Innovation

Autisme : existe-t-il un lien entre les troubles du spectre autistique et la capacité à inventer ?

Une étude a récemment prouvée que les personnes autistes présentaient une certaine forme d'intelligence. Mais alors, est-ce que la capacité d'inventer et l'autisme seraient liés ?

L’autisme est un trouble neurodéveloppemental humain qui se caractérise par des problèmes d’interactions sociales et de communication mais pas seulement. En effet, les personnes autistes présentent tout une liste de symptômes différents.

L’autisme est en réalité un trouble du spectre autistique qui peut avoir différents niveaux de sévérité. Ce trouble du spectre autistique résulte d’un développement du cerveau qui est différent des personnes non autistes.

Ce développement cérébral différent amène les scientifiques à se demander si les personnes autistes ne seraient pas plus intelligentes que les personnes non atteintes. Evidemment, cette intelligence se centre sur des domaines précis.

Alors, y’aurait-il un lien entre l’autisme et l’invention ?

Ce qu’il faut d’abord savoir est que de nombreux inventeurs présentent étonnement de nombreux traits autistiques. Thomas Edison, inventeur de la première ampoule électrique, était obsédé par le code Morse. Max Park, quant à lui, est aujourd’hui le champion du monde du Rubik’s Cube et est autiste.

Cependant, les différentes anecdotes que nous connaissons ne sont pas des preuves a proprement parlé d’un lien entre l’autisme et l’invention. En effet, beaucoup d’inventeur ne présentent aucun trait autistique. Afin de confirmer ce lien, une étude a été menée auprès de 600 000 personnes de la population générale. Cette étude a permis de mesurer les traits autistiques de chacun d’entre eux. Grâce au quotient du spectre autistique (AQ), les scientifiques ont constaté que les personnes travaillent dans les STEM ont en moyenne plus de trait autistique que les autres.

Brevet d'invention : l'IA va-t-elle remettre en cause notre conception de la propriété intellectuelle ?

Ce constat nous montre donc effectivement un lien entre l’aptitude à comprendre les systèmes et des niveaux élevés de traits autistiques. Pour aller plus loin dans leur étude, les scientifiques ont ensuite mesurés le quotient d’empathie et de systématisation de chacun des 600 000 individus.

Grâce à cela, les scientifiques ont découvert que nous pouvions classer les cerveaux en cinq types différents. Ce classement se fait en fonction du niveau d’empathie ou de systématisation. Les personnes penchant davantage vers l’empathie sont de type E. A contrario, les personnes qui penchent davantage vers la systématisation sont de type S. Les personnes de type S extrême sont celles qui systématisent continuellement.

Le lien entre l’autisme et la systématisation est-il génétique ?

La systématisation est le fait de voir des schémas pour chaque chose que notre cerveau analyse. Ainsi, des scientifiques ont découvert que certains gènes provoquant l’autisme causent également un certain talent dans la reconnaissance des formes.

Une étude nous amène dans la ville néerlandaise d’Eindhoven où l’autisme pourrait être plus fréquent. En effet, dans cette ville, un tiers des emplois sont dans l’informatique. La ville néerlandaise abrite également l’Université de technologie d’Eindhoven où se trouve l’entreprise Philips depuis plus de 100 ans.

Les "phobies d'impulsion" ou l'art de s'imaginer commettre l'irréparable... Ne culpabilisez pas !

Nous constatons que le taux d’autisme se trouve deux fois plus élevé à Eindhoven que dans deux autres villes néerlandaises. Ce qui prouve notamment qu’il existe bel un bien un certain lien génétique entre l’autisme et l’enfant. De plus, cette étude prouve également que les gènes de l’autisme ont également un lien avec l’invention humaine.

Jeune homme qui pense
Existe-t-il un lien entre l’autisme et la capacité d’invention ? Photo d’illustration. Crédit image : Shutterstock /

Les personnes autistes restent aujourd’hui très stigmatisées et ont beaucoup de mal à s’insérer dans la société. Pourtant, ces études nous prouvent que les personnes atteintes d’autisme auraient une certaine forme d’intelligence plus élevées que les personnes non autistes.

Il serait donc temps aujourd’hui d’accepter le concept de neurodiversité. En effet, ce n’est pas parce que deux cerveaux n’ont pas le même fonctionnement que l’un deux s’est moins développé. Ils ne se développent tout simplement pas pareil et heureusement !

Source
Psychology Today

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page