The Interceptor, l’invention d’un barrage pour contenir la pollution plastique avant qu’elle n’atteigne les océans

Cette année, l’ONG The Ocean Cleanup est retournée au Guatemala pour tenter une seconde fois de retenir les déchets plastiques massifs envahissant le Rio Motagua, le plus grand fleuve de ce pays.

La pollution plastique constitue actuellement l’une des urgences environnementales mondiales qui devraient être rapidement résolues. Seuls 10 % des déchets plastiques sont recyclés à travers le monde. Le reste remplit les décharges ou pollue notre environnement. Les Nations Unies estiment que 19 à 23 millions de tonnes de ces ordures non biodégradables finissent, chaque année, dans les cours d’eau et les océans. Afin de freiner ce fléau, les citoyens et les entreprises doivent faire des changements profonds. Il est primordial de limiter la production du plastique et de favoriser la réutilisation et le recyclage des articles en plastique usagés. Et que faire donc des déchets qui envahissent déjà les rivières, les fleuves et les océans ? L’ONG The Ocean Cleanup, basée aux Pays-Bas, a trouvé une solution à ce problème. Celle-ci est actuellement en phase de test au Guatemala. Découverte.

Une deuxième intervention dans la rivière Las Vacas

Depuis 2019, cette organisation mène le projet « The Interceptor » visant à empêcher les déchets plastiques d’atteindre les mers. Elle intervient au niveau des cours d’eau, source de 80 % du plastique présent dans les océans. Elle prévoit de nettoyer les rivières et les fleuves les plus pollués du monde. En mai 2023, son équipe est revenue à Guatemala City pour déployer le système « Interceptor Barricade » dans la rivière Las Vacas, un affluent du Rio Motagua, situé à près de Guatemala City. Pendant la saison des pluies, des crues soudaines y transportent des tonnes d’ordures qui se terminent dans l’océan. C’est pour cette raison que The Ocean Cleanup a décidé d’y intervenir.

Interceptor Trashfence, dans la rivière Las Vacas, Guatemala. Endommagé après une crue.
Interceptor Trashfence, dans la rivière Las Vacas, Guatemala. Endommagé après une crue. Crédit photo : The Ocean Cleanup

L’an passé, cette ONG a déjà testé le système « Interceptor Trashfence » dans cette zone. C’est une sorte de barrière conçue pour filtrer les déchets plastiques. Au début, ce dispositif a tout de même retenu les tsunamis d’ordures, mais il n’a pas pu résister plus longtemps. Ce premier essai a donc échoué. Après cette défaite, l’équipe a étudié les défaillances de cette première solution. Elle a ensuite établi un nouveau plan et a construit un nouveau type de barrage plus robuste et plus élaboré.

L’essai de la clôture en treillis métallique en 2022

Bien que le système expérimental « Interceptor Trashfence » n’a pas fonctionné comme prévu, il a permis à cette organisation d’obtenir des données et des instructions essentielles pour aboutir à une solution plus efficace et plus résistante. En effet, l’an dernier, l’équipe a déployé un treillis métallique de 8 m de haut et de 50 m de long dans le lit de la rivière Las Vacas. Celui-ci n’était pas suffisamment solide. Des tonnes d’ordures se sont accumulées à la clôture, empêchant l’eau de bien s’écouler. Les eaux d’inondation ont été ainsi poussées vers le bas. Cela a provoqué une érosion du lit de la rivière, qui a affecté la stabilité des fondations de la barrière.

Rendu 3D de l'Interceptor Barricade (2023).
Rendu 3D de l’Interceptor Barricade (2023). Crédit photo : The Ocean Cleanup

Le déploiement du système « Interceptor Barricade » en 2023

Après l’échec du premier essai, l’équipage de l’ONG The Ocean Cleanup a créé une nouvelle solution capable de retenir des quantités massives de déchets, tout en laissant passer l’eau plus librement sous la surface. Il s’agit d’un système de deux barrages flottants particulièrement solides installés respectivement en amont et en aval de la rivière. Les estacades de chaque barrage sont enchaînées et ancrées à des fondations en béton construites sur la rive. Ce qui permet d’éviter les risques d’érosion et l’effondrement des fondations de la barricade. Plus d’informations : Theoceancleanup.com

[wpdiscuz-feedback id= »logw326u0s » question= »Veuillez laisser un commentaire à ce sujet » opened= »0″]Que pensez-vous de cette invention pour réduire la pollution plastique ? N’hésitez pas à partager votre avis, vos remarques ou nous signaler une erreur dans le texte (cliquez sur la bulle à droite pour publier un commentaire).[/wpdiscuz-feedback]

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Tsiory Laurence

Titulaire de licence en communication et en langue française, je travaille comme rédactrice web depuis déjà plus de dix ans. J'ai collaboré avec quelques agences de communication locales avant de rejoindre l'équipe de Neozone. Ce qui m'a permis de consolider mon expérience en matière de création de contenus web au fil du temps. J’accorde une grande attention à chaque article que j’écris. Mon objectif, c'est de vous fournir des informations, des solutions et éventuellement des conseils. Je peux traiter divers thèmes, mais mes sujets préférés sont l’innovation, la technologie, le voyage, l’immobilier et les actualités. J’espère que mes articles vous permettront de connaître des inventeurs et des entreprises novatrices en France, en Europe et dans le monde entier. « La vie est une grande école où à chaque instant l’homme s’enrichit et tire une leçon de ses propres expériences ». Cette citation de Maude Anssens m’inspire dans tout ce que j’entreprends au quotidien. J’aime aussi suivre les actualités politiques et économiques internationales. Je pense que donner le meilleur de soi et s’adapter aux évolutions du monde autant que possible sont des valeurs importantes qui peuvent nous aider à progresser et à rester toujours efficaces. Je suis sur Linkedin si vous voulez me faire passer un message.

4 commentaires

  1. Toutes ces idées et projets sont géniaux. Heureusement que des personnes ont une conscience et œuvre pour la protection de la planète. Milles merci à eux et bon courage.

  2. Tout essai pour nettoyer la pollution par le plastique doit être salué et encouragé. Peut être la population mondiale devrait être informée et impliquéevdans cette lutte.

  3. Je rebondi sur le commentaire précédent que deviennent les déchets
    Mais je reviens sur le conseil d’utiliser les plastiques recyclés ce ka reste du plastique et je pense même plus dangereux car plus friable créant ainsi plus de micro plastiques ingérables pas la faune marine ? Ceci est une question , merci de nous éclairer…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page