Auto / Moto

Confinement : pour s’occuper ce charpentier fabriquait des vélos en bois, il les vend aujourd’hui dans le monde entier…

Les commandes affluent de l’Afrique du Sud, du Canada, de Jalandhar et de Delhi.

Alors que le confinement a été vécu par beaucoup de monde comme source de stress, frein économique et cause de multitudes problèmes socio-économiques, un charpentier vivant au Pendjab a vu dans ce lock-out une opportunité et l’occasion d’innover.

Comme plusieurs travailleurs dans le monde, la pandémie de Covid-19 a arraché à Dhani Ram Saggu, un résident du Pendjab originaire de Zirkapur, son travail. Refusant de se laisser abattre et de sombrer dans la dépression, le charpentier de 40 ans a préféré user de sa créativité pour se trouver sa nouvelle source de revenus. Et il y parvint. Comment ? En fabriquant des vélos en bois !

À LIRE AUSSI :  Yerka, le vélo "impossible à voler" avec son cadre qui se transforme en antivol

Comment l’idée de concevoir un vélo en bois lui est-elle parvenue ?

Se confiant à Hindustan Times, Saggu déclare avoir toujours d’une bicyclette « mais nos finances étaient telles que nous ne pouvions pas nous le permettre. Par conséquent, j’ai décidé d’en créer un pour moi-même ». Il déclare aussi à The Better India qu’il passait beaucoup de temps dans les magasins de vélos et que bien qu’il n’ait jamais fait de vélos de sa vie, il a vu des amis démonter entièrement un vélo et le reconstituer en utilisant les mêmes parties ou en faisant quelques modifications. Toutefois, le charpentier ajoute que sa créativité « était limitée aux matières disponibles à la maison – contreplaqué, outils et vieux cycles ».

Qu’à cela ne tienne, YourStory rapporte que le charpentier a esquissé son premier prototype de vélo en utilisant les contreplaqués comme corps, guidon et jantes. Il a aussi utilisé la chaîne, les pédales, les roues, le siège et la béquille latérale d’un vieux vélo pour l’attacher au corps en bois. Il réussit ainsi son premier prototype en un mois. Un passionné du cyclisme, Rakesh Singh, agent administratif chez PGIMER a vu le premier essai et lui a prodigué quelques conseils.

Le principal atout de ces vélos serait leur originalité

Cela amena Saggu à faire une deuxième tentative en utilisant cette fois-ci un bois spécial appelé bois canadien qu’il a obtenu de son voisin pour faire le corps du vélo. Selon Saggu, ce bois est « léger et peu coûteux mais solide ». Le nouveau vélo disposait désormais de pneus réguliers, d’un garde-boue, d’un guidon redessiné et d’un panier à l’avant. Saggu détaille au Hindustan Times que « le vélo pèse entre 20 et 22kg, mais je travaille à le rendre plus léger. J’utilise maintenant des freins à disque plutôt que les freins sur jante et je travaille également à la mise en vitesse et à un vélo pour les enfants ».

Mais l’affaire de Saggu marche déjà plutôt bien puisqu’il déclare avoir déjà vendu huit vélos en bois entre le 27 juillet et le 20 août dernier et que de nombreuses commandes venant d’Afrique du Sud, du Canada, de Jalandhar et de Delhi lui sont déjà parvenus. En plus de pouvoir parcourir jusqu’à 25 kilomètres par jour, les clients seraient charmés par l’aspect unique de ces vélos. Quant au prix, ces vélos coûteraient Rs 15.000 chacun, soit 174 euros environ.

 

Arielle Lovasoa

Je me retrouve dans les mots de Françoise Giroud dans Lou: Histoire d'une femme libre: "C'est une fille irréductible qui n'en fait et n'en fera jamais qu'à sa tête, non pas par caprice mais par nature". A cela, j'ajouterai le sage conseil de Confucius, mon leitmotiv: "Si tu veux profiter de ta vie, apprends à profiter de ta simple journée"

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page