Innovation

L’invention d’un bitume anti deux-roues testé par la ville de Nice

250 personnes empruntent quotidiennement les voies du tramway niçois sur leurs deux-roues… La ville investit dans du bitume spécial pour tenter de les en dissuader.

En quelques années, les trottinettes électriques ou mécaniques ont envahi les villes. Une bonne nouvelle pour la planète, mais une pratique qui a aussi fait bondir les chiffres des accidents de circulation entre véhicules et trottinettes. La pratique de la trottinette étant encore très peu encadrée par la loi et c’est un peu la « jungle » dans certaines villes. Utilisation des trottoirs et des voies de bus, de tramways ou de celles réservées aux piétons, la dangerosité de ces pratiques fait réagir certaines villes. Dans la ville de Nice, où les utilisateurs prennent les voies de tramways pour des pistes à trottinettes, un nouveau bitume est testé sur ces voies réservées. Il devrait empêcher les trottinettes de les emprunter et l’on vous explique pourquoi.

Pourquoi ce nouveau bitume ?

Appelé « bitume anti-deux-roues », il se présente sous forme de dalles de béton, qui ressemblent à des rues pavées. L’idée étant donc de rendre certaines parties de voies impraticables pour les deux-roues, les empêchant d’emprunter des voies dangereuses. À Nice, ce bitume nouvelle génération va être installé autour des rails du tram et testé pendant trois mois. Reconnaissons que la cohabitation entre les nouveaux engins de déplacements personnels motorisés (EDPM) et les voitures ou les transports en commun est un véritable casse-tête pour les municipalités. Les chiffres parlent d’eux-mêmes puisque les accidents impliquant les utilisateurs d’EDPM sont en constante augmentation.

Une invention pour limiter les accidents.
Une invention pour limiter les accidents. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Le nouveau bitume anti-deux-roues, qu’est-ce que c’est ?

Ce nouveau matériau est constitué de galets moulés dans du béton et se présente sous forme de dalles. Lorsqu’elles sont installées, elles forment une « rue pavée » qui ne gêne pas la circulation du tramway, mais censée empêcher les deux-roues de l’emprunter. À Nice, 250 personnes emprunteraient les voies de tramway situé sur l’avenue Jean-Médecin chaque jour. Une avenue qui a comptabilisé 8 accidents et 24 interruptions de trafic en 2022. L’idée étant « de freiner le danger et de rendre les voies du tram peu attractives et compliquées à franchir » comme l’explique Gaël Nofri, l’adjoint au maire délégué à la circulation.

Les tests effectués valideront ou non le nouveau bitume qui est également mis en place pour tenter de rendre les utilisateurs un peu plus civiques ! Si ces tests sont concluants, d’autres blocs dissuasifs seront installés à différents endroits de la ville, pour un investissement de 700 000 €. D’autres grandes villes, particulièrement sujettes à ces nouveaux véhicules, pourraient emboîter le pas de la ville de Nice. Il reste à savoir si ces nouveaux pavés empêcheront vraiment les utilisateurs de franchir les voies interdites ou s’ils prendront cela pour un nouveau terrain de jeu !

Mais que dit la loi au sujet des trottinettes électriques ?

Jusqu’au 25 octobre dernier, la loi n’encadrait pas réellement la pratique des trottinettes. Mais en 2023, tout devrait changer et peut-être mieux protéger les utilisateurs. Le gouvernement a donc modifié le Code de la route pour y ajouter une réglementation spécifique pour les trottinettes électriques, hoverboards et gyropodes. Pour résumer, les EDPM sont désormais interdits sur les trottoirs, ne doivent pas dépasser la vitesse de 25 km/h en assistance électrique et doivent être assurés au titre de la responsabilité civile. Dorénavant, les utilisateurs sont obligés de porter un gilet réfléchissant, de ne pas porter d’écouteurs et de ne pas transporter de passagers. Retrouvez toutes les nouvelles obligations et interdictions sur le site 2roueselectriques.fr.

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page