Le maire d’Essarts le Bocage en Vendée a pris un arrêté qui demande aux administrés de sourire chaque jour entre 8h et 22h du 5 au 11 Octobre…

Les maires de certaines municipalités ont parfois de drôles d’idées ! Elles peuvent paraître farfelues parfois, utiles souvent mais elles sont surtout le témoignage d’une société qui ne tourne pas toujours très rond ! Ainsi après le maire de Saint André de Valbogne qui affiche clairement que les bruits de la campagne ne sont pas négociables, c’est au tour du maire d’Essarts en Bocage (Vendée) de publier un arrêté municipal qui demande aux administrés de sourire, de vivre dans le joie et de ne pas tomber dans la morosité

Attention pas question de verbaliser si les gens font la gueule… En revanche le sourire est obligatoire pour tout le personnel de la mairie y compris la police municipale qui veille au bon déroulement de l’arrêté de l’édile !


A lire également : Floride : Le maire passe en boucle de la musique enfantine pour faire fuir les SDF


Freddy Riffaud a donc pris un arrêté des plus sérieux qui demande à ses administrés d’être de bonne humeur de 8h à 22h chaque jour, le reste du temps, on peut donc ne pas l’être !

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Espagne : 1350 femmes protégées des violences conjugales par un efficace bracelet anti-rapprochement

Vidéo : Et pour vous, la joie c’est quoi ? #1 (Ville d’Essarts en Bocage)

Il faut en théorie faire également sourire 10 personnes chaque jour minimum : ceux qui n’ont pas connaissance de l’arrêté vont peut-être se poser des questions en croisant des personnes hilares entre 8h et 22h ! Une petite précision tout de même, l’arrêté a été pris pour une durée déterminée : du 5 au 11 Octobre 2019, pour contrer la morosité qui s’installe au début de l’automne…

Nous ne sommes pas persuadés que ce genre d’arrêté fonctionnerait dans une ville comme Paris, connue pour l’antipathie des parisiens mais dans un petit village pourquoi pas ? Une manière peut-être de créer une cohésion dans le village ? Un arrêté pour obliger les gens à sourire, c’est quand même le signe d’un monde où la joie de vivre n’est pas de mise non ?

Photo de couverture de Asier Romero / Shutterstock