15 enseignes de la restauration rapide viennent de signer une charte qui les engage à trier 100% de leurs déchets d’ici 2021… On se demande juste pourquoi il a fallu une charte pour qu’ils pensent au tri de leurs milliers de tonnes de déchets !

Dans l’un des récentes numéros de l’émission Envoyé Spécial (France 2), la journaliste Elise Lucet pointait du doigt les monumentales erreurs de tri des chaînes de restauration rapide. Erreurs de tri ? Laxisme ?

Les restaurants mis en cause avançaient le manque de moyen (poubelles de tri) et les emballages mélangés à la nourriture qu’il était difficile de trier ! Pourtant avec 6 milliards de repas distribués chaque année, il était temps de réagir et de recadrer ces mauvais élèves du tri sélectif ! C’est chose faite depuis le 11 juin grâce à une charte signée sous l’impulsion de Brune Poirson, secrétaire d’état à l’environnement ! Enfin !


A lire également : Voici le plus vieux fast-food du monde, il a 2 000 ans et a été découvert à Pompéi


Le site actu-environnement.com explique que cette charte appelée « contrat d’engagement de la restauration rapide pour le tri de leurs déchets » demande aux signataires de trier au moins 70% de leurs déchets d’ici la fin de cette année, puis 90% à fin 2020 pour arriver à la totalité de leurs déchets au 31 décembre 2021.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
La secrétaire d’État à l’Écologie Brune Poirson souhaite relancer la consigne des bouteilles en plastiques

Les signataires sont des grands noms de la restauration rapide : KFC, McDonald’s, Burger King, Domino’s Pizza, Starbucks, La Croissanterie Pizza, Subway, Class’Croute, Exki, Paul, La Mie Caline, Jour Healthy Groupe, Cojean, Five Guys et Pomme de Pain. Seule L’enseigne La Brioche Dorée ne s’est pas présentée à la signature prétextant un retard de train mais ils ont assuré que la charte serait signée dès que possible.

Et pour que ce projet soit mené à bien, les enseignes engagées devront faire un point semestriel au ministère, des sanctions pourraient même être prise si les quotas n’étaient pas atteints.

Quand on sait que sur 50 établissements, une enquête a recensé 180 000 tonnes d’emballage et 60 000 tonnes de déchets alimentaires sur une année, on se demande pourquoi une loi doit venir cadrée ces enseignes qui se veulent proposer des produits bios, sains etc… Ils auraient peut-être pu y penser seuls non au tri de leurs déchets non ?

Photo de couverture de napocska et  Boyloso / Shutterstock