Innovation

Angleterre : des chiens dressés pour flairer et détecter les personnes malades du Covid-19

Afin de prévenir une éventuelle seconde vague de l'épidémie qui sévit actuellement, des chercheurs anglais travaillent avec des chiens. Ils sont persuadés qu'ils pourraient être une arme pour empêcher le retour du virus, une fois la crise sanitaire passée.

Et si nos compagnons à quatre pattes pouvaient nous sauver la vie ? Ou du moins, nous aider à détecter ce coronavirus qui nous empoisonne la vie depuis des semaines ! Des chercheurs britanniques à l’origine d’études sur la détection de cancer ou infections bactériennes par les chiens se penchent sur le coronavirus.

L’association Medical Detection Dogs travaille sur le sujet, avec la London School of Hygiene and Tropical Medicine (LSHTM) et l’université de Durham. Ils tentent en ce moment même de dresser des chiens à la détection du Covid-19. Nous savons l’odorat des chiens capable de détecter la drogue. Alors pourquoi ne détecteraient-ils pas le Covid-19. Comme toutes les maladies, il doit provoquer des changements olfactifs imperceptibles pour l’Homme ?

Cette étude ne prévoit pas de pouvoir endiguer l’épidémie actuelle mais plutôt d’assurer l’après-épidémie. D’après les chercheurs, six semaines seront nécessaires pour que les chiens soient de précieux alliés dans la détection de ce nouveau virus. L’objectif étant de pouvoir détecter de manière non invasive, les gens dans les espaces publics par exemple.

Les chercheurs sont persuadés que les chiens peuvent détecter le Covid-19. Ils essaient, en ce moment de capturer l’odeur de ce virus pour le présenter aux chiens. Ainsi entraînés, ils pourraient être utiliser après l’épidémie, dans les aéroports par exemple pour détecter un éventuel retour du virus… Et éviter une seconde vague qui semble de plus en plus probable.

À LIRE AUSSI :
Cette étude scientifique explique pourquoi il est important de caresser son chien avant de partir...

En détectant les voyageurs à l’arrivée, ils pourraient permettre de tester ceux qu’ils auront « reniflé » et limiter une nouvelle propagation. Les premiers résultats sont attendus dans six semaines. N’oublions pas que les chiens ne transmettent pas le virus à l’Homme et qu’il ne présente aucun risque de mortalité pour eux. Verdict dans 6 semaines !

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page