Innovation

L’invention et le succès inattendu d’un sac isotherme réutilisable pour transporter des crêpes

Pour limiter les emballages des ventes de crêpes à emporter, il invente un sac réutilisable original et lavable, et les amateurs de crêpes se l'arrachent !

Les crêpes sont très prisées des Français, on les mange sucrées avec confiture, sucre, caramel au beurre salé ou pâte à tartiner, ou salées avec jambon, œuf, gruyère… Et en Bretagne, région de la crêpe et des galettes, la tradition veut que tous les vendredis, les crêpes soient au rendez-vous du repas… Évidemment, nous pouvons les faire nous-mêmes, les déguster sur place dans une crêperie, ou encore les emporter. Et les crêpes à emporter, c’est un peu comme les pizzas : beaucoup d’emballage pour le transport, qui finit à la poubelle en arrivant à la maison. Pour tenter de limiter les dégâts, un crêpier breton (assurément), Youenn Allano, installé à Langueux, a inventé un sac isotherme spécial crêpes et galettes. Succès pour le Jamais Sans Mon Sac ‘h ! Découverte.

Comment lui est venue cette idée ?

La conception de ce sac isotherme a demandé deux ans de travail à Youenn Allano, et a été pensée pour limiter les emballages que l’on jette dès que les crêpes sont arrivées à destination, explique le site 20 Minutes. Il faut savoir que dans la crêperie de Youenn, les clients font la queue le vendredi soir, pour des crêpes à emporter, et que le crêpier n’en pouvait plus de tous ces emballages nécessaires pour protéger les crêpes et galettes. Un beau jour, il se dit qu’avant, du temps de ses grands-parents, les sacs réutilisables pour le pain, ou les torchons pour les crêpes, étaient très utilisés… Il va donc remettre au goût du jour les sacs d’antan, en créant un sac en tissu, isotherme et réutilisable qui peut contenir une trentaine de crêpes et galettes (15 de chaque environ).

Le Sac’h* (sac en breton) de la marque « Jamais sans mon sac’h » est spécialement conçu pour le conditionnement des crêpes et galettes, pain et denrées alimentaires périssables.
Le Sac’h* (sac en breton) de la marque « Jamais sans mon sac’h » est spécialement conçu pour le conditionnement des crêpes et des galettes, pains et denrées alimentaires périssables. Crédit photo : Jamais sans mon sac’h

Succès fou pour le sac’h à crêpes

Le crêpier décide alors de produire 1000 unités de son invention et les proposent à ses clients… Quelques semaines plus tard, les 1000 sacs se sont arrachés ! Le crêpier, étonné de ce fulgurant succès, se dit qu’il y avait un véritable besoin de la part des fans de crêpes… En effet, non seulement le sac, muni de poignées, permet le transport à plat des galettes, mais il permet aussi de les conserver à la maison sans qu’elles ne sèchent ! Le sac se présente en forme de demi-lune et dispose de deux compartiments, un pour les crêpes, l’autre pour les galettes, que l’on transporte donc pliées. Youenn s’étonne de l’engouement des clients : « Je ne m’y attendais pas du tout. Je suis très surpris par ce succès, même secoué. Du jour au lendemain, je suis devenu le crêpier qui a révolutionné le monde de la galette. Mais je n’ai rien inventé ! ».

Un sac à crêpes très accessible

Au départ, Youenn fabrique son sac en tissu réutilisable et lavable, et le vend à ses clients… Dans sa crêperie, ce sont 20 000 crêpes et galettes qui sont fabriquées et vendues chaque semaine, la question de l’emballage était donc essentielle. Avant le sac, cette quantité hebdomadaire de crêpes nécessitait environ 1.5 tonne de papier d’emballage par an. Il lui était donc primordial de trouver une solution écologique et accessible à tous. Aujourd’hui, que vous habitiez en Bretagne ou ailleurs, vous pouvez trouver le Sac’h à crêpes sur le site de la marque au prix de 8 €, dont 2 € sont reversés à une association locale. Précisons que le modèle de Youenn a fait l’objet d’un dépôt de brevet. Il croule désormais sous les commandes… Sur les 2000 sacs commandés en septembre, il n’en reste déjà plus que 800 environ disponibles sur le site.

Source
20minutes.frJamaissansmonsach.com

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page