Une étude suisse menée par Pro Natura affirme que la 5G va détruire de nombreuses espèces d’insectes dont les abeilles, incapables de résister aux hautes fréquences émises par cette technologie…

Pro Natura tire la sonnette d’alarme : la 5G serait néfaste pour les insectes déjà fortement menacés par le réchauffement climatique. Cette organisation suisse de protection de l’environnement alerte sur les dangers de cette nouvelle technologie aux fréquences très élevées exposeraient les insectes survivants aux pesticides et autres déchets environnementaux à une extinction prématurée.

En Suisse, et selon l’étude réalisée par Pro Natura, ce sont 75 % des insectes qui ont disparu et 163 espèces menacées, parmi elles, les abeilles qui sont pourtant indispensables à notre écosystème… Un nouveau drame de la haute technologie ?


A lire également : De moins en moins d’insectes s’écrasent sur nos pare‑brises, et c’est très inquiétant


Le 4G actuelle développe une fréquence inférieure à 6 GHz, alors que la 5G devrait monter jusqu’à 120 GHz, énorme saut quand on sait que les insectes subissent des modifications internes dès qu’ils sont soumis à des fréquences dépassant les 10 GHz.

A LIRE AUSSI SUR NEOZONE :
Une entreprise dévoile un drone pour remplacer les insectes pollinisateurs

Pro Natura ne s’arrête pas aux insectes et avance également que les effets seraient sur l’Homme et notamment sur ses capacités actuelles à se protéger des catastrophes météorologiques. Les fréquences de la 5G sont semblables à celles des appareils de prédictions météorologiques, et, en encombrant ces hautes fréquences, les météorologues pourraient perdre jusqu’à 3 jours pour alerter les habitants d’un tsunami, d’un ouragan ou de tout autre phénomène mettant la vie des hommes en péril !

La 5G devrait être déployée en France cet automne, malheureusement il faudra sans doute quelques années pour prendre conscience de ses dangers pour l’environnement… En attendant on nous vantera sans doute sa rapidité, son confort d’utilisation tout en augmentant subrepticement nos forfaits téléphoniques… Et si, dans 10 ans, il s’avère que Pro Natura avait raison, on trouvera une autre excuse que cette technologie…

Selon les infos de maxisciences.com
Photos de couverture De SabOlga / Shutterstock