Un projet de ville flottante paradisiaque pour faire face à la montée des eaux

Le projet fou d'Oceanix est de construire la toute première ville flottante, qui sera capable d'accueillir près de 10 000 habitants ! Si son financement est mis en place, le projet devrait débuter en 2022 et la ville deviendra habitable d'ici 2025.

Avec le réchauffement climatique qui ne cesse de prendre de l’ampleur, de plus en plus de solutions alternatives sont proposées. Ce qui inquiète le plus est l’augmentation du niveau des mers et océans, et avec elle l’avenir des villes côtières. En effet, les communes des littoraux sont les plus menacées par la montée des eaux puisqu’elles se trouvent au plus proche de la mer.

Néanmoins, une startup américaine est à l’origine d’un projet génial. Nommée Oceanix et soutenue par l’Onu, son objectif est la création de villes flottantes. Le premier prototype se verra installé en Corée du Sud, à Busan, et devrait être en place d’ici 2025.

Une ville flottante tout droit sortie d’un film de science-fiction

Nous le savons tous, les villes les plus menacées par la montée des eaux ne sont autres que celles des littoraux, qui représentent environ 20% de la population mondiale. Afin de protéger ces habitants des conséquences du réchauffement climatique, une startup américaine a un projet incroyable mais vrai: Oceanix, et espère construire une véritable ville flottante d’ici 2025. En plus d’être sur les eaux, cette ville serait également 100% autonome possédant, par exemple sa propre énergie. Mais ce n’est pas tout !

La ville flottante du nom d’Oceanix serait même capable de résister aux catastrophes naturelles telles que les tsunamis ou les ouragans. Elle serait totalement modulable lui permettant de protéger au maximum ses habitants. Elle se présente sous la forme de plusieurs plateformes en forme d’hexagone, ayant chacune une surface de 20 000 m², leurs permettant d’accueillir 300 résidents par unité.

Un projet de ville flottante paradisiaque pour faire face à la montée des eaux
Une ville flottante tout droit sortie d’un film de science-fiction. Crédit photo : Ocean City / Oceanix – Big Bjarke Ingels Group

Fabriquées en « Biorock », les plateformes de ce projet s’avèrent très résistantes ! Ce matériau naturel se compose de minéraux sous-marins qui se renforcent avec le temps. Celui-ci est notamment capable de se réparer par lui-même; un avantage non négligeable pour faire face aux catastrophes naturelles.

Tout a été parfaitement pensé: la ville ne dépendra que d’elle-même et aura la capacité de produire sa nourriture ainsi que son énergie. De plus, les bâtiments seront construits à partir de matériaux durables. Une limitation quant à la hauteur de ceux-ci sera définie pour garder les plateformes stables.

Les premiers pas sur la ville flottante seraient pour 2025

A la fin de sa construction, Oceanix sera capable d’accueillir 10 000 personnes. Pour le moment, la ville flottante hébergera 300 volontaires avant de se développer totalement. Itai Madamombe, co-fondatrice de la startup, espère voir les premiers habitants emménager en 2025. Pour ce qui est de sa construction, celle-ci devrait durer 3 ans et débutera en 2022. De plus, Itai Madamombe espère voir son projet se développer dans le monde entier. Elle explique notamment que « si le concept de base reste le même, chacune sera adaptée au contexte local économique, culturel et social. »

Un dernier détail reste cependant à trouver : le financement de ce projet. En effet, la startup n’a, à ce jour, pas encore trouvé d’investisseurs afin de construire la ville flottante estimée à 200 millions de dollars. Et pour elle, il est hors de question de faire financer la ville par des milliardaires, qui verraient en ce projet une simple acquisition; ce concept est destiné aux personnes habitants dans les villes côtières et vulnérables aux changements climatiques.

Plus de 900 000 abonné(e)s nous suivent sur les réseaux ! Pourquoi pas vous ? Abonnez-vous à notre Newsletter ou suivez-nous sur Google News et sur WhatsApp pour ne manquer aucune invention et innovation !
Source
ouest-france.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Bouton retour en haut de la page