Comment dépolluer un sol avec des plantes ?

Les décharges à ciel ouvert font partie du passé, mais leurs séquelles persistent. Explorez avec nous comment la phytoremédiation, grâce au pouvoir des plantes, se positionne comme un remède naturel pour restaurer la santé de nos sols.

Souvenez-vous, dans les années 90, lorsque vos parents devaient déposer leurs déchets à la « décharge municipale ». À l’époque, elles étaient ce que l’on appelle aujourd’hui une déchetterie, mais les autorités ne se préoccupaient pas réellement des conséquences environnementales futures. Dans ces décharges à ciel ouvert, qui prenaient feu très souvent, les sols ont comme qui dirait « morflé ». La pollution des sols de ces sites peut, encore aujourd’hui, gêner, lorsqu’il faut reconstruire. Les décharges à ciel ouvert ont été interdites et démantelées au 1ᵉʳ juillet 2002, à la suite du vote de la loi n° 92-646 du 13 juillet 1992. Saviez-vous que certains sites pollués utilisaient la phytoremédiation pour dépolluer les sols ? Un terme scientifique, qui désigne, en réalité, l’utilisation de certaines plantes spécifiques, pour dépolluer les sols. Décryptage.

Qu’est-ce que la phytoremédiation ?

Ce terme désigne un processus environnemental, objet de nombreuses études actuellement. Cette technique utilise des plantes pour dépolluer ou décontaminer des sols, de l’eau, ou d’autres milieux. Nous connaissons déjà les bassins filtrants grâce à des plantes spécifiques, mais la phytoremédiation, cette méthode naturelle, va encore plus loin. En effet, certaines plantes peuvent absorber, accumuler ou dégrader des substances toxiques présentes dans le sol ou l’eau. Ces plantes appelées « hyperaccumulatrices » ont le pouvoir naturel d’absorber les polluants via leurs racines, puis de les accumuler dans leurs parties aériennes (tiges, feuilles). C’est un long processus, car il faut prendre en compte la croissance de la plante, mais semble-t-il efficace, sur les pesticides, les métaux lourds et les hydrocarbures.

Le trèfle est une plante qui absorbe certains composés organiques polluants.
Le trèfle est une plante qui absorbe certains composés organiques polluants. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Quels sont les avantages de la phytoremédiation ?

Comme nous vous l’avons dit, installer des plantes hyperaccumulatrices ne se fait pas en un jour, mais ce procédé a l’avantage d’être naturel et économique. Implanter un site de phytoremédiation coûte beaucoup moins cher qu’une dépollution classique, et ne provoque aucun dégât supplémentaire sur le sol concerné. De plus, les plantes utilisées sont généralement robustes et adaptées à toutes sortes de conditions climatiques. Néanmoins, certaines s’adaptent mieux au climat sec, que d’autres par exemple. Cette méthode existe depuis plus de 50 ans, mais revient au goût du jour, devant l’ampleur des sites pollués en France.

Quelles sont les plantes dépolluantes des sols ?

En matière de choix des plantes dépolluantes, tout va dépendre du type de pollution du sol.

Pour les métaux

On entend par le terme métaux des éléments comme le plomb, le chrome, ou le cuivre, ou encore l’uranium, ou le césium, voici les plantes à privilégier :

  • Peupliers, mais attention, il faut que le sol soit très humide
  • Saules
  • Moutarde brune
  • Rinorea niccolifera
  • Arabettes de Haller
  • Noccaea caerulescens
  • Alyssum murale

Ajoutons également les tournesols pour les radioéléments (uranium, césium).

Le peuplier et le saule sont des arbres qui dépolluent les sols des métaux et autres composés organiques.
Le peuplier et le saule sont des arbres qui dépolluent les sols des métaux et autres composés organiques. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Pour les composés organiques

Les composés organiques complexes sont les pesticides, les hydrocarbures, les solvants et autres produits chimiques qui ont pu être déversés. Dans ce cas, les meilleures plantes dépolluantes sont :

  • Saules
  • Peupliers
  • Luzerne
  • Trèfle
  • Maïs

Pour approfondir vos connaissances sur l’utilisation des phytotechnologies, consultez le rapport élaboré par l’ADEME (Agence de la Transition Écologique) et l’Institut national de l’environnement et des risques. Ce document propose une analyse détaillée des applications des phytotechnologies, fournissant des informations complètes sur leurs avantages et leurs résultats dans la gestion des sites contaminés. Connaissiez-vous l’existence de la phytoremédiation ? Et, de ces plantes aux pouvoirs dépolluants naturels ? Donnez-nous votre avis, ou partagez avec nous, votre expérience. Merci de nous signaler toute erreur dans le texte, cliquez ici pour publier un commentaire .

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Nathalie Kleczinski

Passionnée de lecture et d'écriture, il était presque logique que je me tourne vers le métier de rédactrice/journaliste professionnelle. Écrire est une passion, un besoin et une manière de communiquer indispensables. Touche-à-tout de l'écriture, j'aime surtout écrire sur des sujets liés à l'environnement, mais aussi à ceux qui prodiguent des conseils, ou des astuces pour vous aider dans votre quotidien. Je suis une adepte des tests en tous genres, surtout s’ils permettent de créer, de faire des économies, ou d’utiliser des produits recycler ! Je voue également une véritable passion aux animaux et suis très sensible à leur bien-être et aux inventions qui peuvent améliorer leurs quotidiens. En revanche, je peux vite devenir cassante lorsqu’il s’agit de parler de maltraitance. Enfin, j’aime découvrir et faire découvrir de nouvelles inventions, de petites choses qui amélioreront notre quotidien, ou celui des personnes en situation de handicap, autre cause qui me tient à cœur. Bénévole dans une association liée à l’aide aux victimes d’accidents de la route, vous comprendrez aisément que cette cause me touche aussi et que j’estime primordial de mettre en avant tout ce qui peut améliorer cette sécurité routière et empêcher un décès supplémentaire sur la route. Ma devise : Carpe Diem, car la vie est courte, et qu'il faut transformer chaque instant en tranches de bonheur !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page