Environnement

Le gouvernement camerounais abandonne définitivement l’idée d’exploiter 68 000 hectares de la forêt d’Ebo !

L'intervention des ONG et des communautés locales aura eu raison de l'idée de raser 68 000 hectares d'une forêt abritant des espèces en voie d'extinction ! Victoire !

Les ONG gagnent un combat au Cameroun ! Alors que le 14 juillet dernier, le gouvernement camerounais annonçait vouloir céder 68 000 hectares de forêt à l’exploitation du bois d’œuvre, il vient de faire marche arrière ! Les ONG et les communautés locales sont montés au créneau pour que la forêt d’Ebo ne soit pas détruite.

Et pour une fois, elles ont été entendues. Cette forêt de 200 millions d’hectares couvrent 6 pays du continent africain est la seconde forêt tropicale en superficie. Juste derrière l’Amazonie. Ce recul du gouvernement est une excellente nouvelle pour la Planète et pour les habitants de la forêt !

À LIRE AUSSI :  Chaque jour, ce Grenoblois dépollue bénévolement les rivières en Isère

En détruisant ces hectares de forêt, plus de 40 communautés humaines en auraient subi les conséquences. Cette forêt est aussi le lieu de villégiature d’espèces animales comme le Perroquet Gris ou le Picatharte du Cameroun. De grands singes ou gorilles y vivent également. Condamner ces 68 000 hectares revenait à condamner ces espèces, tout comme l’incroyable diversité végétale qui s’y développe.

Plusieurs ONG dont Greenpeace ont fait valoir l’inscription sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature, d’espèce en danger d’extinction. Les communautés locales ont malgré l’épidémie de Covid 19, mener conférences de presse et pétitions pour sauver leur forêt !

« Le gouvernement camerounais vient de suspendre les projets d’exploitation forestière dans la forêt d’Ebo. Nous ne devrions pas nous arrêter là. Ce n’est que la première étape. Nous devons réfléchir à un statut particulier et durable pour la zone afin de préserver sa biodiversité tout en contribuant à l’économie locale et nationale.  » déclare le primatologue et chercheur Rodel Vouffo.

Le 11 août dernier, le gouvernement camerounais a annoncé l’annulation du décret qui autorisait l’exploitation de la forêt d’Ebo ! À la suite de cette annonce, les ONG veulent aller encore plus loin en faisant reconnaître cette forêt comme parc national… Ce qui la protégerait pour les siècles à venir de toute déforestation ! Si vous voulez rejoindre les 150000 signataires de cette pétition, elle se trouve ici !

Photo d’illustration Fabian Plock / Shutterstock

Via
positivr.fr

Nathalie Kleczinski

Mes sujets de prédilection sont l'écologie, l'environnement, les innovations solidaires et les actualités en général. J'espère que vous prendrez plaisir à me lire. Ma devise : "Carpe Diem" parce que la vie est trop courte et qu'il faut en savourer chaque instant.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page