Science

Suisse : il découvre un poignard de soldat romain vieux de 2000 ans avec un simple detecteur de metaux

Lucas Schmid, un étudiant en médecine dentaire, a fait une incroyable découverte sur un site archéologique en Suisse: un poignard appartenant à un légionnaire romain, qui date de l’an 15 avant notre ère.

Vers l’an 15 avant notre ère, les troupes impériales romaines et les tribus rhétiques se sont affrontées en Suisse. Après la bataille, l’un des légionnaires romains a creusé un trou et y a enterré son poignard, probablement en guise d’offrande aux dieux.

L’endroit où s’est déroulé la bataille n’est pas inconnu des archéologues, puisqu’une fouille y a été faite en 2001, soit 20 ans auparavant. Les chercheurs pensaient ainsi que les détecteurs de métaux avaient trouvé tous les artefacts présents sur le champ de bataille. Mais ce n’est apparemment pas le cas !

Une curiosité qui s’est soldée par la découverte de plusieurs artefacts

En effet, Lucas Schmid, un étudiant en médecine dentaire, était convaincu du contraire. Il confia d’ailleurs à Livescience qu’il soupçonnait que l’ensemble du site n’avait pas encore été fouillé méticuleusement et que plus d’artefacts restaient à débusquer.  Mû par sa curiosité, il décida de jouer à l’apprenti archéologue et, avec un détecteur de métaux, il entreprit de passer le site au peigne fin. C’est là qu’il détecta la présence du poignard, enterré à 30 centimètres de la surface.

Suisse : il découvre un poignard de soldat romain vieux de 2000 ans avec un simple detecteur de metaux
Une arme ancienne richement décorée d’incrustations d’argent et de laiton enterrée intentionnellement en signe de remerciement après une victoire au combat. Crédit photo : Archaeological Service Graubünden

D’après les archéologues, le poignard était en très bon état de conservation. C’était un poignard court, incrusté d’argent et de laiton. Une fois que Lucas Schmid a déterré l’objet, il s’est empressé d’en avertir les autorités locales. Le Service archéologique des grisons (ADG) a alors entamé une fouille approfondie du site, qui se trouve près des gorges de Crap Ses et du village de montagne de Tiefencastel, dans le canton des Grisons, en Suisse.

À LIRE AUSSI :
Une petite fille découvre sur une plage une empreinte de dinosaure vieille de 220 millions d'années

La recherche s’est avérée fructueuse puisque les chercheurs ont mis la main sur plusieurs artefacts romains et rhétiques, notamment des fers de lance romains, des fragments d’épée, des boucliers et des fers de lance rhétiques. Ils ont également déterré des pierres de fronde qui portent les inscriptions des légions romaines qui les ont fabriquées.

Les recherches se poursuivront l’année prochaine

L’archéologue Peter-Andrew Schwarz s’est extasié devant le nombre d’objets trouvés ainsi que de leurs compositions. D’après lui, ce sont des objets « exceptionnels ». En tout cas, le directeur de l’ADG, Thomas Reitmaier, a assuré que « le travail sur le terrain se poursuivra l’année prochaine et nous supposons que davantage de pièces de monnaie ou d’autres découvertes seront révélées permettant une datation encore plus précise ».

Quant à Schmid, il est devenu un dentiste certifié et ne pense pas se convertir en un archéologue professionnel. En tout cas, il est heureux que son action ait fait la différence et continue de faire du bénévolat sur le site du champ de bataille.

Source
Livescience

Arielle Lovasoa

Je me retrouve dans les mots de Françoise Giroud dans Lou: Histoire d'une femme libre: "C'est une fille irréductible qui n'en fait et n'en fera jamais qu'à sa tête, non pas par caprice mais par nature". A cela, j'ajouterai le sage conseil de Confucius, mon leitmotiv: "Si tu veux profiter de ta vie, apprends à profiter de ta simple journée"

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page