Innovation

TrashBoom : Il invente une barrière flottante (open source) pour contenir le plastique dans les rivières et les océans

Un jeune allemand a inventé une barrière flottante qui permet de retenir les déchets plastiques avant qu'ils ne se déversent dans les océans !

Les inventions s’enchaînent mais ne se ressemblent pas au prochain concours James Dyson Awards dont les résultats seront publiés le 11 octobre prochain… Parmi les finalistes de l’édition 2022 se trouve un jeune allemand, Moritz Schulz, étudiant à l’université Bergische Universität Wuppertal qui présente cette année la TrashBoom, une barrière évolutive à code source ouvert qui stoppe les déchets plastiques dans les rivières des pays en voie de développement… Il utilise également des matériaux locaux, à faible coût et ne nécessite pas de connaissance particulière pour fonctionner. Le TrashBoom est en fait une barrière flottante qui arrête les déchets dans les rivières pour les empêcher de se déverser dans les océans de la planète ! Grâce aux plans en source libre et la possibilité d’utiliser des matériaux locaux, le TrashBoom s’adresse à tous ceux qui veulent faire un geste pour l’environnement. Découverte.

D’où lui est venue cette idée ?

Moritz Schulz a pris conscience de cette pollution en voyant des déchets flotter dans les rivières puis finir dans les océans… Lorsqu’il a pris conscience que 8 à 12 millions de tonnes de déchets plastiques finissaient dans les océans chaque année et provenaient en majorité des rivières qui s’y jettent, il s’est dit qu’il fallait agir. Après 8 mois passés en Indonésie avec son meilleur ami pour étudier le cheminement des plastiques dans les rivières, et la manière de développer un cas d’utilisation qui aborde la crise mondiale du plastique avec une réponse transférable. De retour en Allemagne, il a conçu une barrière flottante simple, très accessible financièrement pour n’importe quel pays du monde, même le plus pauvre !

une barrière flottante qui arrête les déchets dans les rivières
une barrière flottante qui arrête les déchets dans les rivières. Crédit photo : Moritz Schulz / James Dyson Awards

Comment fonctionne le TrashBoom ?

Comme nous vous l’avons dit, c’est une barrière flottante qui permet de stopper les déchets plastiques pour qu’ils puissent être ramassés, ou de les dévier pour les acheminer dans un endroit facilement accessible. Chaque système TrashBoom est constitué de plusieurs éléments de 110 cm de large qui forment une solution modulaire pour des rivières de tailles différentes. Chaque module est enfilé sur des fils d’acier et peut collecter le plastique jusqu’à 50 centimètres de profondeur. Une barrière pèse 11 kilos et elles peuvent évidemment s’accrocher entre elles pour former un plus grand barrage.  Une barrière se compose d’un cadre en acier, d’un treillis métallique, de tuyaux et bouchons en PVC qui font office de flotteurs… Concrètement, il suffit de matériaux disponibles sur place (barrière, grillage etc.) pour fabriquer une barrière TrashBoom. En accès libre, il suffira au constructeur de suivre le plan de montage avec les matériaux qu’il aura à sa disposition.

À LIRE AUSSI :  Cotentin Filtration : il invente un filtre révolutionnaire composé de cheveux pour dépolluer la mer

Quelles sont les particularités de la TrashBoom ?

Pour l’inventeur, la barrière flottante en plan source est une solution peu coûteuse à un problème mondial très complexe… Il définit son invention comme “un traitement de premier secours pour la pollution des océans que même les particuliers peuvent exécuter jusqu’à ce que la société et l’économie s’adaptent et réduisent la consommation de plastique”. La consommation de plastique devrait doubler d’ici 5 ans, et les autorités ne semblent pas enclines à répondre à ce problème dans l’immédiat… Les problèmes de coût, de transport et de fabrication font que certains pays continuent à subir cette pollution des rivières. Le manuel de 50 pages et donc disponible en Open Source, ce qui veut dire que n’importe qui peut construire une TrashBoom, et l’installer sur un cours d’eau… Les petits ruisseaux ne font-ils pas les grandes rivières ?? Et sans plastique de préférence ! Plus d’informations : plasticfischer.com

Source
Jamesdysonaward.org

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, j'aime parler d'actualités, d'environnement et de ce qui se rapporte aux sciences et à la psychologie. Je suis passionnée par les animaux en général et par tout ce qui touche à leur bien-être.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page