Les grandes villes françaises aménagent leurs cimetières et en font des acteurs principaux de la biodiversité urbaine : la faune revient et la végétation aussi…

Si l’on en croit les dernières constatations de grandes villes comme Paris, Strasbourg ou Bordeaux, nos cimetières seraient d’importants acteurs de la biodiversité et permettraient de faire revenir dans les villes des espèces qui avaient migré vers les campagnes : abeilles, hérissons et insectes florifères.

Autrefois, toutes les allées étaient gravillonnées, et désherbées aux pesticides, mais depuis la loi Labbé de 2014 qui interdit les pesticides aux municipalités, certaines ont décidé de revégétaliser les cimetières et les constats sont plutôt encourageants. A Paris les cimetières se visitent et il n’est pas rare d’y croiser des lecteurs, des peintres ou de simples promeneurs… Des lieux apaisants au milieu du brouhaha des villes.


A lire également : Bios Incube, l’incubateur connecté qui transforme les morts en plantes


La ville de Paris notamment a décidé de détruire des allées bétonnées au cimetière du Père-Lachaise pour les remplacer par 400 m² de gazon biologique afin de réduire les mauvaises herbes qui poussent dans le béton et qu’on ne peut plus enlever avec des produits chimiques. D’autres villes avaient déjà pris les devants en végétalisant les cimetières. Ainsi ces lieux de mémoire deviennent les poumons verts des villes à fort taux de bétonnage.

Les atouts de ces nouveaux cimetières-parcs sont nombreux quant à la protection de l’environnement puisqu’ils apportent de la fraîcheur lors de canicules, ils absorbent également l’eau en cas de fortes pluies et surtout on voit réapparaître en villes des espèces comme les hérissons, les abeilles et même les renards qui trouvent là un terrain favorable à leur bien-être.

Une étude avance que dans 30 ans, 75% de la population française sera citadine, ce qui implique que de nombreux espaces verts actuels seront remplacés par du béton et des bâtiments d’habitation. Les cimetières sont les seuls lieux qui ne seront jamais bétonnés et c’est plutôt intelligent d’en faire des acteurs de la biodiversité en ville ! La sérénité qui se dégage de ces lieux est en plus propice au repos, loin des tumultes bruyantes de la ville toute proche. Faire de ces lieux réservés aux morts, des endroits vivants et protecteurs de l’environnement est une excellente idée non ?

Quand les cimetières se transforment en refuge de la biodiversité

D’après les informations du site wedemain.fr
Photos de couverture de Instantvise / Shutterstock