Innovation

Pendant un stage d’été à la NASA, un adolescent de 17 ans fait une incroyable découverte au bout de quelques jours

Pendant un simple stage d'été, Wolf Cukier, 17 ans, fait une étonnante découverte qui lui donne l'envie de devenir... astrophysicien !

Que fait-on lorsque l’on est lycéen et que l’on effectue un stage ? La plupart du temps, en France, ces stages consistent à observer les postes d’une entreprise; le but est de former de futurs professionnels des secteurs en leur inculquant quelques pratiques professionnelles. Et puis, parfois, il y a des stagiaires qui, dès leur arrivée, découvrent des choses extraordinaires… C’est le cas de Wolf Cukier, un lycéen de 17 ans, qui, en effectuant son stage d’été à la NASA, a découvert une planète en orbite autour de deux étoiles. Une découverte phénoménale et pour le moins inattendue !

L’objet de la découverte

Wolf Cukier a donc 17 ans, est originaire de Scarsdale, état de New York et termine sa première année de lycée lorsqu’il part faire un stage d’été au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, dans le Maryland. En observant le ciel, il découvre alors une nouvelle planète qui se trouve en orbite autour de deux étoiles. Les astrophysiciens de la NASA valident sa découverte et la planète est nommée TOI 1338 b. Elle est sept fois plus grande que notre planète Terre et possède deux étoiles, dont une qui est environ 10% plus grosse que notre Soleil, et la seconde qui représente environ un tiers de la masse du Soleil, mais qui est beaucoup moins brillante.

TOI 1338 b est silhouetté par ses étoiles hôtes. TESS ne détecte que les transits de la plus grande étoile.
TOI 1338 b est silhouettée par ses étoiles hôtes. TESS ne détecte que les transits de la plus grande étoile. Crédit photo : Centre de vol spatial Goddard de la NASA / Chris Smith

“Je cherchais dans les données tout ce que les volontaires avaient signalé comme un binaire à éclipses, un système où deux étoiles tournent l’une autour de l’autre et de notre point de vue s’éclipsent à chaque orbite (…) Environ trois jours après le début de mon stage, j’ai vu un signal provenant d’un système appelé TOI 1338. Au début, j’ai pensé qu’il s’agissait d’une éclipse stellaire, mais le moment n’était pas le bon. Il s’est avéré que c’était une planète.” Wolf Cukier

Comment a-t-il découvert cette planète ?

En 2018, il avait effectué son premier stage au laboratoire de recherche spatiale, et travaillé sur un projet Goldilocks Zone sous le mentorat du chercheur en technologie aérospatiale de la NASA, Ravi Kopparapu. Comme il avait fait l’unanimité, son maître de stage lui avait proposé de revenir l’année suivante pour un stage au département des vols spatiaux. Le jeune lycéen était, la deuxième année, sous la tutelle du chercheur de la NASA Veselin Kostov, qui explique avoir vu tout de suite que le jeune homme avait une très bonne compréhension du terrain exploré.

“Je lui ai donné un bref aperçu de ce que nous faisons, et il a tout appris par lui-même (…) Il a appris très rapidement. Il a vraiment développé une très bonne compréhension du domaine” Veselin Kostov, tuteur de stage et chercheur scientifique à la NASA

Pour la première fois, le jeune homme travaille sur le Transiting Exoplanet Survey Satellite de la NASA, connu sous le nom de TESS, un programme qui surveille la luminosité des étoiles pour les baisses périodiques causées par les transits planétaires. Le scientifique avait demandé à Wolf de parcourir les données de TESS et de catégoriser les systèmes stellaires. En regardant une image, qu’il trouve suspecte, il alerte son maître de stage qui examine la courbe de lumière et découvre trois transits !  Après des heures à vérifier les paramètres, ils se rendent compte qu’ils ont découvert, grâce à la perspicacité de Wolf, une nouvelle planète !

“Il n’y avait que Wolf et moi dans les premières heures, et lorsque nous avons eu 99 % de certitude que les deux traits que nous avons vus étaient réels, nous avons commencé à contacter des collègues” Précise Veselin Kostov

Le futur de Wolf Cukier, tout tracé ?

Le lycéen a probablement trouvé sa vocation ! Non seulement il a appris à rechercher des planètes, mais en plus il a pu expérimenter les vérifications qui sont réalisées à chaque découverte. Grâce à son expérience, il a pu utiliser des outils de données pointus et travailler avec les chercheurs du MIT, de Chicago ou de San Diego… Et il a aussi pu prouver l’efficacité de TESS qui, selon Kostov, est “le seul instrument qui leur permettrait de découvrir ce type de planète”. Le jeune homme aurait pu nommer sa planète Wolftopia comme lui a suggéré son frère mais ce n’était pas possible; il est donc le découvreur de la TOI 1338 b. Evidemment, l’étudiant envisage désormais l’astrophysique ou la physique dans l’une des prestigieuses universités américaines spécialisées en la matière comme le MIT, Princeton ou Stanford… On lui souhaite de découvrir plein d’autres planètes !

À LIRE AUSSI :  NASA : un matériau (imprimé en 3D) révolutionnaire et 1000 fois plus résistant que ses précédents alliages

Source
Washingtonpost.com

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

11 commentaires

  1. Excellente histoire, captivante lecture d’un seul trait [sans échouages sur des écueils orthographiques]: BRAVO!

  2. Bonjour,

    Merci pour votre commentaire encourageant qui fait plaisir à toute l’équipe de rédaction 🙂

  3. Ces découvertes sont toujours passionnantes . J’ai lu votre article avec un grand intérêt . L univers nous réserve bien des surprises. Ce jeune scientifique , s’il persévère a son avenir tout tracé. ,

  4. Une histoire incroyablement captivante combiné d’une écriture simple et sans fautes d’orthographe(ce qui est notable au vu des autres forums actuels …)
    Félicitations à toute l’équipe.
    Ce jeune prodige ira très loin!

  5. 2 fautes, 1 grammaticale, et 1 de vocabulaire, se sont tout de même glissées dans le texte. Ce n’est pas LA découverte du siècle, mais je tenais à vous le signaler.
    ” revenir l’année suivent pour un stage” pour ” l’année suivante”…
    Également, ”Le lycée a probablement trouvé” pour ”Le lycéen”…
    Bel exercice de style quand même dans l’ensemble du texte.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page