Cette invention du MIT transforme les murs de nos maisons en batterie de stockage résidentielle

Les chercheurs du MIT ont mis au point une invention particulièrement innovante, à savoir un béton composé d’eau, de ciment et de noir de carbone, qui peut être utilisé pour stocker de l’énergie.

Le ciment compte parmi les matériaux de construction les plus polluants. Selon la GCCA (Global Cement and Concrete Association), sa production est responsable d’environ 7 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Ce qui est trois fois plus élevé que celles du transport aérien. Si ce matériau a un impact négatif sur l’environnement, il reste un ingrédient indispensable dans la réalisation de travaux de construction. Des scientifiques du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont conçu un béton innovant capable de stocker de l’énergie provenant de dispositifs tels que des panneaux photovoltaïques ou des éoliennes. Cette innovation pourrait contribuer à la réduction des émissions de GES.

Un mélange d’eau, de ciment et de noir de carbone

Afin de pouvoir stocker de l’énergie dans le béton, les chercheurs du MIT l’ont transformé en supercondensateur. Pour ce faire, ils ont mélangé de l’eau, du ciment et du noir de carbone, un conducteur utilisé, entre autres, dans la fabrication de pneus de voiture. Ce mélange a permis de créer un béton comprenant des réseaux de matériaux conducteurs, ressemblant à de petites racines. Pour les scientifiques, cette invention pourrait se présenter comme une alternative aux batteries de stockage classiques, pour emmagasiner de l’électricité verte et réduire la dépendance des logements au réseau public de distribution. Par ailleurs, elle permettrait de faire face à la demande croissante de dispositifs de stockage dont la fabrication nécessite des matériaux comme le lithium. Il est à noter que l’extraction de ce dernier consomme une grande quantité d’eau, d’énergie et a un impact environnemental non négligeable. Par ailleurs, il n’y a qu’une centaine de mines de lithium à travers le monde et l’offre est donc nettement inférieure à la demande.

Un supercondensateur en ciment-carbone capable d'alimenter un appareil électrique.
Un supercondensateur en ciment-carbone capable d’alimenter un appareil électrique. Crédit photo : Damian Stefaniuk

Une technologie pouvant être utilisée à différentes fins

Damian Stefaniuk, le chercheur qui a travaillé dans la conception du supercondensateur, et ses collègues du MIT et du Wyss Institute for Biologically Inspired Engineering prévoient d’utiliser leur technologie dans divers domaines. Dans une maison, par exemple, les murs, les fondations et les piliers peuvent être construits à partir de ce béton modifié afin de pouvoir stocker de l’énergie. D’autre part, selon Stefaniuk, les supercondensateurs pourraient être utilisés pour construire des routes, emmagasiner de l’énergie issue de dispositifs photovoltaïques et recharger les batteries des voitures électriques lorsqu’elles circulent. Ce qui permettrait d’augmenter significativement leur autonomie et de réduire la dépendance des automobilistes aux bornes de recharge classiques.

Quelques obstacles à surmonter

Si les supercondensateurs peuvent être rechargés plus rapidement que les batteries au lithium, ils libèrent rapidement l’énergie emmagasinée et ont une capacité de stockage relativement faible. En effet, le béton modifié mis au point par les chercheurs du MIT ne peut stocker qu’environ 300 Wh d’énergie par mètre cube. Toutefois, selon Damian Stefaniuk, des fondations de 30 à 40 m3 conçues à partir des supercondensateurs devraient pouvoir alimenter efficacement une habitation. Hormis les problèmes liés à la décharge rapide et à la capacité de stockage, les scientifiques doivent trouver le mélange optimal entre les différents matériaux.

Du ciment capable de stocker et de libérer de l'énergie pour alimenter des appareils électriques.
Du ciment capable de stocker et de libérer de l’énergie pour alimenter des appareils électriques. Crédit photo : MIT

En ajoutant du noir de carbone, ils peuvent créer un béton pouvant emmagasiner davantage d’énergie, mais moins résistant. Pour information, l’équipe doit réaliser des recherches supplémentaires avant de procéder au déploiement de son invention à des échelles plus importantes. Pour tester sa technologie et évaluer la capacité de celle-ci à répondre aux besoins d’une habitation, elle projette de construire une structure d’approximativement 45 m3. Plus d’informations sur ces recherches. Que pensez-vous d’une construction qui pourrait stocker de l’énergie ? Je vous invite à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonnés nous suivent sur les réseaux, pourquoi pas vous ?
Abonnez-vous à notre Newsletter et suivez-nous sur Google Actualité et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Via
bbc.comfuturism.com
Source
gccassociation.org

Raharisoa Saholy Tiana

Je m’appelle Tiana et je suis journaliste professionnelle. J’ai une affinité particulière pour les sujets d’actualités et sur tout ce qui a trait à l’environnement, à l’innovation et au lifestyle. Depuis plusieurs années, j’ai couvert un large éventail de sujets liés entre autres aux questions environnementales et aux nouvelles technologies. Chez Neozone, j’interviens pour vous faire découvrir ces sujets fascinants, qui peuvent apporter de grands changements dans la société et qui méritent d’être mis en lumière. De nature curieuse et créative, j’ai toujours voulu devenir une journaliste web francophone. Après avoir obtenu mon diplôme de maîtrise en droit privé à l'université d’Antananarivo, j’ai décidé de me former aux métiers de la rédaction. J’ai commencé dans une agence web locale, avant de me lancer dans le « freelancing ». Cela fait plus de 10 ans que j’évolue dans ce secteur, en collaborant notamment avec de nombreuses agences et sites internationaux. Cette citation de Léon Trotsky m’inspire et me motive au quotidien : « La persévérance, c'est ce qui rend l'impossible possible, le possible probable et le probable réalisé. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page