Science

La présence d’oxygène dans l’atmosphère d’une exoplanète ne garantit pas l’existence de la vie

Même si une planète possède une atmosphère contenant de l’oxygène gazeux, cela ne veut pas nécessairement dire qu’elle abrite la vie. C’est du moins ce que suggère une étude menée par des scientifiques de l'Université Johns Hopkins.

Nous scrutons l’Univers depuis des décennies dans l’espoir de trouver un monde comparable au nôtre, c’est-à-dire favorable à la vie. L’eau est considérée comme la condition ultime rendant une planète habitable. Pour qu’elle puisse exister dans un état liquide et être favorable à la croissance des organismes vivants, l’astre sur laquelle elle est présente doit se trouver à une distance raisonnable par rapport à son étoile.

En effet, la température de surface est également un critère d’une grande importance. Comme si cela ne suffisait pas, les scientifiques s’appuient parfois sur des données issues de l’étude de l’atmosphère dans le but de trouver des traces de gaz identiques à ceux qui existent sur Terre, notamment de l’oxygène, du dioxyde de carbone et de l’azote.

L’oxygène gazeux, un composant important de la vie sur Terre

En ce qui concerne l’oxygène en particulier, il représente environ 21 % de tous les composants gazeux de l’atmosphère terrestre et est apparu à la suite de la photosynthèse, laquelle a abouti à la Grande oxygénation il y a environ 2,45 milliards d’années. En raison de son importance dans l’essor de la vie sur notre planète, ce gaz est considéré comme l’une des biosignatures les plus importantes dans la recherche de vie extraterrestre.

Mais une étude menée par des scientifiques de l’Université Johns Hopkins met cela en doute. L’étude en question s’intitule « Gas Phase Chemistry of Cool Exoplanet Atmospheres: Insight from Laboratory Simulations » — Chimie de la phase gazeuse des atmosphères froides d’exoplanètes : aperçu des simulations en laboratoire — et a été publiée dans la revue ACS Earth and Space Chemistry.

À LIRE AUSSI :
Des milliers de tonnes de poussières extraterrestres s’abattent chaque jour sur Terre...

Des simulations à l’aide de la chambre Planetary HAZE de Sarah Hörst

Comme son titre l’indique, le document relate des tests effectués en laboratoire pour déterminer si la présence de certains gaz dans l’atmosphère d’une exoplanète pouvait signifier qu’il y a de la vie là-bas. Concrètement, l’équipe s’est focalisée sur l’oxygène.

La présence d’oxygène dans l’atmosphère d’une exoplanète ne garantit pas l’existence de la vie
La présence de certains gaz dans l’atmosphère d’une exoplanète pouvait signifier qu’il y a de la vie là-bas. Crédit photo : Shutterstock / Dotted Yeti

Pour ce faire, elle a effectué des simulations à l’aide de la chambre Planetary HAZE (PHAZER) dans le laboratoire de Sarah Hörst, scientifique planétaire faisant partie des principaux auteurs de l’étude. Les chercheurs ont commencé par créer neuf mélanges de gaz différents pour simuler des atmosphères d’exoplanètes, rapporte Universetoday.com. Chaque mélange a ensuite été injecté dans la chambre PHAZER après avoir été chauffé à des températures entre 27 et 370 °C.

Pouvant être créés par de simples réactions chimiques

Grâce à cette approche, les scientifiques ont pu démontrer que l’oxygène gazeux ainsi que la plupart des matières connues pour être à l’origine de la vie pouvaient être créés par de simples réactions chimiques.

« Les gens avaient l’habitude de suggérer que la présence simultanée d’oxygène et de matières organiques était un signe de présence de la vie, mais nous les avons produits de manière abiotique dans de nombreuses simulations. Cela suggère que même la co-présence de biosignatures communément acceptées pourrait être un faux positif pour la vie », a conclu Chao He, l’auteur principal de l’étude.

Marc Odilon

Tout ce qui touche de près ou de loin à l'High-tech me fascine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page