L’invention d’un matériau de construction fabriqué à partir de déchets de maçonnerie

Réutiliser les tonnes de déchets issus de la construction et de la démolition aux Baléares pour fabriquer un mortier hygroscopique en économie circulaire, c'est le défi de l'entreprise Loop.

C’est un constat qui se fait dans toutes les grandes villes du monde : les déchets sont partout ! La production de déchets augmente sans cesse, due peut-être à la société de surconsommation dans laquelle nous vivons. Parmi ces déchets, plus d’un tiers provient du secteur de la construction ou de la démolition. Verre, béton, gravats, briques, céramiques, tous ces déchets polluent et ne sont que très peu réutilisés. Dans certains territoires, ils deviennent un vrai problème, car les structures destinées à leur traitement n’existent pas ou ne sont pas assez performantes pour traiter la quantité astronomique produite. Aux Baléares, par exemple, petites îles espagnoles, la production de nouveaux matériaux à partir de déchets est le projet de l’entreprise Loop Disseny qui fabrique désormais un mortier à partir de déchets de construction. Découverte.

Quel est le projet de Loop Disseny ?

Le projet est développé en partenariat avec l’Institut pour l’innovation des entreprises des îles Baléares. Il souhaite favoriser l’économie circulaire en se concentrant sur la réutilisation des matériaux existants pour les transformer en nouveaux produits. Une manière d’ajouter de la valeur aux déchets générés par l’industrie, mais également par les citoyens eux-mêmes. De plus, ils désirent intégrer le design à ce développement d’une nouvelle économie circulaire. Pour relever ce défi environnemental, Loop développe un nouveau matériau appelé Ladrillerias Mallorquinas ou mortier hygroscopique, fondé sur la combinaison de céramiques et de pierres recyclées avec du ciment naturel. Ce mortier serait capable d’attirer et de retenir l’eau présente dans l’environnement.

Une technique pour transformer la pierre concassée et la céramique en un nouveau matériau.
Une technique pour transformer la pierre concassée et la céramique en un nouveau matériau. Crédit photo : Loop Disseny

Comment ça marche ?

Le matériau inventé par Loop serait donc écologique, mais surtout, il ne créerait aucun autre déchet supplémentaire ni aucune émission de gaz provenant du transport. Cet élément étant créé directement sur l’île, on évite évidemment toutes les pollutions liées à l’acheminement des matériaux. Les îles de Baléares sont petites, mais génèrent un flux de population important, puisque très prisées des touristes. Selon Loop, les îles des Baléares généreraient chaque année plus de 250 000 t de déchets de céramique, pierre ou béton, car les constructions et démolitions sont quotidiennes sur ces îles en pleine restructuration.

La surface des îles ne permettant pas d’accueillir des centres de traitements des déchets suffisamment grands, ceux-ci sont exportés vers l’Espagne. Cela génère par conséquent de nombreux flux de barges, de camions et de bulldozers pour les transporter. En créant un nouveau matériau de construction à base de déchets locaux sur place, ils réduisent l’impact environnemental de ces déchets. Grâce aux déchets de démolition comme les briques, les tuiles ou la céramique qu’ils lient avec un ciment naturel, ils créent donc un mortier hygroscopique.

Un mortier absorbant l'eau fabriqué à partir de déchets de maçonnerie.
Un mortier absorbant l’eau fabriqué à partir de déchets de maçonnerie. Crédit photo : Loop Disseny

Le mortier hygroscopique, pour quoi faire ?

Selon Loop, ce nouveau mortier local conviendrait à toutes les constructions futures, respectant les normes énergétiques de l’Union européenne. De plus, étant conçu avec des matériaux originaires des îles, il permettrait de rénover les bâtiments historiques avec des matières originelles. Fait de céramique, ce mortier conçu aux Baléares aurait également la capacité d’attirer et de retenir l’humidité. En l’utilisant pour construire des routes ou des trottoirs par exemple, le mortier hygroscopique contribuerait à un drainage naturel des sols. Cependant, il pourrait aussi être utilisé pour capturer l’humidité qui, retenue dans des cuves, pourrait être réutilisée en eau destinée à l’arrosage ou à d’autres utilisations, sans utiliser l’eau potable du réseau général. Plus d’informations ? Rendez-vous sur le site Loopdisseny.com.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
Loopdisseny.com

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page