Science

Breakthrough Initiatives lance un programme de recherche de formes de vie primitives sur Vénus

Suite à une découverte récente de phosphine sur la planète la plus proche de la Terre, une équipe de scientifiques a été constituée par Breakthrough Initiatives dans le but de rechercher sur Vénus d’éventuels signes de vie primitive. Un programme qui promet d’être ambitieux.

Récemment, des scientifiques ont annoncé avoir repéré dans l’atmosphère de Vénus des traces de phosphine. Établie à une altitude où les températures et les pressions sont similaires à celles ici sur Terre au niveau de la mer, cette matière pourrait renfermer des organismes vivants, d’autant que dans notre monde, elle uniquement produit par des bactéries et par les déchets industriels. Trouver une telle substance chimique sur Vénus est donc une nouvelle passionnante. Et Breakthrough Initiaves s’y intéresse actuellement de près.

Une initiative privée qui vise à détecter des traces de vie sur Vénus

Dans un communiqué datant du 15 septembre 2020, le programme de recherche spatiale financé par l’investisseur Yuri Milner annonce le lancement d’un projet dont le but est de savoir si la phosphine récemment découverte sur Vénus contient des bactéries ou autres formes de vie primitives.

Le projet en question verra la participation de physiciens, astronomes, astrobiologistes, chimistes et ingénieurs de renommée mondiale. L’équipe sera dirigée par Sara Seager, professeur de sciences planétaires, de physique et de génie aérospatial au Massachusetts Institute of Technology.

Au cas où vous ne le sauriez pas encore, cette présence de phosphine dans les nuages de Vénus a été annoncée officiellement par Seager et par le professeur Jane Greaves de l’Université de Cardiff dans un communiqué publié le 14 septembre dernier.

À LIRE AUSSI :  Des scientifiques ont découvert 24 planètes plus "favorables à la vie" que notre Terre

Pour parvenir à cette découverte, les chercheurs affirment s’être appuyés sur des données issues de l’observatoire d’Atacama (ALMA) au Chili et du radiotélescope James Clerk Maxwell (JCMT) au sein de l’observatoire du Mauna Kea à Hawaï.

Une découverte majeure

Ce qui rend cette découverte particulièrement importante, c’est que malgré le fait que la présence de phosphine sur Vénus pourrait provenir d’un processus impliquant des organismes non vivants, les scientifiques ignorent jusqu’ici le processus de formation d’une telle matière sur une planète autre que la Terre.

« La découverte de phosphine est un évènement passionnant », a déclaré Pete Worden, directeur exécutif de Breakthrough Initiatives. À lui d’ajouter : « nous avons ce qui pourrait être une biosignature et une histoire plausible sur la façon dont cela est arrivé. La prochaine étape consiste à recourir à la science fondamentale nécessaire pour étudier de manière approfondie les preuves et examiner la meilleure façon de confirmer la présence de vie ».

« Trouver la vie n’importe où au-delà de la Terre serait vraiment mémorable », a de son côté réagi Yuri Milner, fondateur de Breakthrough Initiatives.

Crédit photo de couverture : NASA or Ricardo Nunes , Domaine public,

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page