D’après cette étude, les filets agricoles rouges sont beaucoup plus efficaces pour dissuader les insectes

La couleur des filets agricoles pourrait aider à repousser les insectes nuisibles à la culture. Du moins, c’est ce que suggère un nouveau rapport provenant du Japon.

Il s’agit d’une découverte qui pourrait révolutionner la lutte contre les insectes dans le domaine de l’agriculture. Au Japon, des chercheurs de l’Université de Tokyo viennent de publier un article décrivant un moyen simple et efficace qui pourrait permettre de s’affranchir des pesticides. L’étude, publiée dans la revue Scientific Reports le 14 février dernier, a été dirigée par le professeur Masami Shimoda. Elle décortique l’effet des couleurs sur le comportement des insectes, en particulier des thrips de l’oignon (Thrips tabaci). Les chercheurs ont émis l’hypothèse que la couleur des filets pourrait aider à repousser cette espèce connue comme étant un vecteur du « virus de la maladie bronzée de la tomate ».

Des tests en conditions réelles

Les filets agricoles disponibles actuellement sur le marché sont généralement de couleur noir, blanc, bleu ou vert. En s’appuyant sur une étude datant de 2015, laquelle suggérait que la lumière rouge pouvait aider à se débarrasser des insectes ravageurs de plantes, l’équipe de l’université japonaise a eu l’idée d’utiliser des filets rouges pour protéger les cultures. Pour ce faire, ils ont testé des filets ayant trois combinaisons de couleurs différentes : rouge-blanc, rouge-noir et rouge-rouge. Les filets, avec des mailles mesurant entre 0,8 mm et 2,1 mm, ont été suspendus au-dessus de cultures de poireaux Kujo (oignons gallois).

Les chercheurs ont testé différentes couleurs pour leurs filets afin de lutter contre les invasions d'insectes comme les thrips de l’oignon, qui ravagent les cultures.
Les chercheurs ont testé différentes couleurs pour leurs filets afin de lutter contre les invasions d’insectes comme les thrips de l’oignon, qui ravagent les cultures. Crédit photo : Tokumaru, S., Tokushima, Y., Ito, S. et al. Advanced methods for insect nets: red-colored nets contribute to sustainable agriculture. Sci Rep 14, 2255 (2024). https://doi.org/10.1038/s41598-024-52108-1

Des résultats prometteurs

Pour mieux évaluer les effets des filets rouges, les universitaires ont également utilisé des filets traditionnels (noirs, bleus et blancs) en guise de témoins. Les résultats ont été frappants. Le groupe de recherche a constaté que les filets rouges étaient plus efficaces pour dissuader les insectes par rapport à leurs équivalents de couleurs noir et blanc. Les chercheurs ont même observé qu’un filet rouge avec des mailles plus grandes était encore plus efficace qu’un filet noir, bleu ou blanc avec des trous plus petits. D’après eux, en plus de contribuer à la protection des plantes, l’utilisation de filets agricoles rouges pourrait permettre de réduire considérablement le recours aux pesticides.

Une large possibilité d’utilisation

De son côté, le professeur Masahiro Osakabe, auteur principal de l’étude, s’attend à ce que ces résultats encouragent les scientifiques et les agricultures à explorer la piste des filets rouges en tant que solution pour lutter contre les insectes qui détruisent les cultures. La même technique pourrait être appliquée à d’autres activités agricoles, ouvrant ainsi potentiellement la voie à une agriculture plus durable.

« Si les consommateurs s’intéressent à ce type d’agriculture durable et à l’utilisation de moins de pesticides chimiques, je ne doute pas que cette solution simple mais efficace se généralisera », s’est enthousiasmé le professeur Masami Shimoda. Plus d’infos : u-tokyo.ac.jp. Que pensez-vous de cette étude ? Nous vous invitons à nous donner votre avis, vos remarques ou nous remonter une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans la rédaction web en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page