Comment fabriquer votre propre tamis à granulés pour réduire votre consommation de pellets ?

Optimisez l'efficacité énergétique de votre poêle à pellets en éliminant la poussière : découvrez comment fabriquer facilement votre tamis à pellets à la maison !

Comme des millions de Français, vous avez opté pour le poêle à pellets pour vous chauffer l’hiver. Vous avez donc commandé votre stock de pellets pour l’année, et vous les avez entreposés en vrac ou en sacs sur palette. Qu’ils soient en vrac ou en sacs, lorsqu’ils sont déplacés, les granulés s’entrechoquent et produisent de la poussière. Cette poussière est néfaste pour votre poêle, et il vaut mieux en enlever un maximum avant de les brûler. Pour ce faire, il faut « tamiser vos pellets de bois », soit avec un tamis acheté dans le commerce, soit avec un tamis que vous pouvez fabriquer vous-même. Pourquoi faut-il tamiser vos pellets ? Et, comment fabriquer votre tamis ? On va tout vous expliquer.

Pourquoi est-ce important de tamiser les pellets de bois ?

Lorsque vous achetez vos pellets de bois, ou que vous les stockez, de la poussière s’accumule entre les granulés. L’excès de poussière peut encrasser votre poêle à pellets, réduire l’efficacité du chauffage, provoquer des problèmes d’allumages, et surtout, augmenter votre consommation de granulés de bois.  Avant de les bruler et si vous ne disposez pas de seau à pellet avec un double-fond (photo ci-dessous), vous allez devoir les tamiser pour ôter l’excès de poussière. Cela vous permettra d’économiser sur votre stock et de préserver votre système de chauffage.

Sceau à pellet avec double-fond servant à stocker et à dépoussiérer les pellets avant usage.
Sceau à pellet avec double-fond servant à stocker et à dépoussiérer les pellets avant usage. Crédit photo : Capture d’écran Amazon

Quels sont les matériaux nécessaires pour fabriquer un tamis à pellets ?

Pour réaliser votre tamis à pellets, le budget ne sera pas trop conséquent. Voici la liste des matériaux nécessaires que vous pouvez récupérer ou acheter en magasins de bricolage, par exemple.

  • Une planche en bois
  • Un cadre de bois
  • Un morceau de grillage à mailles très fines
  • Des clous
  • Des vis
  • Un marteau

Tous ces produits sont récupérables, ou disponibles chez Castorama ou Brico Dépôt, entre autres. La planche de bois sera le support, le cadre permettra de maintenir le grillage, fixé à la planche avec des clous ou des vis.

Passons à la fabrication…

Créez votre propre tamis à pellets en suivant ces étapes simples pour un système de filtration efficace et personnalisé. Tout d’abord, mesurez la taille de votre cadre en bois, en veillant à ce qu’il soit assez spacieux pour contenir une quantité suffisante de pellets tout en restant facilement maniable. Ensuite, découpez la planche de bois en fonction des dimensions précises du cadre. Fixez solidement le cadre à la planche grâce à des vis, assurant ainsi la stabilité de votre tamis. Poursuivez en découpant le grillage métallique de manière qu’il s’ajuste parfaitement au cadre en bois. Attachez fermement le grillage au cadre à l’aide de clous ou de vis, assurant par conséquent une fixation solide. Veillez à tendre soigneusement le grillage pour éviter tout affaissement sous le poids des pellets.

Si vous utilisez vos pellets sans les dépoussiérer, vous encrassez plus rapidement votre poêle.
Si vous utilisez vos pellets sans les dépoussiérer, vous encrassez plus rapidement votre poêle. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Cette étape est cruciale pour garantir l’efficacité du tamis. Une fois que le grillage est bien tendu, votre tamis à pellets fait maison est prêt à être utilisé. Profitez de cet outil simple, mais pratique pour filtrer vos pellets de manière efficace et personnalisée. Attention, les mailles de votre grillage devront être inférieures à 6 mm, la taille généralement constatée des pellets de bois. Si vous prenez plus gros, les pellets passeront au travers du grillage. Saviez-vous qu’il fallait tamiser vos pellets de bois ? Que pensez-vous de cette astuce pour fabriquer votre tamis ? Donnez-nous votre avis, ou partagez avec nous, votre expérience. Merci de nous signaler toute erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 23 ans, j'écris depuis trois ans, avec une préférence pour les domaines liés à l'actualité, à la psychologie, aux études scientifiques, ou à la protection et l'environnement dans son ensemble. Mon petit parcours de rédactrice junior s'inspire de différentes études scientifiques, ou de sujets d'actualité abordés dans différents médias que je suis avec intérêt. Particulièrement touchée par la protection des animaux, j'aime vous transmettre les avancées et les lois relatives au bien-être animal. Personnellement engagée comme présidente d'une association, je mets un point d'honneur à protéger les animaux de toute nature (hérisson, abeilles, insectes, chiens ou chats)... Je n'ai probablement pas l'expérience professionnelle de certains rédacteurs en matière de politique, de principes scientifiques. Mais, je tente d'apporter ma petite pierre à l'édifice en vous racontant mes expériences et mes réflexions dans des domaines qui me touchent. Et, puisque la vie est une surprise chaque jour, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. C'est la raison pour laquelle, à 23 ans, j'ai encore besoin d'apprendre des milliers de choses, et de me cultiver pour vous conter encore plus d'histoires passionnantes. Rejoignez-moi dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens... Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens..

3 commentaires

  1. Nous avons un seau avec tamis, comme celui en photo…je trouve très très nul…il reste toujours de la poussière….Pas du tout efficace !!?

  2. Alors non. La poussière ne change rien à la consommation de pellets et ne cause pas de problèmes d’allumage.
    Testé l’an dernier, comparé à l’année précédente, aucun changement notable… C’est juste un accessoire pour faire joli, qui coûte la peau du cul, souvent en plastique léger qui casse facilement…
    Il vaut mieux opter pour un sac en tissu pour avoir un peu de stock à côté du poêle, plus esthétique qu’un tas de sacs à côté du poêle, en plus ils retiennent un peu de poussière…

  3. Bonjour, j’utilise un tamis à sable de maçonnerie au dessus d’un grand baquet. Je verse le sac en 3 fois ,il me faux moins de 2 minutes. Tout cela sans bricolage,pour un coût dérisoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page