Innovation

Un ordinateur alimenté 12 mois par photosynthèse avec un récupérateur d’énergie à algues

Au Royaume-Uni, des chercheurs sont parvenus à mettre au point un récupérateur d’énergie à base d’algues. Le dispositif a pu alimenter un microprocesseur pendant plus de six mois.

Une nouvelle recherche parue dans la revue Energy & Environnemental Science s’annonce prometteuse alors que le nombre d’appareils électroniques que nous utilisons au quotidien augmente. En effet, la publication décrit une expérience dont le but a été de produire de l’électricité à partir d’algues. Concrètement, les chercheurs ont mis au point un dispositif contenant ces cellules vivantes pour récupérer l’énergie générée par le soleil et la transformer en électricité. Résultat, ils ont pu alimenter un microprocesseur destiné à propulser un appareil IoT pendant plusieurs mois.

De l’électricité produite par des algues

Cette expérience menée par une équipe de scientifiques de l’université de Cambridge démontre une fois de plus que les algues peuvent nous aider à accélérer notre transition vers l’énergie verte. Effectivement, il a déjà été prouvé que ces organismes sont capables de produire en masse de l’hydrogène. Ils peuvent même purifier les eaux usées et éliminer le CO2 de l’atmosphère. Plus intéressant encore, les algues sont en mesure de produire de l’électricité par photosynthèse. Les chercheurs dirigés par le Dr Paolo Bombelli ont exploité cette dernière particularité pour concevoir un récupérateur d’énergie convertissant la lumière du soleil en électricité.

un récupérateur à algues
Crédit photo : Paolo Bombelli, Université de Cambridge

Un processeur Arm Cortex pour l’essai

Le générateur électrique créé par les chercheurs consiste en un récipient qui fait à peu près la taille d’une pile AA. Celui-ci contient une espèce d’algues bleu-vert. L’équipe a utilisé une électrode en aluminium pour collecter les électrons se déplaçant à l’intérieur du petit boitier. Comme dans un accumulateur classique, l’électricité est justement produite grâce au déplacement de ces particules élémentaires. Le courant électrique obtenu a ensuite été utilisé pour alimenter une puce Arm Cortex M0+. Il s’agit d’un microprocesseur conçu principalement pour les appareils IoT (Internet des objets).

À LIRE AUSSI :
Nous pourrons bientôt recharger nos voitures électriques en seulement 9 secondes grâce à la physique quantique

Des batteries plus écologiques

Certes, le récupérateur d’énergie à algues du Dr Bombelli et de ses collaborateurs ne produit qu’une faible quantité d’énergie, mais c’est suffisant pour faire fonctionner de minuscules appareils électroniques comme les dispositifs IoT. Les chercheurs affirment dans leur étude avoir utilisé le procédé pour alimenter le microprocesseur mentionné ci-haut pendant environ six mois, et ce, sans aucune intervention humaine. Au cours de cette période, aucun problème n’a été rencontré. Mieux encore, le récupérateur d’énergie est parvenu à continuer à générer de l’électricité même dans un environnement sombre. L’équipe estime cependant que le système peut fonctionner pendant un an. Cette expérience montre que les algues peuvent permettre de concevoir des batteries plus écologiques et moins chères à fabriquer.

le fonctionnement de la batterie à algues
Crédit photo : Paolo Bombelli, Université de Cambridge

Source
University of Cambridge

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

2 commentaires

  1. L’avenir est dans les énergies renouvelables, les start up et les innovations. Le sujet est illimité et très intéressant. Le stockage de l’énergie va être indispensable pour le solaire par exemple.

    C@ro

  2. Toute recherche, toute découverte est bonne à prendre à approfondir…

    Mais a-t-on vraiment besoin que tous nos objets soient connectés…
    Ces objets IoT ont un coût écologique de production, de distribution et de recyclage une fois obsolètes, pour un service rendu plus que contestable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page