Des chercheurs américains ont identifié une bactérie dans le sol, composée d’acides gras, qui pourrait réduire les effets du stress sur l’homme…

Le stress semble être l’un des maux de notre existence ! Le Burn Out, cette maladie qui touche les gens surmenés et les plongent dans une dépression parfois grave pourrait même être reconnu comme maladie professionnelle dans les prochains mois.

Aujourd’hui les seuls médicaments chimiques limitant les effets du stress sont les benzodiazépines, des anxiolytiques qui peuvent entraîner une forte dépendance et un arrêt difficile. Des chercheurs américains ont peut-être identifié une bactérie dans le sol, la Mycobacterium vaccae qui pourrait diminuer le stress de façon significative. Pour le moment, testée sur des souris, elle pourrait être testée sur l’homme très bientôt…


A lire également : Le lâcher-prise transposé dans un magnifique film d’animation


En 2018, des chercheurs du Colorado avaient découvert que cette bactérie injectée à des souris et mises en présence de congénères agressifs faisait que les souris fuyaient de manière moins furtive, plus zen en quelques sortes. Mais ils n’avaient pas identifié le pourquoi de la diminution du stress explique le site psychologytoday.com.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Le dépistage du VIH sans frais et sans ordonnance est disponible du 1er juillet 2019 au 30 juin 2020 à Paris

Cette année, ils ont réussi à comprendre comment cette bactérie diminuait le stress : elle serait en fait composée d’un acide gras qui se lie aux récepteurs des cellules et bloque la transition des produits chimiques dans les cellules. Le processus d’inflammation responsable du stress se trouve donc bloqué et diminue donc le stress ressenti.

Finalement cela semble logique, quand on sait que manger des fruits oléagineux diminue le stress chez l’homme, ils sont composés d’acides gras (Omega 3, Vitamine E) qui agissent directement sur le cerveau…Isoler cette bactérie pour en faire des traitements combattants le stress est une réelle avancée pour la recherche médicale, et il se pourrait que dans quelques années, les syndromes liés au stress diminuent considérablement… On ne demande qu’à le vérifier !

Photo de couverture de VGstockstudio / Shutterstock