La startup Sinonus veut transformer les pales d’éolienne en batteries de stockage géantes

Le stockage d'énergie verte entre dans une nouvelle ère avec Sinonus : des éoliennes capables de stocker leur propre énergie grâce à des matériaux innovants.

Lorsque l’on aborde le sujet d’énergies renouvelables, plusieurs nous viennent à l’esprit. La plus populaire étant la solution des panneaux solaires. Les autres solutions étant représentées par les éoliennes et les centrales hydro-électriques. Cependant, ces trois méthodes de production d’énergies renouvelables ont un point commun : les difficultés de stockage de l’énergie produite. Les énormes batteries de stockage sont une des solutions existantes, mais elles posent le problème du recyclage, et de l’espace considérable dont elles ont besoin. Imaginez maintenant des éoliennes capables de stocker l’excédent d’énergie qu’elles produisent directement dans leurs pales ! Cette idée révolutionnaire est celle d’une start-up suédoise Sinonus, qui invente un matériau inédit qui pourrait révolutionner le stockage de l’énergie verte. Découverte.

Stocker l’énergie directement dans la structure

Cette entreprise suédoise est considérée comme une entreprise à la pointe du stockage d’électricité. Elle développe actuellement des structures en fibre de carbone utilisées dans divers objets, véhicules et bâtiments. Ces dernières, et grâce à la méthode inventée par Sinonus, seraient capables de stocker l’énergie verte produite par des éoliennes, directement dans les structures. De toute évidence, leur approche pourrait changer la manière dont nous stockons l’énergie, en le faisant sans ajouter de poids supplémentaire. Imaginez, par exemple, une voiture, ou un ordinateur qui deviendrait une sorte de batterie de stockage ?

Un materiau similaire à la fibre de carbone capable de stocker de l'énergie.
Un matériau similaire à la fibre de carbone capable de stocker de l’énergie. Crédit photo : Sinonus

Une technologie très novatrice

Le matériau inventé par Sinonus est le fruit des recherches d’une équipe de scientifiques de l’Université de technologie Chalmers à Göteborg. Pour développer cette technologie novatrice de batteries structurelles, ils ont nommé Markus Zetterström comme nouveau PDG pour accélérer la commercialisation de ce concept. Le matériau inventé, et donc la fibre de carbone, est un matériau ultra-léger que l’on peut comparer à celui qu’a utilisé la NASA pour l’hélicoptère Ingenuity, envoyé sur la planète Mars. Le PDG fraîchement nommé compte bien transformer l’essai en un produit que pourraient adopter de nombreuses industries. Il est conscient que cette méthode de stockage n’est pas aussi efficace que les batteries lithium-ion traditionnelles, et par ailleurs qu’elle dispose d’avantages indiscutables quant à l’impact environnemental.  D’ailleurs, le matériau Sinonus, a déjà démontré son potentiel en remplaçant des piles AAA dans des appareils de faible consommation.

Stocker l’énergie du vent directement des pales

La start-up suédoise a pour objectif d’atteindre 1,5 térawatt (TW) de capacité de stockage d’énergie mondiale d’ici à 2030, soit six fois la capacité actuelle. Cela soutiendra l’objectif de tripler la capacité des énergies renouvelables variables à 11 TW d’ici à la fin de la décennie. Le but ultime de Mark Zetterström étant de développer cette technologie dans les éoliennes offshore. En effet, leurs pales sont déjà, pour la plupart, construites en fibre de carbone. En intégrant leur nouvelle technologie directement sur les pales, les éoliennes elles-mêmes deviendraient alors des batteries de stockage pour l’énergie qu’elles produisent ! Le PDG envisage aussi cette technologie à l’intérieur des carrosseries des véhicules électriques afin de les alléger par rapport aux batteries lithium-ion.

En intégrant la nouvelle technologie de Sinonus dans leur fabrication, les éoliennes pourraient stocker de l'énergie.
En intégrant la nouvelle technologie de Sinonus dans leur fabrication, les éoliennes pourraient stocker de l’énergie. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Ainsi, grâce à ces innovations, nous pourrions bientôt voir des éoliennes et d’autres structures non seulement, produire de l’énergie verte, mais encore la stocker efficacement. En savoir plus sur le concept ? Rendez-vous sur le site officiel : sinonus.com. Pensez-vous que ce nouveau matériau puisse être une nouvelle manière de stocker de l’énergie verte ? Nous serions ravis de lire vos impressions ou de connaître votre expérience à ce sujet. Et, si vous constatez une erreur dans cet article, n’hésitez pas à nous l’indiquer. Vous pouvez cliquer ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonnés nous suivent sur les réseaux, pourquoi pas vous ?
Abonnez-vous à notre Newsletter et suivez-nous sur Google Actualité et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Via
Rechargenews.com
Source
Sinonus.com

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page