Environnement

Comment réagir face à un essaim d’abeilles (espèce protégée) dans votre jardin ?

Si vous rencontrez un essaim d'abeilles, ne paniquez pas et découvrez comment réagir rapidement.

En regagnant votre voiture garée à l’ombre d’un paulownia, vous apercevez une énorme masse brunâtre, compacte et grouillante accrochée à votre lunette arrière. Horreur ! Des milliers d’abeilles se sont installées sur votre voiture, dans votre abricotier ou sur un pan de votre abri de jardin. Pas de panique, il s’agit d’un essaim, que l’on pourrait qualifier de « sans domicile fixe ». Les essaims d’abeilles sont des groupes d’abeilles qui se forment lorsque la colonie d’abeilles se divise et qu’une partie de la population, accompagnée de la reine, quitte la ruche pour former une nouvelle colonie. Cela se produit généralement au printemps lorsque la population d’abeilles atteint un niveau élevé et que les ressources deviennent limitées dans la ruche. Elles sont impressionnantes, mais ne sont pas agressives. On vous explique comment réagir, MAIS n’essayez surtout pas de les tuer !

Pourquoi ces énormes essaims se forment-ils ?

Quand les abeilles quittent la ruche, elles se regroupent temporairement en une masse compacte appelée essaim. Ce dernier se pose souvent sur une branche d’arbre, une clôture, un poteau ou même sur des objets inanimés comme les voitures. Ces insectes peuvent rester dans cet endroit pendant quelques heures ou quelques jours, le temps que les abeilles exploratrices trouvent un nouvel emplacement pour construire une nouvelle ruche. Ainsi, elles sont donc juste « de passage » chez vous, en attendant de retrouver une ruche à disposition.

Un essaim d'abeilles gigantesque.
Un essaim d’abeilles gigantesque. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Lors de ce phénomène impressionnant, elles n’ont rien à défendre à part elles-mêmes, donc pas de couvain, pas de territoire. Elles sont donc inoffensives, même s’il vaut mieux rester à distance. Les piqûres sont possibles, si vous les menacez. NE LES TUEZ PAS, et ne pulvérisez pas d’insecticides, les abeilles sont une espèce protégée. Vous risqueriez aussi une amende comme cet arboriculteur de la Manche condamné à 1 000 € pour avoir tué des abeilles.

Comment réagir face à un essaim d’abeilles ?

Si vous découvrez un essaim d’abeilles dans ou à proximité de votre propriété, il est essentiel de faire appel à un apiculteur ou à un professionnel spécialisé dans l’enlèvement des essaims afin de le gérer en toute sécurité. Les apiculteurs sont des experts en matière de gestion des abeilles et sont capables de déplacer l’essaim vers un endroit plus approprié où les abeilles pourront prospérer sans perturber les humains. Pour trouver un apiculteur près de chez vous, une liste de cueilleurs d’essaim est disponible sur le site essaim-abeilles.org. Il est crucial de ne pas essayer de manipuler ni de déplacer un essaim d’abeilles par vous-même, car cela peut être dangereux autant pour vous que pour les abeilles.

Un « cueilleur » d’essaim.
Un « cueilleur » d’essaim. Photo d’illustration non contractuelle. Crédit : Shutterstock

Protéger les abeilles : une nécessité écologique

Il est important de rappeler que les abeilles jouent un rôle crucial dans la pollinisation des plantes, contribuant ainsi à la reproduction de nombreuses espèces végétales. Les essaims d’abeilles representent donc une opportunité de préserver ces insectes précieux et de les aider à prospérer dans des environnements favorables. Vous devez absolument signaler cet essaim le plus vite possible, car il ne restera que quelques heures ou quelques jours. En revanche, si vous le laissez en place, les abeilles pourraient bien trouver une cavité pour construire une « ruche sauvage », et là, vous seriez plutôt embêté par leur présence. Les frelons asiatiques, qu’il faut continuer à piéger, pourraient aussi vous rendre de fréquentes visites, attirés par la présence des abeilles.


Abonnez-vous à NeozOne sur Google News ou sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !

Méline Kleczinski

Jeune rédactrice de 20 ans, je m'épanouis dans l'exploration et la communication des actualités, de l'environnement, ainsi que des domaines liés aux sciences et à la psychologie. Depuis que j'ai entamé mon parcours dans le monde de la rédaction, j'ai constamment été inspirée par la diversité et la richesse des sujets abordés dans ces domaines, cherchant à les rendre accessibles et captivants pour mes lecteurs. Ma passion pour les animaux en général a toujours été au cœur de mes préoccupations. Soucieuse de leur bien-être et de leur place dans notre monde, je m'efforce de sensibiliser mon audience à leur protection, à travers des articles informatifs et engagés. Qu'il s'agisse de sujets comme la conservation des espèces, les droits des animaux ou simplement des anecdotes touchantes, je trouve une grande satisfaction à partager mes connaissances et mes réflexions pour encourager une prise de conscience collective. En tant que jeune professionnelle, je considère chaque jour comme une opportunité d'apprentissage et d'évolution. Je m'efforce de rester à l'affût des dernières découvertes scientifiques, des débats sociétaux émergents et des avancées technologiques, afin d'enrichir mon travail et d'offrir à mes lecteurs un contenu pertinent et stimulant. N'hésitez pas à me rejoindre dans cette aventure de découverte et de réflexion, où la curiosité et le souci du bien-être animal se rejoignent pour inspirer des discussions et des actions porteuses de sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page