Innovation

Il devient ingénieur pour se fabriquer lui-même une jambe bionique futuriste

Sun Xiaojun a passé 15 ans de sa vie à marcher avec des béquilles. Diplômé de l'université de Tokyo, il s'est lui-même construit une jambe bionique.

Sun est né en 1987 dans une région reculée du Guizhou, une province du sud-ouest de la Chine. Même si cette région est aujourd’hui une destination touristique grâce à ses stations thermales, pendant l’enfance du jeune homme, elle était très isolée et ne possédait presque rien. À l’âge de neuf ans, la vie de Sun a radicalement changé.

On lui a diagnostiqué une tumeur osseuse maligne appelée ostéosarcome, et la maladie forcera l’amputation de sa jambe droite. Lorsque ses parents lui ont demandé de réfléchir à la manière dont il survivrait après leur disparition, Sun a commencé à penser sérieusement à son avenir. L’adolescent se donna alors à fond dans ses études: il étudie jour et nuit, et ses connaissances s’améliorent. Il fréquente l’un des rares lycées de Guizhou pour se préparer à l’université.

Des prothèses à la pointe de la technologie

Après ses années de lycée, Sun Xiaojun a choisi d’intégrer la prestigieuse université des sciences et technologies Huazhong à Wuhan, ce qui l’emmènera à l’université du Tōhoku, au Japon, dans le cadre d’un programme d’échange. En 2010, il a entamé des recherches de troisième cycle à l’université de Tokyo pour finalement trouver sa voie : développer des prothèses à la pointe de la technologie.

Le séjour au Japon aura complètement sublimé la vie du jeune campagnard.; cela fait maintenant quelques années qu’il a dit adieu à ses béquilles. « Pendant mon master, j’ai commencé à utiliser une prothèse de jambe que j’avais développée grâce à un programme de bourses pour personnes handicapées », raconte le doctorant à l’université de Tokyo.

Comme marcher en utilisant ses propres muscles

S’il était heureux d’abandonner ses béquilles et d’utiliser ses deux mains, il trouvait les prothèses passives conventionnelles difficiles à utiliser. L’idée de concevoir une prothèse robotique plus ergonomique et plus performante lui est alors venue. Aujourd’hui, Sun s’apprête à lancer une prothèse bionique qui fonctionne comme une vraie jambe, et il aura fallu six ans pour mettre au point le dispositif.

Il devient ingénieur pour se fabriquer lui-même une jambe bionique futuriste
Crédit photo : Capture d’écran vidéo YouTube

La plupart des prothèses de jambes sont des équipements passifs, non motorisés; elles nécessitent que le porteur fournisse toute la force nécessaire pour effectuer le mouvement. Mais l’invention du natif de Guizhou est différente: elle combine plusieurs capteurs qui détectent les mouvements de l’utilisateur et embarque des moteurs pour faciliter les efforts. Ce système rend l’utilisation de la jambe moins pénible: même en marchant dans les escaliers, la prothèse bionique promet un grand confort, comme si l’utilisateur utilisait ses propres muscles.

La mobilité pour tous

Il y a trois ans, Sun Xiaojun a fondé avec l’université de Tokyo la start-up BionicM, qui vise à développer des prothèses robotiques pour les amputés et les personnes à mobilité réduite. Le M du nom de la jeune entreprise signifie à la fois homme et mobilité – la traduction des termes anglais “man” et “mobility”.

Cela illustre l’engagement de BionicM à combiner les hommes et la technologie: « La plupart des gens gardent leurs prothèses cachées, mais je voulais changer cela », a souligné Sun Xiaojun. Et d’ajouter : « je crois que j’ai pour mission de créer un monde où les personnes handicapées et les personnes âgées sont capables de marcher librement et de manière indépendante. »

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page