le béton de construction. Une méthode qui est utilisée pour réduire la nécessité en ciment au cours d’une construction. Ainsi, elle permet également de réduire les émissions de dioxyde de carbone occasionnées par la fabrication de béton.

« En renforçant le béton avec du graphène, nous pourrions utiliser moins de béton pour la construction, et cela coûterait moins cher à fabriquer et à transporter. Essentiellement, nous piégeons les gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone et le méthane que les déchets alimentaires auraient émis dans les décharges. Nous convertissons ces carbones en graphène et ajoutons ce graphène au béton, réduisant ainsi la quantité de dioxyde de carbone générée dans la fabrication du béton. C’est un scénario environnemental gagnant-gagnant utilisant du graphène. »

Photo de couverture De Forance / Shutterstock

Via
clubic.com
Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer