Métamatériaux : l’invention d’un système de climatisation écologique et biomimétique inspiré des termitières

Les chercheurs de l’Université de Lund proposent une nouvelle approche pour ventiler les bâtiments. L’idée consiste à imiter la façon dont les termites construisent leurs monticules pour se passer des climatisations modernes.

La climatisation représente souvent une part importante de notre consommation énergétique. Face à cela, il est judicieux de se tourner vers un système écologique et peu coûteux, voire gratuit. Conscient d’une telle réalité, David Andréen, maître de conférences au Département d’architecture et d’environnement bâti de l’Université de Lund, en Suède, propose une solution innovante pour garder une maison au frais. Pour présenter son idée, le chercheur a publié une étude dans la revue Frontiers in Materials. Celle-ci décrit une climatisation écologique inspirée des termitières.

Un système de contrôle efficace de la température

Concrètement, Andréen estime que la stratégie mise en œuvre par les termites pour contrôler la température dans leur structure biogénique pourrait servir de source d’inspiration pour la conception de bâtiments respectueux de l’environnement. Selon le chercheur, en adoptant une telle approche, les architectes pourront construire des structures équipées d’un système de contrôle efficace de la climatisation et présentant une efficacité énergétique élevée. La baisse des émissions de gaz à effet de serre figure aussi parmi les atouts cités.

Les termitière ont une structure avec une géométrie interne complexe.
Les termitières ont une structure avec une géométrie interne complexe. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Étudier les termitières pour mieux concevoir les bâtiments du futur

Plus qu’un simple monticule, les termitières sont en fait de véritables chefs-d’œuvre architecturaux. Elles sont dotées d’un système de ventilation très bien élaboré qui assure une circulation optimale de l’air à l’intérieur. « L’étude se concentre sur l’intérieur des termitières, qui se composent de milliers de canaux, tunnels et chambres à air interconnectés, et sur la façon dont ceux-ci captent l’énergie éolienne », écrit Andréen. D’après lui, grâce à leur conception sophistiquée, ces structures sont capables de réguler automatiquement les niveaux de chaleur et d’humidité.

Tirer parti de l’impression 3D

L’étude menée par l’équipe de l’université de Lund a ainsi pour but de développer des solutions pour réguler les flux d’air dans les bâtiments. Cela permettrait de s’affranchir des climatiseurs traditionnels qui sont à la fois coûteux et loin d’être respectueux de l’environnement. Pour ce faire, Andréen et ses collègues proposent la mise en place de mécanismes « turbulents, dynamiques et adaptables » qui ont l’avantage de pouvoir être « gérés à l’aide d’un équipement compact et nécessitent un apport d’énergie minimal ».

L'intérieur d'une termitière.
L’intérieur d’une termitière. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Les chercheurs estiment que grâce aux imprimantes 3D, il sera possible de créer des géométries internes complexes à l’échelle du millimètre. Ce qui aiderait à concevoir des architectures durables qui n’ont jamais été réalisables auparavant. Plus d’informations sur frontiersin.org.

Plus de 900 000 abonnés nous suivent sur les réseaux, pourquoi pas vous ?
Abonnez-vous à notre Newsletter et suivez-nous sur Google Actualité et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
lunduniversity.lu.se

Marc Odilon

J'ai rejoint Neozone en 2020. Avant de me lancer dans le journalisme en 2014, j'ai suivi des études universitaires en gestion d'entreprise et en commerce international. Mon baccalauréat technique en mécanique industrielle m'a permis de me familiariser avec l'univers de la tech. Installateur de panneaux solaires et électronicien autodidacte, je vous fais découvrir tous les jours les principales actualités des nouvelles technologies. Curieux de nature et grand amoureux du web, je suis un rédacteur polyvalent et ma plume n'a pas de limites. Quand je ne travaille pas, je fais du jogging !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page