Innovation

L’invention d’un procédé unique pour produire du béton écologique à partir des déchets de sable de fonderie

Un groupe de recherche de l’Université de Nottingham Trent (NTU), au Royaume-Uni, propose de produire un béton écologique et léger à partir du sable usagé de fonderie. Cette idée innovante pourrait contribuer à la décarbonation du secteur de la construction.

Le béton armé fait partie des matériaux les plus polluants dans le secteur de la construction. L’énergie grise utilisée durant le cycle de vie de ce matériau, de sa production jusqu’à sa fin de vie, est estimée à 1 850 kWh/m³. Son empreinte carbone varie entre 285 et 400 kg éq. CO2/m³ en fonction de son dosage en ciment. En effet, le béton conventionnel participe beaucoup au changement climatique dû aux émissions de gaz à effet de serre. Dans le cadre de la décarbonation de cette industrie, il est de mise de trouver des alternatives plus écologiques à ce matériau de construction. Ces chercheurs britanniques ont notamment eu l’idée de récupérer et de recycler les déchets de sable en fonderie pour en faire un béton léger et plus respectueux de l’environnement. Ces résidus sont également réutilisés dans le remblayage, le bio-traitement et la construction de routes. Dans cet article, découvrez comment cette équipe de recherche de la NTU a valorisé ce sous-produit.

La conception de ce béton à base de sable de fonderie

Dans le secteur de la sidérurgie, l’élimination et la gestion des déchets représentent encore un défi majeur. Le sable de fonderie est obtenu à l’issue du processus de fusion des métaux. Il a été identifié par les scientifiques de la NTU comme une ressource récupérable et exploitable pour atténuer l’impact environnemental de l’industrie de la construction. Dirigée par Amin Al-Habaibeh, expert en systèmes d’ingénierie intelligents, cette équipe a réutilisé ces résidus pour fabriquer un béton léger et neutre en carbone. Elle a incorporé 30 % de sable de fonderie recyclé dans la composition de ce matériau innovant. Ce dernier présente jusqu’à 78 % de la résistance du béton traditionnel. Par conséquent, il est possible de l’utiliser dans des applications qui ne requièrent pas une résistance supérieure (dalles de jardin, cours, bordures de trottoirs, pistes cyclables, allées de parc, etc.).

Cent millions de tonnes de déchets de sable des fonderies pourraient être réutilisés pour fabriquer une nouvelle forme de béton.
Cent millions de tonnes de déchets de sable des fonderies pourraient être réutilisés pour fabriquer une nouvelle forme de béton. Crédit photo : Nottingham Trent University

Les avantages majeurs de ce projet de recyclage

Cette nouvelle pratique permet de valoriser plus de 100 tonnes de déchets de sable de fonderie, a expliqué cette équipe de recherche. Elle favorise une économie circulaire, principalement dans les zones urbaines. Elle réduit l’impact environnemental des humains. D’une part, la mise au rebut de ce sous-produit pourrait être limitée, réduisant ainsi la pollution du sol et de l’air. D’autre part, les constructeurs pourraient diminuer leur recours au sable naturel. De plus, le coût du béton à base de sable recyclé serait moins élevé que celui du béton traditionnel. Outre cela, les émissions de carbone de ce matériau seraient moins importantes. Ce qui fait de ce dernier une solution de construction plus verte.

Les limites et les perspectives

Selon Sirwan Faraj, un des auteurs de cette étude, cette méthode de fabrication de béton écologique entraîne une baisse légère des performances techniques des produits finaux. Néanmoins, cette réduction affecte peu la qualité requise pour certains produits en béton. Il est bon de noter que le sable usagé de fonderie pourrait remplacer partiellement ou totalement le sable naturel dans les mortiers et les bétons selon leur application. D’après cette équipe de chercheurs de la NTU, cette avancée pourrait inciter d’autres ingénieurs à développer des solutions favorisant la construction durable, le respect de l’environnement et le recyclage des déchets dans le monde. Cela constitue un grand pas vers un avenir plus propre et plus durable. Plus d’informations : ntu.ac.uk. Que pensez-vous de cette invention ? N’hésitez pas à partager votre avis, vos remarques ou nous signaler une erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
NTU

Tsiory Laurence

Titulaire de Licence en communication et en langue française, j’exerce le métier de rédactrice francophone web depuis une dizaine d’années. Avant de rejoindre l’équipe de rédaction de Neozone, j’ai collaboré avec quelques agences de communication web locales, ce qui m’a permis de consolider mon expérience et mes connaissances en matière de création de contenus web. J’accorde une grande attention à chaque article que j’écris afin de vous fournir des informations, des solutions, des conseils ou des idées pour nous faire avancer. Je suis capable de traiter divers thèmes, mais je préfère surtout les sujets autour de l’innovation, de la technologie, du voyage, de l’immobilier et des actualités en général. À travers les articles que je rédige pour Neozone, j’espère vous faire connaître des inventions et des produits utiles au quotidien, ainsi que des inventeurs et des entreprises novatrices en France, en Europe et dans le monde entier. « La vie est une grande école où à chaque instant l’Homme s’enrichit et tire une leçon de ses propres expériences ». Cette citation de Maude Anssens m’inspire dans tout ce que j’entreprends au quotidien. J’aime aussi suivre les actualités politiques et économiques internationales. Je pense que donner le meilleur de soi et s’adapter aux évolutions du monde autant que possible sont des valeurs importantes qui peuvent nous aider à progresser et à rester toujours efficace. Je suis sur Linkedin si vous voulez me faire passer un message.

Un commentaire

  1. Le procédé n’est pas révolutionnaire. On utilise déjà du laitier dans le ciment du béton. De plus la quantité de béton produite chaque année est bien supérieur a la quantité de sable énoncée et ce type de production ne pourrait rester que…. marginal. Rien qui n’apporte une réelle solution de decarbonation dans le secteur du ciment et du béton….

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page